Vous êtes ici : Vaping Post » Politique » USA : un sénateur remet à nouveau les arômes en question

USA : un sénateur remet à nouveau les arômes en question

    Annonce

Alors que la cigarette électronique continue encore et toujours de gagner en popularité aux USA, ses détracteurs ne semblent toujours pas lasser de la combattre. Cette semaine, un sénateur américain a annoncé la présentation prochaine à Washington d’un projet de loi visant de nouveau, à interdire les arômes dans la vape. 

Un projet de loi visant à interdire les arômes dans la vape

Depuis maintenant plusieurs années, le nombre de vapoteurs ne cesse de croître aux États-Unis. Avec déjà plus de 9 millions de vapoteurs réguliers aux USA en 2015, le marché de la vape se porte bien et représenterait à lui seul, environ 5,5 milliards de dollars aujourd’hui. 

Malheureusement, ce constant gain en popularité s’accompagne également de nombreux problèmes, et notamment concernant la potentielle utilisation de la cigarette électronique par de plus en plus de mineurs, selon différentes associations. Un problème dont s’est d’ailleurs saisi la FDA il y a maintenant plusieurs mois. 

Les arômes accusés d’inciter les jeunes à vapoter

Parmi les principales raisons avancées par les détracteurs de la vape, concernant la soi-disant augmentation du vapotage chez les jeunes : les arômes dans les e-liquides.

Accusés par certains d’inciter les mineurs à se lancer dans la vape, ils sont, pour d’autres, l’une des principales réponses à la question : pourquoi la vape est-elle un outil de sevrage tabagique si efficace ?  

Ainsi, afin de départager les deux camps et pouvoir prendre une éventuelle décision, la FDA a lancé, il y a maintenant plusieurs mois, une ANPRM destinée à mieux comprendre l’impact, mais également l’importance des arômes dans le domaine de la vape. 

Une ANPRM à laquelle plusieurs associations de consommateurs ont d’ailleurs répondu, dont la VTA (Vapor Technology Association), à l’aide d’un rapport de 70 pages destiné à rappeler toutes les études positives ayant été réalisées ces dernières années concernant la vape, et prouvant ses nombreux bienfaits. 

Mais les éternels détracteurs de cette nouvelle technologie révolutionnaire n’ont pour autant pas dit leur dernier mot. Le bien nommé sénateur américain, Dick Durbin, par exemple, a récemment annoncé qu’il allait présenter un projet de loi à Washington, d’ici à la semaine prochaine, qui, s’il était adopté, verrait une interdiction des arômes dans les e-liquides promulguée. Un projet de loi baptisé Stopping Appealing Flavors in E-Cigarettes for Kids Act. (SAFE Kids).

Les e-cigarettes peuvent mener à une vie de dépendance au tabacDick Durbin, sénateur américain

“Je suis convaincu que les e-cigarettes représentent la réinvention du tabagisme préparée par Big Tobacco pour accrocher une nouvelle génération”

C’est à cette occasion que ledit sénateur a déclaré, par le biais d’un communiqué publié par son bureau : 

“Nous avons fait de grands progrès pour convaincre les enfants de ne pas commencer à fumer la cigarette. Ils savent que les cigarettes tuent et que, de nos jours, il est difficile de trouver un endroit où il est même permis de fumer des cigarettes (…) Je suis convaincu que les e-cigarettes représentent la réinvention du tabagisme, préparée par Big Tobacco pour accrocher une nouvelle génération (…) malheureusement, les enfants ne comprennent pas que les e-cigarettes créent une forte dépendance, nuisent à leur cerveau en développement et peuvent mener à une vie de dépendance au tabac”.

Quelques mots démontrant que Dick Durbin ne semble pas avoir pris connaissance des très nombreuses études ayant déjà démontrées l’absence d’effet passerelle, entre la vape et la consommation de tabac. 

Quelques mots démontrant également qu’il n’a très probablement pas eu connaissance de la récente étude américaine portant sur les arômes dans les e-liquides, et attestant que de plus en plus de nouveaux vapoteurs démarrent leur nouvelle vie en compagnie d’e-liquides justement aromatisés.

Une analyse mettant également en lumière le fait que le nombre de primo-accédants commençant la cigarette électronique avec des saveurs de tabac, a chuté de près de 50 % en seulement un an.

Autant de nouveaux vapoteurs qui aurait donc peut-être continué à fumer, si les arômes étaient interdits dans la vape. 

USA : une étude révèle l’importance cruciale des arômes au sein des e-liquides

 

Annonce