Vous êtes ici : Vaping Post » L'actualité de la cigarette électronique » Promotion de l’Iqos : Le Parisien montre comment Phillip Morris a franchi la ligne rouge

Promotion de l’Iqos : Le Parisien montre comment Phillip Morris a franchi la ligne rouge

    Annonce

Des journalistes du quotidien Le Parisien ont enquêté sur Philip Morris, un cigarettier qui distribue l’Iqos, son fameux tabac à chauffer sorti en 2013. La filiale d’Altria a clairement franchi la ligne rouge en faisant la promotion de son dispositif dans des bars et restaurants de la capitale.

On découvre dans une caméra cachée la stratégie du commercial de la marque, qui loue les avantages supposés de son produit et le valorise vis à vis de la vapoteuse. Selon lui, les cigarettiers ont désormais le recul pour distribuer des dispositifs plus sains, ce qui n’est pas le cas des fabricants de cigarettes électroniques.

Tous les coups semblent permis, alors ce représentant de Philip Morris ose affirmer que son tabac à chauffer demeure 95 % moins nocif que la cigarette combustible… Un argument sanitaire avancé par Public Health England et qui caractérise objectivement le vaporisateur selon plusieurs études. D’après le pneumologue Bertrand Dautzenberg, l’Iqos reste un produit de tabac avec toute la nocivité qu’il implique.

L’industriel bénéfice de la complicité des gérants des établissements où se tiennent ces soirées. Ils sont rémunérés en chèques cadeaux tandis que les nouveaux utilisateurs de l’Iqos, sont encouragés à être de bons ambassadeurs en étant invités à des événements mensuels dans lesquels ils profitent de boissons alcoolisées gratuites.

Pour aller plus loin :