Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » La cigarette électronique n’est pas un médicament selon les eurodéputés

La cigarette électronique n’est pas un médicament selon les eurodéputés

Les pays de l'Union ont tranché : l'e-cigarette ne sera pas un médicament

Les pays de l’Union ont tranché : l’e-cigarette ne sera pas un médicament

Les collectifs anti-tabac et les parties prenantes de la cigarette électronique retenaient leur souffle ce mardi 8 octobre. En effet, le destin de l’e-cigarette en Europe se jouait en séance plénière au parlement à Strasbourg.

Les vapoteurs peuvent être soulagés, le produit est toujours autorisé en vente libre. La cigarette électronique n’est pas classifiée comme un médicament.

L’amendement destiné à donner ce statut aux e-cigarettes a été soutenu par les écologistes et les socialistes. Mais les libéraux, les conservateurs, et la majorité des élus de droite ont en revanche voté contre la mesure. Les eurodéputés ont également décidé que les cigarettes électroniques seraient interdites aux mineurs et qu’il ne serait désormais plus possible d’en faire la promotion. Enfin, la liste des composants de l’e-cigarette devra être rendue publique.

Les pouvoirs publics de l’Union Européenne reconnaissent ce 8 octobre l’efficacité du produit pour la diminution et l’arrêt du tabac.

La voix des anciens fumeurs, le combat mené par de nombreux médecins, et le travail réalisé par les associations de consommateurs et de professionnels ainsi que l’OFT ont certainement contribué à ce vote qui garantit la diffusion de la cigarette électronique, et par la même occasion porte un nouveau coup dur contre l’industrie du tabac.

Des mesures destinées à diminuer l’attractivité des cigarettes conventionnelles ont en outre été adoptées.

Liste des députés français qui souhaitaient une cigarette électronique médicament

Publiée par Jean Patrick Malafosse sur Facebook, voici la liste des députés européens français qui ont voté en défaveur de l’amendement écartant la médicalisation de la cigarette électronique. Pour vulgariser les choses, les personnes politiques ci-dessous n’ont pas soutenu la cause des vapoteurs telle que présentée par les différentes associations de consommateurs et de professionnels.

Plus d’information sur votewatch.eu
Liste des députés européens français pour une e-cigarette médicament

Liste des députés européens français pour une e-cigarette médicament

Review Author:Review Date:
  • Anne Filler Aron

    Un grand soulagement!

    • YASS YASSE

      Mefions nous…Je pense que l’industrie du tabac avait 2 choix soit tuer la cigarette electronique, soit au contraire user de ses influences pour qu’elle continue d’etre en vente libre et preparer (dejà commencé) sa contre attaque en absorbant par exemple les boutiques existentes et/ou tuer la concurence avec leurs produits et leurs milliards , leurs parts de marché ne peuvent pas partir en fumée … à suivre…

  • Olivier Sicard

    Je doute que notre gouvernement à la recherche de ressources fiscales renonce pour autant à taxer cette manne …

  • Strap

    Super pour la bataille gagnée mais le: “…et qu’il ne serait désormais plus possible d’en faire la promotion.” m’interpelle. Que vont devenir les sites, forums, boutiques en ligne ???

    Peut-être simplement ne plus jamais appeler ça une “cigarette électronique”…

    • En effet c’est une possibilité même si difficilement applicable car un chat est un chat. Mais il se pourrait que l’assimilation à la cigarette soit la cible principale de la prochaine circulaire promise par la Ministre (qui attendait l’issue du vote au Parlement). Ce que craint probablement l’État c’est de banaliser l’acte de fumer par des visuels et des messages promotionnels mettant en avant une certaine forme de tabagisme indirect. Des ecigs type cigarette, une jolie femme qui vapote, la clope maintenant c’est possible, fumer autrement, ne mourrez plus du tabac, etc. je ne serai pas étonné de voir ce genre de communication banni du champ publicitaire. A suivre.

    • Alexis Finn

      Moi ça me choque pas que la publicité soit interdite, au contraire je trouve que c’est plutôt une bonne idée. Qu’on présente la cigarette électronique comme une alternative à la clope qui puisse peut-être vous permettre d’arrêter de fumer c’est bien, mais c’est malheureusement pas ça la publicité.
      La publicité c’est dire ELLE EST INOFFENSIVE* (*il n’existe actuellement aucune preuve de sa nocivité)
      La publicité c’est dire ARRÊTEZ DE FUMER GRÂCE A NOTRE PRODUIT* (*resultats non garantis)
      La publicité c’est dire L’E-CIG 100% FRANCAISE* (*produit assemblé en france)
      etc…
      Bref en l’état actuel des connaissances je pense qu’interdire la publicité est une bonne idée car ça évitera beaucoup de désinformation de la part de certaines companies/vendeurs peu scrupuleux qui pourrais ensuite être utilisé pour stigmatiser l’ensemble de la communauté.

      • La publicité c’est “une forme de communication, dont le but est de fixer l’attention d’une cible visée (consommateur, utilisateur, usager, électeur, etc.) afin de l’inciter à adopter un comportement souhaité : achat d’un produit etc.”

        Es-tu d’accord pour autoriser la promotion de produits en provenance des boutiques, mais en cadrant la manière dont elles peuvent en parler ?

        Interdire la publicité c’est interdire la présentation positive d’un produit. Il faut rappeler qu’aujourd’hui, faire l’apologie du tabagisme est interdit. Si on place la cigarette électronique dans le même rang de restriction publicitaire que le tabac, les sites d’information comme celui-ci ne seront plus possibles. Car en disant que tel e-liquide est très bon ou que le dernier atomiseur est super, c’est faire l’apologie de la cigarette électronique.

        • Alexis Finn

          Je ne suis pas contre le faire de faire l’apologie de la cigarette électronique, mais je pense qu’en l’état actuel cette apologie devrai provenir des utilisateurs qui peuvent retranscrire leur expérience du produit.

          Je ne pense pas que cette apologie doive provenir s’une grande société tel que Philippe-Morris ou autres (car il ne faut pas se leurrer, qui auras les moyens de se payer des panneaux publicitaires sur l’autoroute ou un spot en prime-time pendant Koh-Lanta à 20000€ les 30s ? Vous ?), trop souvent on peut constater comment l’industrie émet des messages trompeurs sur le débit internet, les prêts bancaires ou encore la qualité ou la provenance d’un produit, en se contentant de faire rapidement défiler en bas de l’écran les explications détaillés qui vont avec la petite étoile qui ne seras visible qu’à la fin de la pub (il seras trop tard alors pour lire le texte).

          Trop souvent j’ai entendu des vendeurs annoncer avec un aplomb incroyable que l’arrêt du tabac est assuré à 100% grâce à ce produit, qu’elle ne contient que des composés naturels et quelle ne pésente absolument aucun risque pour la sante, ce n’est que de la vapeur d’eau etc…

          La publicité n’est malheureusement pas une promotion honnête d’un produit mais bien une lutte acharnée pour voir qui raconteras la plus belle histoire, qui arriveras a raconter le mensonge le plus vicieux en toute légalité “Mon produit est plus bénéfique que le tiens (bénéfique pour le revendeur s’entend)”.

          Bref autant je suis content que ce produit ne soit pas considéré comme un médicament, autant je pense qu’il ne faut pas (encore) en faire un produit banalisé de consommation courante.

          Enfin, n’étant pas vous-mêmes revendeurs et n’ayant aucun intérêt financier dans l’histoire, je vois pas en quoi vos tests de différents produits pourrait être considéré comme de la publicité. C’est plutôt a mettre en relation avec un travail journalistique qu’autre-chose.

          • C’est plein de vérité ce que vous dîtes (et excusez moi de vous avoir tutoyé, j’ai tendance à être très simple dans mes approches). Je pense que les professionnels, quand il le sont vraiment, peuvent adopter une déontologie commune, le CACE est un très bon début vers cette voix (pas de prétention au sevrage, règles de présentation commerciale qui commence à s’uniformiser, expression “vapeur d’eau” bannie, etc.) La publicité responsable pourrait être de faire évoluer un discours commercial (tel produit est performant, moins cher, etc.) dans un cadre très bien défini, comme c’est le cas avec l’alcool par exemple.

            Pour ce qui est de mes intérêts financiers bien sur que j’en ai, il faut consulter la page “à propos” pour en comprendre le détail. Ce site internet, qui aspire petit à petit à devenir un journal sur le sujet, trouve sa rémunération dans les partenariats établis pour les tests produits. Vous imaginez bien qu’au rythme des publications il serait impossible de faire ce travail gratuitement (à moins d’être rentier). Les tests produit est une forme de publicité et je suis donc, en tant que responsable de ce site, directement concerné par une éventuelle interdiction de la publicité.

            -Ghyslain

          • Alexis Finn

            Bien sur que je suis favorable à une publicité responsable qui découlerai d’un code de déontologie stricte et permettrai de garantir la nature informative et honnête de telles annonces, c’est juste qu’il me semble qu’on est actuellement très très loin de ce genre de “publicités” , pour l’heure la pub a un objectif quasi-uniquement commercial (on pourras trouver quelques rares exceptions comme les campagnes contre l’alcool au volant ou pour les resto du coeur mais ça reste des exceptions).
            Le fait est il me semble qu’en l’état, si on autorise la publicité, on retrouveras très vite notre bon vieux cow-boy Malboro en train de “s’en griller une” tranquillement à l’anniversaire de son gosse, le tout diffusé juste avant le dernier walt-disney au cinema (bon j’exagère peut-être un peu, mais probablement pas tant que ça).

            Alors je suis désolé d’apprendre qu’étant sponsorisé par des companies de cigarettes électroniques vous êtes directement concerné par cette interdiction, mais actuellement les doutes et incertitudes planant sur ce produit laissent tout simplement trop de marge à la désinformation.

            La publicité responsable oui, mais si on autorise la publicité avant de mettre en place des régles strictes de déontologie alors les commerçants honnêtes se feront bouffer tout cru par ceux qui ont les moyens de crier plus fort.

          • jean françois lamy

            Je partage tout à fait votre opinion
            N’oublions pas les très importants enjeux économiques liés à ce produit
            Ce n’est pas le monde des “Bisounounours”

  • Cedric Volraich

    C’est une excellente nouvelle, mais restons prudents et contenons notre joie…