Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » La FDA s’intéresse aux batteries des e-cig

La FDA s’intéresse aux batteries des e-cig

    Annonce

Si la FDA fait parler d’elle dans le domaine de la vape, soyons francs, ce n’est que très rarement en bien. Et pourtant, il arrive que l’administration américaine réalise des études au service des vapoteurs. Focus sur la dernière d’entre elles, s’intéressant aux accidents causés par les batteries dans le monde de la cigarette électronique, et publiée dans le journal Injury Epidemiology

Une étude peu surprenante 

Il n’est malheureusement plus à démontrer que la cigarette électronique est perçue comme dangereuse par une grande partie de la population mondiale. Les causes de cette vision biaisée peuvent être nombreuses, et l’objet de cet article n’est absolument pas d’en débattre. Intéressons-nous plutôt aux résultats de cette étude réalisée par le CTP (Center for Tobacco Product), branche de la FDA s’attelant à tout ce qui concerne le tabac et ses dérivés. 

Des accidents évitables 

Pour la réalisation de cette étude, les chercheurs de la FDA ont utilisé les données du NEISS (système national de surveillance des blessures électroniques) sur l’intégralité de l’année 2016. Ce système fonctionne de manière assez simpliste puisqu’il se base sur le nombre de blessures causées par un appareil électronique quelconque, parmi un vaste échantillon d’hôpitaux américains, puis crée, à partir de ce chiffre, une estimation pour tout le pays. 

Au cours de l’année 2016, parmi l’échantillon sélectionné par le NEISS, le nombre de personnes ayant été conduites aux urgences suite à une brûlure mettant en cause une batterie de cigarette électronique, était de 26. Le système estime donc que, pour l’intégralité du territoire national, ce nombre porte à 1 007 accidents. 

Mais l’étude ne s’arrête pas là puisque chacun des rapports d’accidents réalisés par les médecins, lors de l’arrivée de ces patients aux urgences, a été analysé. Ainsi, la FDA explique que 77,3 % des blessures causés par la batterie d’une cigarette électronique, se situent au niveau des cuisses, de l’entrejambe, de l’abdomen ou des hanches. Il est ainsi aisé de deviner que ces emplacements ne sont absolument pas anodins, et correspondent bien aux endroits où se situent des poches, dans lesquelles les accus devaient être mal stockés, sans protection aucune. 

Rappelez-vous la règle d’or

L’étude indique également que, seulement 3,1 % des blessures causées par une batterie de cigarette électronique, se situent sur d’autres parties du corps, telles que le cou, le visage, le torse ou les pieds. 

Autres faits intéressants, parmi tous ces blessés, une seule femme était présente, et chez les hommes, un seul avait plus de 55 ans. Près de 20 % des blessures mettaient alors en cause des jeunes de 18 ans, ou moins. Là encore, au vue de la jeunesse des blessés, il y a fort à parier qu’un manque de soins dans le transport des batteries, fut la cause de l’accident. Ah, l’inconscience de la jeunesse…