Vous êtes ici : Vaping Post » Santé » Sevrage tabagique : viens voir le docteur

Sevrage tabagique : viens voir le docteur

    Annonce

Les questions sur la santé et la vape sont nombreuses, sur les réseaux sociaux, notamment dans les cas d’arrêt du tabac. Souvent, c’est bénin, et lié à une allergie où à un hasard malencontreux. Mais le plus important, c’est de ne surtout pas prendre le problème à l’envers.

Notez que le présent article n’est pas destiné à lister tous les symptômes et y apporter toutes les réponses. C’est une mise en garde, à lire attentivement.

La vape et la santé

C’est une question assez classique chez les nouveaux vapoteurs en train de cesser la cigarette : « Il m’arrive [inscrivez ici le symptôme de votre choix], est-ce lié à la vape ? ». La réponse est toujours : « Peut être ».

Il faut distinguer plusieurs effets physiques communs. Les premiers sont dus à la vape elle-même, généralement, il s’agit de toux ou d’irritations. Ces dernières sont normales, au début. Le propylène glycol, qui constitue la base de la plupart des liquides destinés aux débutants, est légèrement irritant. Or, la gorge, chez les fumeurs, est souvent enflammée. Le passage du e-liquide peut donc causer une gêne ou de la toux, qui passe en quelques jours, le temps que les effets du tabac s’estompent.

Une intolérance au propylène glycol est également possible. Tester avec un taux de glycérine végétale plus élevé pourra éventuellement vous éclairer sur la question. Il y a, enfin, aussi, la nicotine, qui peut également provoquer des irritations, l’utilisation de sels de nicotine peut alors constituer une solution.

Tous ces symptômes, en d’autres encore, relativement bénins et qui passent rapidement, sont bien connus. Si vous avez acheté votre e-cigarette dans une bonne boutique de vape, le vendeur vous en a peut-être parlé, et si non, les réseaux sociaux vous fourniront les réponses à vos questions.

Ce qu’il est important de savoir, c’est qu’il n’existe aucun cas documenté de nouveau vapoteur qui, juste après avoir testé la vape, s’est effondré en se tenant la gorge et en disant « Argh, argh, je meurs ».

Le sevrage

Un autre élément à prendre en compte lors de la défume (c’est ainsi qu’on surnomme affectueusement le sevrage tabagique) à l’aide de la vape est… Le sevrage tabagique.

Parce que, oui, la vape va vous apporter votre dose de nicotine. Mais une cigarette tabac contient, en plus de cette dernière, environ 4000 substances différentes auxquelles votre organisme s’est accoutumé, et dont il va devoir se désintoxiquer. C’est le sevrage au tabac.

Durant ces quelques jours, deux ou trois selon les cas, vous pourrez avoir des sensations diverses et variées, différentes selon chacun. Elle vont rapidement s’estomper et devenir imperceptible le temps que votre organisme finisse sa purge.

Elles en sont pas liées au fait que vous vapotiez : elles sont liées au fait que vous arrêtez de fumer. C’est très différent. Si vous cessez de fumer avec une autre méthode, vous les ressentirez aussi.

Pourtant, cela surprend et désarçonne essentiellement les nouveaux vapoteurs, parce qu’ils sont persuadés, comme l’immense majorité des gens, que la dépendance au tabac dépend uniquement de la nicotine. Ce qui est faux.

Viens voir le docteur

C’est humain, et parfaitement normal : lors de l’apparition de symptômes physiques, on se demande aussitôt ce qu’on a pu faire de nouveau. Forcément, si une maladie ou un symptôme apparaît dans sa période de défume, notre regard se tourne vers la vape.

Le bon réflexe, il est simple, il est clair, et il est incontestable : allez consulter un médecin. Si les symptômes « normaux » du sevrage tabagique persistent plus longtemps que prévu, consultez. Si des symptômes autres apparaissent, consultez.

Le hasard peut faire que vous pouvez tomber malade pendant votre passage à la vape, durant les semaines et les mois qui suivent, sans que ce ne soit lié. Les deux erreurs à ne pas commettre sont à l’opposé l’une de l’autre : accuser la vape et rependre la cigarette, ou penser que c’est la vape et se dire que ça va passer.

Vous l’aurez compris : se sevrer du tabac sollicite l’organisme, ce n’est ni anormal, ni inquiétant, mais tout cela reste bénin et au final bénéfique. Néanmoins, ni fumer ni vaper n’ont jamais prémuni des maladies, il convient donc en période de défume de rester vigilant.