Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Royaume-Uni : au paradis de la vape, tout n’est aussi rose qu’on pourrait le penser

Royaume-Uni : au paradis de la vape, tout n’est aussi rose qu’on pourrait le penser

Mis à jour le 19/04/2023 à 14h33
    Annonce

De nombreux vapoteurs indiquent connaître de fortes restrictions sur l’utilisation de la cigarette électronique sur leur lieu de travail.

Certains vapoteurs anxieux de retourner au travail à cause de la vape

Depuis plusieurs années, le Royaume-Uni est en tête de liste des pays faisant la promotion du vapotage. Entre starter kits distribués gratuitement lors de plusieurs opérations ou encore possibilité de se voir prescrire une cigarette électronique par son médecin traitant, le royaume fait figure d’exemple en matière de réduction du risque tabagique. Pourtant, si l’on pourrait croire que la vie des vapoteurs locaux y est largement simplifiée, une récente enquête réalisée par le détaillant E-Cigarette Direct démontre que tout n’est pas aussi rose qu’il n’y paraît.

Plus de 75 % des vapoteurs ne sont pas autorisés à utiliser leur cigarette électronique en dehors des zones fumeurs – Source : Ecigarette Direct

Le sondage, qui a été mené auprès de 1 931 vapoteurs du Royaume-Uni, s’est penché sur leur condition d’utilisateur de cigarette électronique sur leur lieu de travail. Bien que l’utilisation de l’e-cigarette soit largement encouragée dans le pays, la majorité des sondés a révélé ne pas être autorisée à vaper au travail. 40 % ont même indiqué que les restrictions auxquelles ils doivent faire face les incitent à recommencer à fumer. Pire encore, certains salariés vapoteurs souffriraient de réactions négatives, certains faisant état de discriminations voire d’intimidations.

Comme l’indique le graphique ci-dessus, plus de 75 % des vapoteurs ne sont pas autorisés à vapoter sur leur lieu de travail, en dehors des zones destinées aux fumeurs. Comme le rappelle Ecigarette Direct, ces restrictions entrent en contradiction avec les recommandations du ministère de la Santé du Royaume-Uni, qui indiquent que les vapoteurs ne devraient pas être obligés d’utiliser le même espace que les fumeurs, car cela pourrait compromettre leur capacité à arrêter de fumer et à rester non-fumeurs, en particulier chez les personnes les plus dépendantes.

Plus de la moitié des répondants préféreraient continuer le travail à distance afin de ne pas subir de restrictions concernant le vapotage – Source : Ecigarette Direct

De plus, si la majorité des sondés a indiqué qu’elle préférait continuer le télétravail afin de pouvoir vapoter à n’importe quel moment et n’importe où depuis leur domicile, 10 % ont indiqué se sentir anxieux de retourner au travail à cause des restrictions sur la cigarette électronique auxquelles ils doivent faire face dans leur entreprise.

Pire encore, 80 personnes ont même indiqué que lors de leur entretien d’embauche, on leur avait demandé si elles vapotaient. Et 41 d’entre elles pensent ne pas avoir eu le poste qu’elles souhaitaient à cause de leur condition de vapoteur. 13 personnes auraient même été virées pour avoir utilisé leur cigarette électronique sur leur lieu de travail.

Pour Ecigarette Direct, ces chiffres démontrent qu’il est nécessaire pour les employeurs de mieux s’éduquer à propos de la cigarette électronique.

Le reste de l’actualité au Royaume-Uni

Royaume-Uni : de gros changements législatifs à venir pour la...

Consultation publique cigarette électronique Royaume-Uni

  • Publié le 13/11/2023

Inquiet de l’augmentation du vapotage chez les jeunes, le pays envisage plusieurs mesures pour en réduire l’attractivité.

Royaume-Uni : les cigarettes bientôt interdites ?

Interdiction cigarettes royaume-uni

  • Publié le 26/09/2023

Le Premier ministre songerait à interdire la vente de tabac aux personnes nées après une certaine date. Comme en Nouvelle-Zélande.

FLASH : l’usine Dinner Lady ravagée par un incendie

Incendie cigarette électronique Vape Dinner Lady

  • Publié le 12/09/2023

L’usine Dinner Lady dans le Lancashire, a été la proie des flammes dans la nuit du 11 au 12 septembre, les dégâts semblent très importants