Vous êtes ici : Vaping Post » Opinion » Quand Courbet parle de vape, on en reste baba

Quand Courbet parle de vape, on en reste baba

    Annonce

Le 10 janvier dernier, pour commencer l’année sur les chapeaux de roue, la cigarette électronique a eu les honneurs, quelques jours après la diffusion de Vape Wave sur LCP, d’un sujet sur C8. Pas de pot, ce sont Cyril Hannouna et Julien Courbet, son employé le plus servile, qui s’en occupent.

Sortez les sacs à vomi

Julien Courbet a parlé de vape sur C8.

Dans son émission « C’est que de la télé », Julien Courbet et ses chroniqueurs ont donc traité de vape. Enfin, de cigarette électronique. Et autant dire qu’ on a assisté à un festival.

Vous ne regardez pas cette émission ? Vous n’en aviez jamais entendu parler ? C’est normal.

Ah, très important, le principe de cette pépite télévisuelle. Julien Courbet lance des sujets extraits d’autres émissions sur d’autres chaînes, et ses chroniqueurs les commentent. Par exemple, ce numéro s’ouvrait sur une appli pour usagers du train présentée dans Télématin. Courbet se retournait ensuite vers ses chroniqueurs pour voir ce qu’ils en avaient pensé.

Son émission consiste à commenter d’autres émissions.

L’idée, c’est comment faire faire son émission par les autres ? Parce que Télématin, ils ont envoyé une équipe, un journaliste et un cameraman, sur le terrain, ils ont creusé le sujet, fait des prises de vue, sont passés en salle de montage, bref, ils ont bossé. Courbet, il a envoyé un stagiaire récupérer les images en même temps que son café. C’est brillant. D’aucuns qualifieraient cette technique de “parasitisme”, mais nous ne sommes pas comme cela.

Ensuite, les sujets sont commentés par des experts en expertise, spécialistes très pointus de leur propre opinion. Ils ont le mérite de croire savoir ce qu’ils pensent et la suffisance de penser savoir ce qu’il faut croire.

Le tout est produit par Cyril Hannouna.

Un détail qui a son importance : l’émission est produite par Cyril Hannouna, surnomé Baba par ses fans. C’est peut être un détail pour certains, mais pour d’autres, ça veut dire beaucoup.

Mais revenons à notre sujet sur la vape. Il faut reconnaître à Julien Courbet que ce qu’il lui manque en finesse est compensé par de la franchise « Les dangers de la cigarette électronique », annonce le bandeau. Parce que le producteur est généreux, pour votre argent, il ne vous donnera pas qu’un seul danger.

Une passerelle au dessus du vide

Le sujet est la dernière étude américaine très controversée sur l’effet de passerelle.

Donc, Courbet lance le sujet sur l’étude américaine qui fait fureur ces derniers jours, la fameuse étude sur l’effet passerelle. Vous savez, « on a fait vapoter des ados, après, ils se mettent à fumer » et patati et patata. Pour ce faire, fidèle à son principe, il passe un extrait de l’émission de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Nous n’avons pas encore répondu à cette étude. C’est normal : il y a tellement de choses à dire qu’on ne sait pas par où commencer. En fait, il y a peu de réponses, sur cette étude, parce qu’elle est tellement sujette à caution que les spécialistes les plus en pointe sur le sujet se contentent de l’évacuer d’un geste dédaigneux. Ce qui n’est peut-être pas une bonne idée, vue sa reprise dans les médias.

Courbet se lance dans un discours larmoyant de bon père de famille trahi.

Puis Courbet assure la transition, en l’occurrence un discours de bon père de famille inquiet de voir ses enfants vapoter, avant de passer la parole à sa première chroniqueuse, Francesca Antoniotti. Celle-ci, virulente, le visage déformé par la haine, explique qu’on a vendu la cigarette électronique aux jeunes en leur disant que c’était super cool et qu’à la fin, ils vont se retrouver avec un cancer du poumon. Whaou. Nostradamus peut reposer en paix, voici Nostradamette, qui trouve à elle toute seule la réponse que des centaines de savants sur-diplômés cherchent en vain depuis dix ans.

Les chroniqueurs en action

Les cancers du poumons dus à la vape, personne ne les a trouvés, sauf les chroniqueurs chez Courbet. 

Alors, premièrement, les premiers cancers du poumon donnés par la vape, on les attend toujours. Et, d’après des études un peu plus sérieuses, on risque de les attendre longtemps.

Quand à vendre des cigarettes electroniques aux mineurs, c’est interdit. Les boutiques de vape sont très surveillées. C’est pour ça qu’on voit assez peu de mineurs avec des vapoteuses, et c’est bien dommage, ils en auraient besoin, quand on voit la quantité phénoménale de cigarettes qu’ils fument…

Une ancienne perdante de la Starac se découvre spécialiste en addictologie et en oncologie.

Je suis désolé de contrarier ainsi Francesca Antoniotti. Qui doit savoir de quoi elle parle, puisqu’elle est chroniqueuse chez Courbet. Tiens, au fait, oui, c’est qui, elle ? Voyons son CV : alors, elle a perdu la Star Academy en 2004. Ensuite, elle a perdu son emploi au moins une fois par an, quand on voit la longue liste des émissions ou elle a été chroniqueuse, toujours éphémère. Elle semble s’y connaître un peu en foot.

Ok, les gars et les filles (je parle aux spécialistes mondiaux de la vape, là, pneumologues, cardiologues, professeurs en médecine, en biologie et autres), laissez tomber, vous êtes battus. Elle, elle a fait la Starac’ avec Gregory Lemarchal, vous faites pas le poids. C’est une spécialiste.

C’est vrai qu’elle sait de quoi elle parle quand elle explique qu’on a vendu la e-cig aux jeunes en leur disant que c’était cool. Elle aussi, quand elle était jeune, on lui a vendu la Starac’ en lui expliquant que ça ferait d’elle une star.

Vient ensuite l’intervention d’un jeune journaliste déjà en fin de carrière (quand on n’a pas trouvé de travail ailleurs que sur cette émission, c’est mauvais signe) dont le discours a moins de relief que la coiffure (accordons lui tout de même l’emploi de la jolie expression « haleine de goupil », j’ai bien aimé, et puis goupil, vieux mot pour désigner un renard, c’est tellement plus élégant que chacal). Je n’ai pas retenu son nom, mais ce n’est pas très grave, puisqu’il a déjà été oublié aussi de tous ceux qui auraient pu lui donner du travail un jour.

Seule Caroline Ithurbide a presque failli être honnête.

Puis la chroniqueuse Caroline Ithurbide qui remonte un peu le niveau, en soulignant que ce n’est pas très éthique d’avoir réalisé cette étude sur des jeunes de 12 ans, et que la cigarette, c’est un truc d’âge. C’est pas faux, et ça aurait presque pu constituer le seul moment d’honnêteté et de probité journalistique de cette séquence. Presque, si elle avait été jusqu’au bout de son raisonnement, et qu’elle avait expliqué que vape ou cigarette, de toute façon, les jeunes auraient pris quelque chose.

Enfin, le festival s’achève sur la conclusion de Emilie Lopez, qui rappelle juste, l’oeil brillant de satisfaction, qu’on ne connaît pas encore les effets de la vape à long terme, ce qui permet à Julien Courbet de conclure sinistrement « Et on ne va pas tarder à le savoir ». Houla j’ai peur.

Elle en est où, la loi sur les fake news ?

Haine, racolage, incompétence et désinformation sous l’oeil bienveillant de Julien Courbet.

Bref. Un festival de haine, de racolage et de désinformation. On fait le bilan ? Aucun chroniqueur sur ce plateau n’avait la moindre compétence sur le sujet. Aucun n’a cité une des nombreuses études qui contredisent celle mise en avant. Hormis Caroline Ithurbide sur un point de détail, aucun n’a interrogé la méthodologie de l’enquête. Ah, et si l’étude porte sur l’effet passerelle, déjà assez contesté, les chroniqueurs lui ont rajouté un cancer des poumons. Allez, soyons généreux, c’est Baba qui paie.

Bref, heureusement que personne ne regarde cette émission. Ah, si, une poignée de jeunes, qui vont éteindre leur poste en se disant « Ouais, au final, vaut mieux que je fume, quoi ».
Et rien que pour ça, on ne peut que vous inciter à faire un signalement au CSA.

Vous pouvez faire un signalement au CSA, ils ont l’habitude.

Pour ce faire, rien de plus simple, vous cliquez sur ce lien. Ensuite, vous indiquez dans la case que vous êtes un particulier, que vous voulez signaler un service de télévision. La chaîne, c’est C8, l’émission « C’est que de la télé », diffusée le 10/01/2018, la séquence, c’est à peu près 18 H 35, le problème à cocher, c’est la déontologie, puis ensuite, vous décrivez le problème avec vos mots. En gros, l’émission a fait une propagande anti cigarette électronique en citant une étude très controversés sans aucun recul, et en passant sous silence des preuves scientifiques contredisant les propos de ses chroniqueurs et en ajoutant des problèmes dont cette étude ne parlait pas et qui ne reposent sur aucune base scientifique. Ne vous inquiétez pas, de toute façon : le CSA, les émissions produites par Hannouna, ils connaissent, ils ont l’habitude.

Enfin, vous indiquez vos coordonnées, et vous confirmez votre saisine en cliquant sur le lien du mail que vous envoie le CSA. Restez courtois et corrects, c’est très important. Ne soyez surtout pas putassier, ou vous pourriez vous retrouver chroniqueur chez Courbet.

Et puis, surtout, vous pouvez changer de chaîne. Parce que hier, à la même heure, il y avait des émissions bien plus intéressantes ailleurs.

Annonce