Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Vapotage : un risque de cancer 50 000 fois inférieur à celui du tabagisme

Vapotage : un risque de cancer 50 000 fois inférieur à celui du tabagisme

    Annonce

Une étude italienne évalue le risque de cancer associé aux microparticules présentes dans la vapeur émise par la cigarette électronique. Le docteur Farsalinos commente leurs travaux et explique que le risque est 57 000 fois inférieur à celui du tabagisme.

Mise à jour 23/10/2017 à 10:50

Taille, nombre et composition

Le Dr Farsalinos commente ce matin une nouvelle étude italienne (1) à paraître dans le Journal of Aerosol Science. Cette étude s’est attachée à évaluer l’exposition des utilisateurs de cigarettes électronique et de leur entourage aux particules émises par la vaporisation et à calculer les risques de cancer associés.

Crédit photo : Filip Mroz

Les auteurs ont mesuré la taille et la répartition des masses des particules. “Contrairement à d’autres travaux, souligne le Dr Farsalinos, ils ont pris en compte la composition de l’aérosol et des particules en s’appuyant sur la littérature scientifique.” Contrairement à l’argument fréquent, mais erroné, insiste le cardiologue, le nombre et la taille des particules ne sont pas des éléments suffisants pour évaluer la nocivité, l’analyse de leur composition est essentielle pour évaluer les risques associés. 

Prévention

Le chercheur grec prévient l’agitation prévisible de ceux qu’il qualifie de “supporters fanatiques” de la théorie des particules avant qu’ils ne se saisissent de l’information et n’affirment que la cigarette électronique est cent fois plus cancérigène que les combustibles. En effet, l’étude révèle que la vapeur de la cigarettes électroniques expose aux microparticules de moins de 10 μg (PM10) plus de 100 fois, par rapport aux cigarettes traditionnelles.

Des calculs minutieux qui prennent en compte la composition de l’aérosol

Cependant, et heureusement, explique le spécialiste grec, les calculs minutieux réalisés par les chercheurs italiens concernant la composition de l’aérosol des cigarettes électroniques, démontrent que son utilisation entraîne une réduction majeure de l’excès de risque de cancer (ELCR : Excess Lifetime Cancer Risk). “Ces risques sont 57 000 fois inférieurs à ceux du tabagisme”, ajoute-t-il, et inférieurs aux limites établies par l’OMS et par l’EPA, l’Agence américaine de protection de l’environnement.

Le docteur Farsalinos regrette par avance que les résultats de cette étude particulièrement encourageante n’auront probablement droit à aucune publicité dans les médias. “Malgré le nombre d’études, les fumeurs continuent de penser que les e-cigarettes sont autant voire plus nocives que les cigarettes traditionnelles” se désole-t-il.

Continuez à vous informer sur les études du vapotage et bien plus encore, en vous abonnant à notre super newsletter. Chaque semaine dans votre boîte mail !


(1) Mauro Scungio,Luca Stabile,Giorgio Buonanno. Measurements of electronic cigarette-generated particles for the evaluation of lung cancer risk of active and passive users. Journal of Aerosol Science. doi.org/10.1016/j.jaerosci.2017.10.006

Annonce