Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Box & Mods » Test : Minikin V3 – Asmodus

Test : Minikin V3 – Asmodus

  • Par , le 13/08/2019 à 16h00
    Annonce

Les box de la série Minikin de Asmodus, c’est une longue histoire et une révolution fonctionnelle et formelle avec la Minikin V2, sortie en 2016 mais tellement intéressante qu’elle était encore en production il y a peu. Asmodus nous propose aujourd’hui la version 3 de sa box double accu à écran tactile. Sur le plan fonctionnel, elle est à la hauteur de son héritage, largement. Sur le plan du design, il y a débat.

Une merveilleuse patate ?

Sur le plan fonctionnel, la Minikin V3 est encore meilleure que la V2 : grande stabilité et précision du signal, fonctions utiles et pratiques, gestion très propres des accus, tout va bien, on va y revenir.

Sur le plan ergonomique, la box est aussi très agréable, que l’on soit gaucher ou droitier de la vape (personnellement je suis droitier, mais je vape le plus souvent de la main gauche). L’ergonomie est d’ailleurs un tout petit peu supérieure en tenant la box de la main gauche, mais ça se joue à pas grand chose : dans tous les cas, le switch tombe parfaitement sous le pouce. Le seul reproche qu’on peut faire à la Minikin V3 de ce point de vue, c’est son poids, qui n’est pas négligeable.

Mais sur le plan du design… ouch ! Ce n’est pas tellement qu’elle soit laide, c’est juste que c’est une patate. C’est pas vraiment laid une patate, ça manque juste un peu de grâce. Cette forme tend d’autant plus vers le patatoïde que sa couleur est sombre : avec des couleurs claires, quelques lignes ressortent, la lumière valorise des reliefs, comme sur cette photo.
Ca m’a fait pensé à une très vieille publicité de BMW, à une époque ou le CX était le nouvel enjeu des automobiles. Or le CX des BMW n’était pas terrible, alors ils ont communiqué ainsi (de mémoire) : “quand les ordinateurs nous ont dit que pour avoir un bon cx il fallait faire une voiture moins jolie, nous avons éteint les ordinateurs”.
Alors voilà, moi, j’aurais éteint le PC, mais je ne parlerai plus du design, parce que les goûts et les couleurs, c’est personnel, et que cette box est vraiment formidable par ailleurs. Le débat est ouvert !

Caractéristiques techniques

Dimensions84,5 x 47 x 37 mm
Poids192 g
Format d'accus18650
ChargeUSB c
Puissance maximale200
Diamètre max. de l'atomiseur24
Modes disponiblesWatts, Contrôle température, Courbes

Le coffret comprend :

  • Mod
  • Cordon USB
  • Mode d'emploi

GX200 UTC : un chipset de compétition

Ouf, la principale qualité de la Minikin V2 est toujours présente sur la V3 : elle a la pêche !
Ce n’est pas qu’une question de réactivité, les box le sont presque toutes maintenant, c’est que la vape est tout de suite à la bonne intensité (selon les réglages qu’on a choisis) : on sent que ça pousse, et c’est très agréable, surtout si on vape au-dessus de 25/30 watts.
Le large bouton de mise à feu est affleurant et légèrement concave, sa course est courte et silencieuse, même si un petit clic se sent au doigt.

L’écran est toujours tactile, mais plus grand, en couleurs, qui ne sont pas utilisées uniquement pour faire joli, mais surtout pour faciliter la lecture : c’est un modèle de mise en page simple et fonctionnelle.
En mode puissance, l’afficheur nous informe ainsi du mode, de la charge des accus (précise), de la puissance réglée en gros, des données de tension, résistance et puffs, et en dessous, du réglage de preheat (N), de l’activation ou non du vibreur, et du verrouillage des commandes.

Surtout, la luminosité de cet écran est formidable : il reste lisible en pleine lumière au soleil de la méditerranée, comme peu de box en sont capables.

J’ai pas mal testé cette box avec un Gear de OFRF, que j’utilise habituellement sur un mod mécanique, et cela m’a permis de noter trois remarques.
D’abord, avec un atomiseur un minimum compatible avec l’esthétique de la Minikin V3, son côté patatoïde est atténué. Ensuite, la vape est très proche, à puissance égale, de celle obtenue avec le mod méca. Et quand je dis proche, c’est vraiment proche : à l’aveugle je ne ferais pas la différence. La  dynamique est similaire.

Enfin, le Gear fait 24 mm de diamètre, et la Minikin V3 accepte jusqu’à 25 mm sans débord. Pourquoi ne pas centrer un peu plus le connecteur 510 pour faire mieux ?

Revenons aux commandes du chipset : l’écran est donc tactile. Pour régler la puissance ou la température souhaitée, il suffit de glisser un doigt de haut en bas pour faire apparaître deux boutons de réglage virtuel. Le système est fiable et réactif,  et il fonctionne même si on a les doigts humides.

En cliquant 5 fois sur le switch, on accède au choix des modes de fonctionnement, cette fois en faisant glisser le doigt de gauche à droite ou inversement.

Le chipset propose 2 modes puissance et 3 modes température.
Le mode puissance “Simple”, et le mod “Curve”, qui permet de définir des courbes de variation de la puissance dans le temps et de les mémoriser. Notons au passage qu’en mode normal, il est possible de définir un preheat sans passer par le mode curve.
Le mode température se pilote de trois manières : par le choix du fil, Ti, Ni ou SS, ou par le choix d’un TCR (le coefficient de température d’un matériau particulier), ou par le choix d’un TFR (qui définit une courbe de résistance plus précise sur 5 points, la variation de résistance des matériaux à la chaleur n’étant pas strictement linéaire).

Dans tous les cas, la vape est dynamique, l’alimentation électrique est très stable et vive, elle produit une vape très directe et agréable.

Bref, c’est une excellente box, qui a la patate (ben… oui, il fallait la faire celle là !), et qui se révèle précise.

Tout ça demande de l’énergie, qui est fournie par deux accus 18650 que l’on insère par le dessous, après avoir ouvert une trappe robuste, qui semble ne pas vouloir bien tenir en place tant qu’il n’y a pas d’accus, mais qui reste bien fermée lorsque les accus sont en place et que les ressorts les poussent vers le bas.

Le chipset est équipé d’un module de charge à 3,5 ampères, via la prise USB type C en façade. Il faut bien sûr disposer d’un adaptateur secteur 5 volts de 18 watts ou plus pour en profiter. Ce chipset s’occupe manifestement bien des accus : à la décharge, ils restent parfaitement équilibrés, et à la charge, ils le restent aussi, du moins après les trois recharge que j’ai faites avec la box. Il faudrait en faire plus pour savoir si dans le temps, les accus sont dégradés ou pas.
Enfin Asmodus commercialise une base de recharge sur laquelle il suffit de poser la box pour en recharger les accus. Cette base ne fournit toutefois que 2 ampères.

Quelques concessions au fun

Asmodus fait dans le pratique, l’ergonomique, le sobre, et ne nous propose généralement pas d’options futiles. Pour cette box, les ingénieurs nous ont concocté deux options par totalement indispensables, mais sympathiques.

D’abord, il y a un vibreur (désactivable). Sa fonction est de nous donner un retour d’information quand on actionne les commande virtuelles. Quand on utilise des boutons pour régler la puissance d’une box par exemple, le clic du bouton nous signale qu’on appuie assez et que la commande fonctionne, ce que ne fait pas un écran tactile. C’est le vibreur qui assure cette fonction, et c’est plutôt agréable, au début. Ensuite on s’habitue et mieux vaut le désactiver, c’est plus discret.

Par ailleurs, il est possible de changer la couleur de l’affichage, parmi 7 alternatives. Pour le faire il faut secouer la box. En effet Asmodus aurait pu se contenter d’un choix sur une liste dans les menus, mais non, ils ont équipé le chipset d’un accéléromètre. En secouant la box trois fois, on change la couleur. C’est marrant, pas fondamentalement indispensable, mais quand on est sudiste et qu’on parle avec les mains, ça permet de changer la couleur de l’affichage de manière aléatoire au fil des discussions.

En résumé

On aime

  • Un chipset précis et stable
  • Des modes de vapes complets et simples
  • Un écran remarquablement lumineux
  • La maîtrise du tactile
  • La gestion exemplaire des accus
  • La charge rapide en cas de besoin
  • L'ergonomie

On n’aime pas

  • Le design... ah non, je n'en parle pas ! Greffier, supprimez cette assertion.
  • La limitation aux atomiseurs de 24 mm

Conclusion

4,8 /5

Sur le plan de la vape, la Minikin V3 fait encore mieux que la V2 : elle fournit un énergie précise, stable, dense, pour tirer le meilleur de nos atomiseurs, tout en restant relativement simple à l'usage. Elle est par ailleurs ergonomique malgré un poids certain, son écran est lumineux et facile à lire. C'est une réussite sur tous les plans.

Le Minikin V3 en images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *