Vous êtes ici : Vaping Post » Communauté » Union sacrée

Union sacrée

    Annonce

Un journaliste du Vaping Post travaille un jour par semaine dans un shop de vape connu et fréquenté dans une petite ville, pour se confronter à la réalité du terrain. Il vous livre ses observations, anecdotes et méditations à travers des journées types.

Recette du succès

Pour réussir cette petite pièce de triomphe, il faut réunir trois ingrédients.

– Des vendeurs compétents.
– Un peu de monde dans la boutique.
– Un nouveau client qui formule ses questions et objections à haute et intelligible voix.

Prenez le tout et mélangez, bien fort, mais, surtout, métaphoriquement. Il est vraisemblable que dans la réalité véritable, attraper vos clients par le col et les secouer pourrait susciter quelques réactions négatives.

Et au final, vous obtenez un petit gâteau de triomphe discret. Vous ne voyez pas de quoi il est question ? Exemple concret.

Et la foule, comme un seul homme

L’une des rares recettes dont on peut abuser !

Vous êtes donc en boutique, une petite file d’attente s’est formée, quand se présente face à vous un client du type angoissé. Vous connaissez ce type de client-là : il a envie, véritablement envie, d’arrêter la clope, il a tout tenté. Et s’il est là, ce n’est pas parce qu’il croit en la vape, au contraire, mais parce que c’est sa dernière chance. S’il ne descend pas à cet arrêt, les stations suivantes s’appellent “Maladie” et “Mort”.

Et il pose des questions, qui sont en fait autant d’objections. Vous lui présentez une solution concrète, avec ses réalités et ses défauts, là où lui attend un miracle. La vérité, c’est que ça marche souvent, mais pas tout le temps, et qu’il y a quand même un effort à faire.

Le client à côté, qui est en train de se faire servir par votre collègue, se retourne alors vers le nouveau. “Ça marche ! Moi, j’ai arrêté de fumer alors que je grillais un paquet par jour depuis 40 ans.” Et la cliente qui attend dans la file, derrière : “Les deux premiers jours, j’ai eu du mal, mais quand j’ai vu que ça marchait, c’est devenu facile.” Et un troisième, au fond du magasin : “J’étais complètement accro au tabac il y a six mois. Maintenant je ne supporte même plus l’odeur, et je n’ai jamais été aussi heureux dans ma vie.”

Et les clients se mettent à discuter entre eux de leur vape, comme s’ils se connaissaient depuis toujours. Et voilà : sous vos yeux émerveillés, le visage du nouveau client se raffermit, ses épaules se redressent, et vous pouvez deviner l’instant précis où il se rend compte qu’il est comme ces gens, qui s’ils l’ont fait, lui aussi peut le faire. C’est votre petit chou fourré à la satisfaction. Abusez-en, il ne fait pas grossir.

Les chroniques précédentes

L’enfer

  • Publié le 26/01/2024

L’épouse du client n’est pas dupe, elle me jette un regard de pitié. Son époux m’avait dit qu’il aimait mélanger les liquides.

Union sacrée

  • Publié le 16/11/2023

Pour réussir cette petite pièce de triomphe, il faut réunir trois ingrédients. Des vendeurs compétents, du monde dans la boutique, un nouveau client.

Festivals estivaux

Festivals de musique cigarette électronique

  • Publié le 27/09/2023

À quoi sert la musique ? À rendre les gens heureux. À quoi sert la vape ? À leur permettre d’en écouter plus longtemps.