Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Face à la vague de primo-accédants, des boutiques romandes affûtent la qualité de leur service

Face à la vague de primo-accédants, des boutiques romandes affûtent la qualité de leur service

L’affluence croissante de débutants, accélérée par les dons de nicotine et la récente diffusion du film Vape Wave, a motivé cinq boutiques romandes à suivre une formation délivrée par le scientifique Jacques Le Houezec. Helvetic Vape veut amplifier le mouvement.

La vape suisse prend son envol. En 2016, la généralisation de la pratique des dons de nicotine pour pallier à la prohibition fédérale a déjà accompagné une croissance de l’ordre de 50%, selon l’évaluation de la Swiss Vape Trade Association (SVTA). Le 22 mai dernier, la diffusion télévisée du truculent film documentaire Vape Wave de Jan Kounen, en prime-time sur la RTS, accélère l’engouement côté romand.

Les fumeurs à la recherche de moyen de sortir du tabagisme affluent en masse dans les boutiques spécialisées. «C’est de la folie! Au moins 30% de clients en plus! Les gens sont révoltés face aux contradictions des médias et des lobbies du tabac sur le vapotage», nous rapporte David Benoit, de la boutique neuchâteloise Chez Smoke. Le même phénomène est rapporté à Genève, Lausanne ou Martigny.

Pour affiner la prise en charge de cette vague de primo-accédants, cinq magasins romands de vape se sont organisés une journée de formation Amzer Glas dispensée par Jacques Le Houezec, scientifique spécialiste du domaine. L’ambiance est studieuse ce 16 mai entre les confrères romands. Les lausannois du kiosque Fumerolles côtoient les montreusiens d’Altersmoke, Isabelle Pasini représente les boutiques Sweetch implantées à Genève et Lausanne, tandis que l’accent valaisan est porté par la Cave du vapoteur de Martigny, auxquels s’ajoute l’enseigne neuchâteloise de Chez Smoke.

Acteurs de santé de première ligne

«Les boutiques de vape sont des acteurs de santé en première ligne pour réduire le tabagisme en convertissant des fumeurs au vapotage», explique Jacques Le Houezec, aussi Directeur de Treatobacco, organisation internationale sur le sevrage tabagique. Du côté de la défense des usagers, Olivier Théraulaz, également présent, abonde. «Cette formation donne de solides bases pour devenir de futurs maillons incontournables de la lutte contre la combustion tabagique et participer au tournant vers une consommation de nicotine beaucoup plus propre», s’enthousiasme le Président de l’association Helvetic Vape.

Au programme très dense, des outils pour dédiaboliser la nicotine, dont la mauvaise réputation fait perdre de vue que le danger et les maladies du tabagisme proviennent de la fumée. Les participants confirment. Fréquemment leurs clients fumeurs ont plus peur de la nicotine que des milliers de toxiques nocifs de la fumée. «Cette formation nous a amené à renforcer et recentrer notre conseil autour de la nicotine. C’est l’élément clef», souligne Pedro Moreira d’Alter Smoke. «J’ai aussi beaucoup appris sur le fonctionnement des neuro-transmetteurs et les possibilités d’utilisation de la nicotine pour soigner certaines maladies dans le futur», ajoute Isabelle Pasini de Sweetch.

Maximiser les arrêts du tabac

Des connaissances scientifiques qui servent à armer en pratique ces acteurs de terrain. «Cette journée très enrichissante m’a permis de questionner mes pratiques. Cela m’a donné des pistes afin de minimiser les échecs, c’est à dire de maximiser le nombre de fumeurs que je parviens à faire arrêter le tabac grâce à la vape», explique Nicolas Michel de Fumerolles. Certains songent à organiser de nouveau une formation pour leurs employés ou collègues. Cette formation pourrait même profiter aux professionnels de santé suggère Olivier Théraulaz. «Actuellement, les professionnels de santé suisses s’appuient encore sur l’ancien paradigme anti-tabac. Une mise à jour est nécessaire», espère t-il, entrevoyant de futures collaborations entre usagers et professionnels de santé et du vapotage.

Des collaborations entre tous les acteurs

Pas supplémentaire en ce sens, la brochure imprimée d’Helvetic Vape (PDF) à destination des fumeurs pour les convertir au vapotage et en finir avec les méfaits de la fumée sera sous peu disponible dans les meilleurs magasins romands. Déjà distribuée à plus de 50’000 exemplaires en Suisse-alémanique, elle offre un guide compact et précis. Mais le mouvement ne va pas s’arrêter là nous assure le représentant des usagers. «Des ponts sont en train d’être mis en place dans certains cantons entre Helvetic Vape et les professionnels de santé, les choses avancent lentement mais sûrement». 

 

 

  • Très bon article et très bonne initiative 🙂