Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » L’e-cigarette permet d’arrêter de fumer selon une méta-analyse

L’e-cigarette permet d’arrêter de fumer selon une méta-analyse

    Annonce
Une méta-analyse confirme l'efficacité de l'e-cigarette dans le sevrage tabagique.

Une méta-analyse confirme l’efficacité de l’e-cigarette dans le sevrage tabagique.

La nouvelle ne surprendra pas le vapoteur mais interpellera à coup sûr les décideurs politiques encore frileux à dire oui à la vape. La cigarette électronique permet bien d’arrêter de fumer, c’est ce qu’assure une revue systématique [1] publiée mercredi dernier par le Centre Cochrane et relayée par l’agence Reuters.

La preuve que la cigarette électronique puisse aider le fumeur dans une démarche de sevrage tabagique est une nouvelle fois prouvée, grâce à une étude menée par des chercheurs du Royaume-Uni et de la Nouvelle-Zélande. Afin d’établir un rapport entre le vapotage et l’arrêt définitif du tabac, les chercheurs ont suivi les habitudes de 662 fumeurs en les initiant au vapotage.

Sur deux essais randomisés, les chercheurs ont constaté que près de 9 % des fumeurs étaient en mesure d’arrêter définitivement la cigarette en un an. Ce qui est largement au-dessus des résultats fournis par les placebos sans nicotine contre lesquels l’e-cigarette apporterait 2,29 fois plus de chance de s’abstenir de fumer pendant au moins six mois. De plus, ces fumeurs convertis ne manifestent aucun effet secondaire, ni de signe de problème grave. D’autre part, 36 % n’ont pas arrêté de fumer, mais ont réduit de moitié le nombre de cigarettes classiques qu’ils pouvaient fumer dans la même période, comparativement à 28 % des utilisateurs de placebo. Les chercheurs ont également constaté que l’efficacité des e-cigarettes contre le tabac pourrait être comparable à celle des patchs à la nicotine.

Face à cette avancée de la connaissance scientifique, certains experts n’ont pas manqué de réagir. Peter Hajek, professeur de psychologie clinique et membre de l’équipe de recherche de cette étude systématique, a déclaré : « Bien que la cigarette électronique ne soit pas reconnue comme un produit de sevrage tabagique du fait des recherches très limitées, les résultats de cette étude sont encourageants ». Il a ajouté qu’il encourage les fumeurs qui souhaiteraient arrêter de fumer à vapoter, au vu de ces résultats. Rappelons que la Cochrane Review est un réseau de recherche respecté qui détermine l’efficacité relative des différentes interventions de santé.

Robert West, directeur de recherche sur le tabac à l’University College de Londres, a déclaré dans un commentaire envoyé par courriel, que « ces résultats montrent que l’e-cigarette pourrait être un outil de santé publique précieux ». Il a ensuite ajouté que, « même s’il est encore tôt pour le certifier, les e-cigarettes aident déjà des dizaines de milliers de fumeurs à arrêter définitivement le tabac chaque année ».

Deborah Arnott, directrice générale de la Charity Action on Smoking and Health, a déclaré qu’elle espérait que cette orientation de la recherche soit d’avantage encouragée, afin de sauver des milliers de vies.

Côté français on pourra noter la réaction de Jean-Yves Nau, regrettant entre autres l’absence des pouvoirs publics dans l’élaboration de la connaissance sur le sujet. “Comment justifier l’absence […] de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) sur un sujet à ce point prioritaire de recherche médicale et de santé publique ?” s’interroge le journaliste.


[1] McRobbie H, Bullen C, Hartmann-Boyce J, Hajek P. Electronic cigarettes for smoking cessation and reduction. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 12. Art. No.: CD010216. DOI: 10.1002/14651858.CD010216.pub2

Review Author:Review Date:
  • Cegoca

    Ce qui fait quand-même 91% qui sont retournés vers la cigarette … soit 9 personnes sur 10.
    Comme en France, il y a entre 1 à 2 millions de vapoteurs sur les 16 millions de fumeurs (http://www.tabac-info-service.fr/Vos-questions-Nos-reponses/Chiffres-du-tabac), peut-on dès lors considérer le marché du VP comme déjà saturé ?

  • Camé Leon

    Moi deux sur trois une cigarette de temps en temps cad un a deux fois par mois et une autre qui a reduit des deux tiers c’est une bonne moyenne, non ??

    • Sharplosc

      en plus je suis sur que ta cigarette de temps en temps ne te fait rien … tu la fume, le gout est dégueulasse et après tu réalise que la cigarette ne te manque pas. parfois je fume une clope “pour voir” et à la fin de celle ci j’me rend compte que je n’en suis plus dépendant et que je préfère largement mon vaporisateur et mon liquide. Par contre je suis dépendant du vapotage … de la nicotine

      • Camé Leon

        exactement ca ne fais plus rien, quant a la dépendance a la nic je suis passé a 6 mg mais avec une chaleur plus grande, mais j’ai toujours besoin de quelque chose chewing-gum, cure dent etc

  • Richard Roe

    La vapote permet de se débarrasser de la cigarette. La question qui reste est : Permet-elle vraiment de se débarrasser du besoin de nicotine ? Après plus d’un an de vapotage je ne fume plus du tout si j’ai ma vapote à portée de main. En revanche, si je ne peux pas vapoter parce que la batterie est déchargée, le besoin de nicotine est toujours là et, si nécessaire, je fume à nouveau. Evidemment, les progrès dus à la vapote restent énormes : 2 ou 3 heures sans fumer ni vapoter ne me gêne pas. Je suis loin des 40 cigarettes par jour d’il y a plus d’un an. Bref, le vapotage est un bon chemin vers l’arrêt du tabac, mais il reste un pas à faire pour ne plus être dépendant de la nicotine.

    • Richard, mon expérience va peut etre te rassurer un peu (je l’espère). Pour ma part j’ai commencé à vapoter début 2010. Et je suis descendu petit a petit au niveau du taux de nicotine. Je suis passé au taux zéro il y a quelques semaines. Donc pas loin de 5 ans pour passer de 18 à zéro. Donc pour toi qui vape que depuis 1 an, il n’y a vraiment pas d’urgence. D’autant que ce n’est pas la nicotine qu’il faut combattre mais les autres produits qui sont dans la clopes, goudron, co2, nitrosamines etc. Donc pas d’inquiétude dans ton cas. Prends ton temps 😉

      • Nom

        après 2paq/j/45 ans depuis 19 mois je vapote et depuis 6 mais à O mg de nicotine. Plus de cigarette mais de temps en temps un appel insidieux de la tueuse se rappelle à moi donc je continue à vapoter mais ma santé me dit vraiment merci.