Vous êtes ici : Vaping Post » Politique » La vape canadienne prend position contre le tabac chauffé

La vape canadienne prend position contre le tabac chauffé

    Annonce

La Tobacco Harm Reduction Association of Canada (THRA), association de défense des vapoteurs canadiens, vient de publier l’énoncé de sa position sur les produits à risque réduits fabriqués par l’industrie du tabac.

Que sont les produits de vape ?

L’ancienne définition simple de la vape n’est plus suffisante.

Face à l’arrivée de nouveaux vaporisateurs, la THRA fait remarquer que la définition « les produits de vape produisent une vapeur inhalable qui peut contenir ou non de la nicotine, contrairement aux produits du tabac qui produisent de la fumée. » perd de son utilité face à l’arrivée de nouveaux vaporisateurs Heat not Burn (” HnB “) tels que IQOS, Ploom et Glo.

À l’heure actuelle, il existe deux types de produits : les Vaporisateurs électroniques liquides (“VLE”) produites par des sociétés indépendantes et l’industrie du tabac, et les VHNB, produites exclusivement par des sociétés de tabac.

Il y a de la confusion dans certains milieux quant à la nature de ces produits.

“La vape, c’est un appareil qui chauffe un liquide composé de propylène glycol, de glycérine végétale, parfois de nicotine et d’arômes de qualité alimentaire” (THRA)

Les appareils de vaping les plus populaires, et de loin, sont les VLE. Ils sont utilisés comme une alternative agréable au tabagisme par des millions de consommateurs dans le monde entier. Ce sont des appareils très simples qui chauffent un liquide composé de propylène glycol, de glycérine végétale, parfois de nicotine et d’arômes de qualité alimentaire. C’est cette définition qui est retenue par la THRA pour la vape.

HnB est très différent des VLE

Le tabac chauffé contient du tabac et les e-cigarettes n’en contiennent pas, hormis un lien ténu entre la nicotine et le plant de tabac.

La principale différence est que les produits HnB chauffent un mélange qui contient du tabac et d’autres produits à définir pour produire un aérosol. HnB est un produit du tabac alors qu’avec les VLE, il n’y a pas de lien générique avec la plante de tabac autre que, parfois, l’inclusion de nicotine.

En d’autres termes, les VLE ne sont pas plus un produit du tabac qu’une boisson à l’orange additionnée de sucre est un produit du sucre – en raison de l’obsession des industries de la santé pour la nicotine, tous les produits vaping contenant de la nicotine, et même ceux qui n’en contiennent pas, sont considérés comme des produits du tabac.

Les produits du tabac sont du tabac, les produits sans tabac des produits de consommation. 

Afin d’éviter toute confusion, les produits qui contiennent du tabac seront considérés comme des produits du tabac, et les produits qui ne contiennent pas de tabac seront considérés comme des produits de consommation.

Les produits médicaux qui contiennent de la nicotine ne sont pas visés par la présente déclaration, car il s’agit de produits conçus pour aider à cesser de fumer et qui sont officiellement approuvés et ne constituent pas des solutions de rechange au tabagisme qui réduisent les méfaits.

Profil de risque des VLE

Il y a de nombreuses accusations contre la vape, mais jusqu’ici, aucune preuve.

Jusqu’à présent, il n’existe aucune preuve de dommages résultant de l’utilisation de VLE. Tout ce qui existe, ce sont deux arguments distincts des détracteurs de la vape : Que les produits VLE entraîneront des préjudices à long terme et que nous n’en savons pas assez sur les VLE. Ce que nous savons, c’est que les produits VLE ne contiennent pas les ingrédients nocifs que l’on trouve dans la fumée de cigarette et que, sur cette base, ils sont beaucoup plus sûrs que le tabac.

Il existe en revanche des preuves de la faible dangerosité de la vape. 

Et maintenant, des preuves ” réelles ” commencent à émerger. Ce qui suit se réfère à une étude qui est considérée comme la première étude portant sur les résultats à long terme de la vape chez les utilisateurs du “monde réel”. L’étude qui nous assure du risque minimal inhérent à l’utilisation des VLE et a été réalisée par des chercheurs d’un certain nombre d’institutions, dont l’University College London, le Roswell Park Cancer Institute et les Centers for Disease Control and Prevention (tous deux aux États-Unis).

Ce qui est très intéressant dans cette étude, c’est la façon dont elle a été rapportée. Ses faiblesses ont été délibérément mises en évidence : L’auditoire est clairement informé des biais de rappel et de la confusion. Vous pouvez le voir dans la publication du National Health Service du Royaume-Uni, Long-term vaping’far safer than smoking’ says’landmark’ study

Il s’agit donc d’une étude historique, non seulement parce qu’il s’agit de la première du genre, mais aussi parce qu’elle démontre un degré d’honnêteté que l’on ne trouve pas dans les “études” proclamant les méfaits de l’utilisation des VHU.

C’est la malhonnêteté ou l’incompétence inhérente qui est le fondement de la preuve présumée d’un préjudice, ou du potentiel de préjudice, découlant de l’utilisation de VLE.
Il y a eu un tsunami d’accusations prétendant être des preuves de dommages causés par l’utilisation de VLE. En fait, tout ce que cela représente, c’est une vague après l’autre, générant des vagues de titres racoleurs dans la presse.

On peut en trouver des exemples dans les allégations auxquelles l’utilisation de VLE conduirait :

1. Les maladies pulmonaires du “maïs soufflé”, le cancer, les maladies cardiaques, la cécité, la pneumonie lipoïde et, dans une histoire d’horreur ici au Canada, la tuberculose. La liste est interminable et n’est étayée que par des études truffées de questions confondantes, de contradictions, de statistiques cachées, d’exagérations, de déceptions délibérées et, dans certains cas, d’incompétence totale;

2. Allégations de niveaux dangereux de formaldéhyde lorsque les chercheurs ne savaient pas comment faire fonctionner un appareil de VLE (peut-être qu’ils savaient, auquel cas ils mentaient);

3. Pneumonie lipoïde où les médecins pensaient que le liquide était une huile (et n’ont pas remarqué que l’inhalateur utilisé par le patient contenait de l’acide oléique);

4. N’oublions pas la confusion créée par la classification d’un produit qui ne contient pas de tabac comme produit du tabac, ce qui permet d’affirmer que l’usage du tabac est en augmentation chez les jeunes – bien sûr qu’il l’est – quand on ajoute le vaping aux taux de tabagisme, mais quand on le prend séparément, l’activité tabagique diminue à un rythme sans précédent.

Le but des associations est d’éduquer le public pour qu’il choisisse en connaissance de cause.

Et ainsi de suite, et c’est le rôle de l’Association canadienne pour la réduction des méfaits du tabac (THRA), comme d’autres organisations de consommateurs, d’essayer d’éduquer le public afin qu’il puisse choisir une alternative plus sûre au tabagisme s’il le souhaite.

Sur le HnB

La THRA considère que tout produit doit permettre de réduire les méfaits du tabac pour qu’elle le défende.

La position de la THRA à l’égard de tout produit doit faire l’objet d’une réduction des méfaits. Si un produit remplace le tabac et est plus sûr que le tabagisme, il doit être approuvé. Cependant, il y a des degrés de sécurité et il y a des questions relatives à la disponibilité et au choix.

Il n’est pas question de savoir si HnB est plus sûr que le tabagisme. Les fabricants des produits estiment qu’ils sont environ 80 % plus sûrs que la cigarette. Le fait que ces appareils chauffent le tabac et fonctionnent à des températures plus élevées que les VLE explique probablement les niveaux de sécurité réduits par rapport aux VLE qui, selon les estimations de Public Health England, sont au moins 95 % plus sûrs.

Cela étant, il s’agit de “plus sûr” et de “plus sûr”.

La THRA ne fera pas la promotion du tabac chauffé, la vape étant une alternative plus sûre au tabagisme.

THRA ne fera pas activement la promotion de HnB en l’état actuel des choses parce que les VHU sont l’alternative la plus sûre au tabagisme. Mais ce n’est pas le vrai problème.
Le vrai problème, c’est le choix du consommateur.

Là où le mouvement de contrôle du tabac s’est engagé dans des pratiques très douteuses pour forcer les gens à arrêter de fumer, la THRA et d’autres considèrent que c’est leur mission, non pas de contraindre, intimider, harceler et terrifier les fumeurs par des programmes de dénormalisation, mais d’informer et d’encourager par l’éducation : pour montrer aux gens que, s’ils sont fumeurs, il y a un choix : faire savoir aux gens quels sont ces choix, et cela inclut les produits HnB. Il ne s’agit pas d’une approbation, mais simplement d’énoncer les faits.

Les vapoteurs craignent que l’industrie du tabac s’empare de la vape. Cela n’a pas encore commencé, mais la pression des actionnaires devrait enclencher le mouvement.

Beaucoup de vapers s’inquiètent de la puissance de l’industrie du tabac. Ils craignent que les entreprises du tabac utilisent leur puissance financière pour endommager / absorber la petite industrie indépendante des VLE – c’est normal sur n’importe quel marché et c’est aux indépendants de maintenir les normes les plus élevées et d’utiliser l’incapacité de l’industrie du tabac à créer de la variété contre elle. Les mouvements les plus agressifs de Big Tobacco dans le marche de la vape n’ont pas encore eu lieu, mais la réaction du marché boursier à la prise de conscience de la façon dont le vaping profond a réduit la part de marché actuelle et future de Big Tobacco accélérera une nouvelle guerre contre les VHU.

Le choix est cependant difficile lorsque les pays créent des réglementations qui favorisent l’industrie du tabac. Par exemple, en créant des règlements :

1. Lorsque le coût de la conformité est si prohibitif qu’il ne peut être assumé que par de grandes entreprises bien capitalisées ;

2. Qui limitent l’innovation, un domaine où l’industrie du tabac est vulnérable,

3. Cela limite la capacité des fabricants et des détaillants à fournir des renseignements exacts sur leurs produits.

Tout ce qui réduit le marché ou restreint la capacité de choix du public doit être contré.
Ce que la THRA n’acceptera pas, c’est l’adoption du langage et des tactiques de la lutte antitabac – elles sont destructrices et, en fin de compte, autodestructrices.

La THRA se refuse à recourir à l’intimidation et au harcèlement des fumeurs, contrairement aux associations de lutte antitabac.

La THRA, contrairement à Tobacco Control, n’aura pas recours à l’intimidation et au harcèlement des fumeurs pour les inciter à cesser de fumer. Il ne sera jamais coupable de détournement de mission ou de se laisser ” acheter ” ou ” capturer ” comme l’ont fait la lutte antitabac et d’autres organismes de santé.

La THRA est synonyme d’honnêteté, de promotion d’une politique scientifique et du droit de l’individu d’avoir le choix dans sa recherche du meilleur style de vie possible.

Le site de la THRA

(Texte traduit et adapté du communiqué original en anglais)

Annonce