Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Face au désordre politique actuel, l’e-cigarette semble avoir encore de beaux jours devant soi

Face au désordre politique actuel, l’e-cigarette semble avoir encore de beaux jours devant soi

Je vous parlais il y a quelques semaines de la menace qui pèse sur l’e-cigarette suite à la publication du projet de loi de John Dalli, commissionnaire européen à la consommation et la santé, qui visait entre autre à interdire la cigarette électronique en Europe. Mais voilà que l’on apprend aujourd’hui via le point.fr (et rapporté par Amanda du forum-ecigarette.com) que monsieur Dalli vient de démissionner car une enquête anti-fraude vient d’être ouverte à son sujet.

Un commissionnaire européen véreux ?

EU Commissioner for Health John Dalli

Le commissaire européen en charge de la Consommation et de la Santé, le Maltais John Dalli, pourrait avoir été pris la main dans le sac.

Une entreprise Maltaise ayant des contacts avec Monsieur Dalli aurait contacté un fabricant de SNUS pour négocier des intérêts financiers prétextant savoir comment la loi sur ce produit pourrait évoluer. Le SNUS, qui est un tabac en poudre qui se place derrière la lèvre supérieure et consommé principalement en Suède et en Norvège, est pour le moment interdit en Europe mais pourrait bien être autorisé prochainement.

Qu’advient-il alors du projet de loi de monsieur Dalli ? Je n’ai pas la réponse, mais il me semble assez probable que son papier va partir à la poubelle, tout du moins espérons que l’on pourra vapoter tranquillement en 2013. Bon débarras.

Pendant ce temps là l’OMS se gratte la tête face à l’e-cigarette

cigarette-electronique-oms

L’OMS ne sait que faire de la cigarette électronique

Un très bon article publié par Randall d’unairneuf.org fait état du compte rendu de l’organisation mondiale de la santé (OMS) au sujet de l’e-cigarette qui semble apparemment poser beaucoup de questions.

Pour résumer la situation, Randall utilise l’image de la poule qui trouve un couteau, je trouve ça très parlant. En gros ils sont dépassés par les évènements, l’ecig va trop vite et personne ne comprend vraiment ce que c’est. Le temps qu’ils arrivent à nous pondre quelque chose, on sera déjà plusieurs millions à vapoter dans le monde.

Review Author:Review Date:
  • Il semble que la Commission Européenne, qui concentre les influences du lobbying, semble moins ‘propre sur elle’ que la très honnête Suède. Il convient de féliciter Swedish Match qui a préféré dénoncer le trafic d’influence et ne pas subir le racket de responsables véreux. De toute façon, la justification de l’interdiction du Snus, sorte de tabac à chiquer, ne tient pas plus que celle de la cigarette électronique : les deux sont des options à moindre risque de la dangereuse cigarette fumée.

    Toutes deux sont combattues par Big Pharma, qui entend ne pas lâcher sa poule aux oeufs d’or des “traitements d’aide à l’arrêt”, inefficaces comme chacun sait et dont la seule logique semble rester “Arrêter ou mourir”. L’alternative de consommation à moindre risque l’insupporte au plus haut point.

    Il semble probable que le très prohibitionniste projet de directive européenne ne puisse entrer en vigueur avant les prochaines élections au Parlement de Strasbourg en 2014. D’ici là, la voix des vapoteurs aura cessé d’être confidentielle et on aura assez d’études pour argumenter sur des faits et non sur des propos biaisés. En final, c’est à Strasbourg, seule entité démocratique européenne, que l’avenir de la Directive se jouera.