Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Atomiseurs » Test : Precisio MTL Pure RTA – BD Vape

Test : Precisio MTL Pure RTA – BD Vape

  • Par , le 20/08/2019 à 16h00
    Annonce

Le Precisio MTL est l’un des atomiseurs qui nous ont le plus impressionnés ces derniers temps. BD Vape livre un bel objet, qui offre une gamme de vape pertinente en simple coil, restitue les saveurs avec précision et sait produire une vapeur froide ou chaude avec un hit toujours soutenu. Remarquable !

Les peintres ont une palette de couleurs, les vapoteurs ont le Precisio

BD Vape n’est pas vraiment une nouvelle marque sur le marché, il s’agit en fait de la marque commerciale “high end” de Fumytech, qui a commencé par produire la box méca Pure BF.

Resterait à définir ce qui est ou n’est pas high end. Disons qu’ici, nous sommes devant un atomiseur industriel bien pensé, bien dessiné, bien réalisé et qui fonctionne bien. Somme toute, n’est-ce pas ce que devrait être tout objet destiné à rendre un service, haut de gamme ou pas ?

À l’usage, le Precisio possède trois grandes qualités, mais aussi une limite. D’abord il est fiable. Sur cette photo, il est monté sur un tube électro, le Mod 101 de Ehpro, en position couchée puisque qu’un tel mod ne tient pas debout longtemps sur un bureau. Je n’ai jamais observé de fuite, pas plus qu’en le rangeant en vrac dans le même sac que mon PC portable, mon smartphone et le manuscrit de mes mémoires, c’est appréciable.

Ensuite, sa gamme de vape est joliment large, du MTL serré au DL restreint, soit de 10 à 30 watts, voire un peu plus si on aime la vape très chaude. Les saveurs sont fidèles et assez détaillées, pas autant que sur un dripper du même registre, mais suffisamment pour exprimer toutes les subtilités d’un liquide élaboré. Chose plus rare, toutes les saveurs passent. Qu’elles soient fruitées, gourmandes, tabac, fraîches, il y a un réglage possible pour chacune, grâce à ce qui est peut-être le principal atout du Precisio : en jouant sur la puissance, il sait faire une vapeur froide, tiède, chaude, à volonté.

Enfin, cet atomiseur sait produire du hit. Il est toujours présent, proportionnel au taux du liquide choisit, et au tirage. Plus on serre, plus le hit est fort et la vape intense. De mon point de vue, c’est un critère déterminant, le Precisio fait dans la vape tranquille, mais pas molle.

Bref, si on aime la vape modérée, cet atomiseur est excellent et consomme  peu de liquide pour produire des sensations soutenues.

Mais j’ai parlé aussi d’une limite. Si on resserre le tirage au maximum, mode clope roulée très serrée, le hit reste puissant, mais les saveurs s’écroulent. Ce n’est pas rédhibitoire, il suffit de ne pas aller jusque-là,et le tirage est déjà bien serré avant d’y arriver. Mais, si on n’aime que les tirages très serrés, c’est une sérieuse limite.

Caractéristiques techniques

Diamètre22 mm
Hauteur54
Contenance2,7 ml
Poids47 g
Remplissagehaut
Type de montagesimple
Plateau de montagesimple
Plage d'utilisation10 à 30 W
Arrivée d'airpar le bas
Drip Tip510
Matériauxacier et Ultem

Le coffret comprend :

  • Pièces de rechange
  • Résistances
  • Drip tip
  • Outil
  • Mode d'emploi

Démontons-le pour comprendre !

Shazam !

Le voici en pièces détachées. Le drip tip à gauche est composé de deux pièces, l’une en acier, avec des ailettes de refroidissement (ou décoratives), et un embout en Ultem, vissé dessus. Mon exemplaire a fait, avec le mod, une belle chute de pas loin de 2 mètres, qui a écrasé un peu l’embout, mais il n’a pas cassé. L’Ultem semble donc assez solide. Au milieu, la base et la bague de réglage du flux d’air. Et à droite les deux pièces qui composent le réservoir.

Elles se raccordent ainsi en vissant l’une dans l’autre. Le vissage plastique sur métal peut sembler fragile, mais comme aucune force ne s’applique ici, la pièce en Ultem est  épaisse, l’ensemble est robuste.

L’assemblage de la bague et de la base est subtil. À l’intérieur de la bague, il y a un petit ergot, et sur la base, un rail de guidage, avec une entrée. Il faut poser la base de manière à insérer l’ergot dans le rail, pour avoir tout à la fois une bague qui ne s’échappera pas, et une butée de réglage. Joli, c’est peut-être ça le high end.

Nous nous retrouvons donc avec trois pièces dont l’assemblage devient évident. Les pièces sont belles, très bien usinées, les ajustements impeccables, les joints fermes et de bonne qualité. Le top cap et la bague de réglage de l’air flow sont légèrement moletées, c’est très joli, très fin, et pratique. Bref, c’est du bon travail.

Avant de passer au montage, un coup d’œil sur les orifices de remplissage, et sur le système de fermeture. Deux joints entourent les orifices et le pas de vis central, ils assurent l’étanchéité du réservoir sans générer de surpression. Il n’y a jamais de fuite au remplissage.

Un coil pour savourer !

Ce plateau de montage est intéressant (désolé, il n’est pas impeccablement propre, il est en usage intensif !). D’abord, le dessous des vis est bien plat, et des ergots retiennent le fil au serrage : la fixation du coil est aussi aisée que possible. Ensuite, de belles rigoles accueillent les mèches, nous sommes devant un plateau proche de ceux des Kayfun et des atomiseurs qui s’en sont inspirés. Ce sont des plateaux simples, faciles à monter, impeccables pour s’initier au reconstructible.

Ce qui change, c’est l’arrivée d’air sous le coil. À première vue, elle semble beaucoup trop large pour du MTL. Pourtant, dans les faits, ça marche sacrément bien, mais c’est probablement aussi ce qui explique l’effondrement des saveurs en tirage très serré. 

Alors, justement, montons un coil. Ici, c’est du nichrome, 5 spires en 2,5 mm pour une résistance de 0,6 ohm destinée à vaper en tirage direct. J’ai ensuite adopté un montage en Kanthal à 0,9 ohm. Les résultat sont similaires à 25 watts. Pour un tirage MTL à 12 watts, j’ai fait un coil de 1,3 ohm qui a bien fonctionné aussi.

Bref, c’est pas ça l’important, c’est la hauteur du coil qui va tout changer. Naturellement, il se place dans cette position, à quelque chose comme 1,5 mm de l’arrivée d’air.

Je pense qu’il faut le baisser un peu, à 1 mm de l’arrivée d’air, voire 0,5 mm, pour avoir le meilleur résultat, en particulier en MTL. Cette position renforce un peu la pression, et conserve au mieux la dynamique du flux d’air.

Bref, il faut expérimenter ici, comme souvent : trouver la bonne hauteur d’un coil est toujours déterminant pour le hit et la restitution des saveurs. Pour ma vape, c’est à 0,5 mm qu’il est bien, en MTL comme en DL.

La pose du coton, elle, est une pure formalité, ça se fait les yeux fermés. Il suffit de couper  les mèches au niveau du bord du joint.

Puis de les faire rentrer dans les rigoles, jusqu’au fond et sans tasser. Au passage, on jette un œil sur les arrivées de liquide, et on comprend pourquoi cet atomiseur ne fuit pas, et pourquoi il ne marcherait pas à 50 watts !

Terminons avec le réglage du flux d’air, basé sur deux zones. L’une est composée de 6 petits trous. Tous ouverts, le tirage est MTL mais ne fait pas creuser les joues. En fermant les trous un par un, le tirage se réduit très progressivement pour devenir vraiment serré, jusqu’à 2 trous. Et là, c’est la limite du Precisio, dont j’ai déjà parlé. Je n’ai pas trouvé comment le faire bien fonctionner avec un ou deux trous seulement.

La deuxième zone est un oeil de cyclope fin, dont le réglage est aussi progressif. En le fermant à 1/5, on a le même tirage qu’avec tous les trous ouverts sur l’autre zone, puis on monte progressivement vers le DL.
C’est malin : BD Vape aurait pu se contenter de cette zone ouverte, mais le réglage du tirage MTL aurait été moins précis. Avec une double zone, la marque nous offre un tirage réglable aux petits oignons quel que soit nos préférences. Ca aussi, c’est peut être du high end : les petits détails.

Petites observations aérées

Le choix de BD Vape pour son flux d’air est intéressant, mais difficile. Faire un atomiseur qui va du MTL au DL est une quadrature du cercle. Pour que la vape soit bonne en MTL, il faut que l’orifice d’arrivée d’air sur le coil soit d’autant plus petit que le tirage doit être serré. Mais, alors, le tirage DL n’est pas possible. Certains, comme Vandy Vape, avec le Berserker, font alors le choix de dédier leur atomiseur au seul tirage MTL.

D’autres choisissent de l’équiper d’inserts interchangeables pour offrir différentes tailles d’arrivée d’air. Personnellement, je suis plutôt content que BD Vape n’ait pas choisi cette voie. Ces inserts m’énervent, je finis toujours par en placer un et ne plus jamais le changer, en utilisant l’atomiseur pour ce qu’il est avec lui. Je préfère un atomiseur simple et moins polyvalent, plutôt que compliqué et plus polyvalent.

BD Vape a fait un compromis, avec une arrivée d’air assez large sous forme de deux fentes, qui permettent le tirage DL, mais qui, si on colle le coil tout près, fonctionne aussi en MTL, pas trop serré. En faisant cela, la marque assume que ceux qui apprécient les tirages vraiment très serrés ne seront pas ravis, ils se tourneront plutôt vers un Berserker ou un Galaxies par exemple.

Et voilà une chose bien étonnante. Il n’y a qu’un an ou deux, pour situer un atomiseur MTL, nous l’aurions comparé à un Kayfun, ou un Spica Pro, matériel haut de gamme qui était, à ce moment, seul à offrir une vape de grande qualité en MTL. S’ils restent aujourd’hui des références, ils ne sont plus les seuls. L’Orient est présent !

En résumé

On aime

  • Belle gamme de tirage, du MTL au DL modéré
  • Design réussi et sobre
  • Qualité de construction
  • Montage facile et fiable
  • Restitution fidèle des saveurs
  • Hit affirmé et proportionnel au taux de nicotine
  • Vapeur froide à chaude selon la puissance

On n’aime pas

  • Saveurs dénaturées en tirage serré extrême

Conclusion

4,7 /5

Le Precisio est le premier atomiseur reconstructible simple coil de BD Vape, pensé pour la vape modérée, directe ou indirecte. Il est, du coup, une preuve que chez BD Vape on pense bien : c'est un excellent atomiseur, fiable, qui offre des saveurs précises, un hit soutenu, dans un design sobre et réussi. Sa construction ne souffre d'aucun défaut, c'est un coup de maître, qui fait penser à celui de OFRF avec le Gear, dans un registre plus tranquille. Il semble d'ailleurs promis au même succès populaire.

Le Precisio RTA en images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *