Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Pods » Test : Sensis – Innokin

Test : Sensis – Innokin

  • Par , le 18/02/2021 à 17h32
    Annonce
  • Vaporesso
  • Le Petit Fumeur

Le Sensis d’Innokin est le tout nouveau pod mod du fabricant chinois. Très attendu, il a fait parler de lui par l’engouement des amateurs de la marque qui ont cherché à débloquer un nouveau mode de vape caché avec un code secret. Au-delà du buzz, c’est un pod mod intéressant qui se montre performant sur ses résistances.

Pod mod classique ?

Le Sensis est visuellement assez classique et n’est pas sans faire penser à d’autres modèles déjà vus. Mais sous son aspect, il regorge de petits détails qui lui permettent d’en faire un produit fiable qui délivre une très bonne saveur.

Caractéristiques techniques

Dimensions du pod120,35 x 39,51 x 30 mm
Poids du pod158 g
ChargeUSB-C
batterie3000 mAh
Plages d'utilisation6 à 40 W
Capacité du réservoir3.1 ml

Le coffret comprend :

  • Pod
  • Pièces de rechange
  • Cordon USB
  • Mode d'emploi

Un pod facile

À l’image du précédent pod mod, le Kroma-Z, le bouton de déclenchement est immense. C’est tout l’écran d’affichage qui, lors d’un appui, produit la vapeur. C’est particulièrement confortable en main qu’il s’agisse d’un déclenchement à un ou plusieurs doigts sans pour autant que cela vienne à laisser des traces de doigts disgracieuses.

La batterie est intégrée au mod. Avec une capacité de 3000 mAh, le Sensis se situe dans une bonne moyenne sur cette gamme de produit. Sous les deux boutons d’ajustements de la puissance, un port USB-C permet la recharge du pod. Les boutons sont bien intégrés, comme la connectique USB. Le pod est stable quand il est posé malgré sa base peu large.

Selon le modèle choisi, l’habillage diffère. Effet cuir embossé, carbone plus ou moins foncé, les choix sont possibles parmi 5 finitions. Le toucher est agréable. Le Sensis ne glisse pas des mains.

Les arrivées d’air sont situées sous le réservoir. Elles sont placées en vis-à-vis pour refroidir la résistance par le dessous. L’ouverture est discrète et fine. Aucune perturbation du flux d’air n’est à déplorer.

L’ouverture et la fermeture des arrivées d’air se fait via un petit bouton qui glisse de gauche à droite. La restriction du flux d’air est très bonne. On passe d’un apport d’air important à un débit minimal. C’est essentiel pour les résistances fournies, nous y reviendrons. Le bouton dépasse à peine, on aurait aimé un peu plus de relief pour un ajustement à un doigt, plus confortable. C’est un détail et le réglage ne pose pas de difficulté particulière.

Le Sensis est fourni avec une embase magnétique qui transforme le pod en box pour accueillir un atomiseur ou clearomiseur de son choix jusqu’à 25 mm de diamètre et au maximum jusqu’à 40 W. C’est à la fois un bon point mais aussi une déception. Bon point, car ce plateau est fourni dans le kit alors que souvent cet accessoire est en option. Mais, il déçoit quelque peu. Le magnétisme est correct mais l’embase ne se loge pas suffisamment profondément dans la partie supérieure du Sensis pour bien tenir. À l’usage, quand un atomiseur est monté sur le Sensis, il a tendance à vite basculer. La tenue n’est pas suffisante pour un confort quotidien.

Nouveaux menus

Le réservoir du Sensis est en verre et c’est appréciable. Adieu les cartouches en plastique qui ont tendance à s’imprégner des arômes puissants, avec le verre ce n’est pas le cas. C’est un verre épais qui présente un avantage et un inconvénient. Le réservoir est solide et, lors de nos tests, quelques chutes à bonne hauteur n’ont eu aucun impact sur le tank. Mais cette solidité se fait un peu au détriment de la contenance qui est de 3,1 ml. C’est un peu juste pour la résistance la plus basse qui demande d’être remplie fréquemment. On aurait aimé trouver un second réservoir dans le kit.

Un second embout buccal (drip tip) est présent dans le packaging. Il est adapté à l’inhalation indirecte (bouche puis poumon comme une cigarette de tabac), alors que celui monté sur le pod tank est plus adapté à l’inhalation directe (directement dans les poumons). Le contact sur les lèvres est agréable, aucune chauffe n’est à signaler.

Le remplissage du réservoir, se fait classiquement par le dessous en soulevant un opercule en silicone souple. Les embouts fins de flacon sont à privilégier pour un remplissage facile. La transparence du réservoir est un atout, qui permet de toujours situer son niveau d’e-liquide.

Deux résistances sont fournies avec le Sensis. La S-coil d’une valeur de 0,25 ohm s’utilise entre 25 et 35 W. Elle est prévue pour de l’inhalation directe restreinte. La Sceptre coil d’un valeur de 0,65 ohm est destinée à l’inhalation indirecte pour une plage d’utilisation entre 10 et 12,5 W. Les résistances se vissent sur une base. Attention lors du changement de résistance à ne pas jeter cette pièce qui est indispensable pour loger le coil dans le réservoir. La résistance se glisse dans le pod tank, elle est maintenue par un joint.

Le Sensis dispose de plusieurs menus comme le wattage variable, un mode voltage mais aussi d’un mode coil+, refresh, et FØ. C’est ce dernier qui a attiré les fans de la marque puisqu’il faut trouver une combinaison pour le débloquer. Après un certain temps d’utilisation, à défaut d’avoir trouvé le code, il devient disponible. Le fabricant donne peu d’explication sur ce mode qui s’ajuste avec une fréquence en Hertz. Ce mode est censé apporter une durée de vie plus importante aux résistances.

Le mode refresh permet, à chaque utilisation, de désengorger la résistance de potentiels dépôts sur le fil résistif. En l’utilisant, la résistance vibre quelques secondes. En mode coil+, la fonction refresh se fait automatiquement. Le but étant, également, d’augmenter la durée d’utilisation des résistances. Dans les faits, que penser de ces modes ?

Nous avons testé longuement le Sensis avec plus de 6200 bouffées. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’effectivement ça marche. Et même plutôt bien. Les résistances ont une durée de vie exceptionnelle (quasiment 50 % de plus selon le liquide et le style de vape). Avec la fonction refresh manuelle, la sensation d’avoir une résistance neuve après chaque bouffée surprend. Les saveurs sont au rendez-vous quel que soit le modèle de résistance. Le coil à 0,65 ohm autorise une vape serrée et dense idéale pour les amateurs de MTL discret. Celle à 0,25 ohm est plus nuageuse mais jamais en retrait sur les saveurs. C’est une vraie réussite sur la qualité de la vape. On regrette quelques points d’améliorations comme la capacité du réservoir et le plateau 510 pour élever le Sensis à un niveau supérieur.

En résumé

On aime

  • Design
  • Menus efficaces
  • Durée de vie des résistances
  • Deux types de vape
  • Bien fourni

On n’aime pas

  • Contenance du réservoir
  • Plateau 510 qui anque de tenue

Conclusion

4 /5

Le Sensis d'Innokin est un bon pod mod. Sous son aspect un peu classique, il sait faire la différence par ses menus performants et a durée de vie de ses résistances. Quelques points sont à améliorer pour permettre au pod de monter encore d'un niveau.

Le Sensis Starter Kit en images

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.