Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » E-cigarette : La théorie de passerelle vers le tabagisme une nouvelle fois enterrée

E-cigarette : La théorie de passerelle vers le tabagisme une nouvelle fois enterrée

Les résultats d’une récente enquête menée par l’Office for National Statistic (ONS) viennent contredire une nouvelle fois en Grande-Bretagne, l’hypothèse selon laquelle la cigarette électronique serait une passerelle vers le tabagisme chez les non-fumeurs.

Des utilisateurs fumeurs ou ex-fumeurs de mieux en mieux informés

De manière générale l’enquête a révélé que le nombre de fumeurs était passé de 46 % en 1974 à 19 % en 2013. Plus particulièrement les données recueillies entre janvier et mars 2014 montrent que la plupart des vapoteurs sont des anciens fumeurs ou des fumeurs réguliers. Plus de la moitié des vapoteurs interrogés ont déclaré qu’ils utilisaient leur vaporisateur dans le but d’arrêter de fumer, et pensent que l’e-cigarette est moins nocive que la cigarette traditionnelle.

L’ONS a estimé qu’il était crucial de rendre publique ces résultats préliminaires afin de satisfaire les besoins d’informations au sujet de la cigarette électronique.

Kevin Fenton, director of health and wellbeing at Public Health England

Kevin Fenton, director of health and wellbeing at Public Health England

Kevin Fenton, le directeur national de la Santé et du Bien-être public (département de la Santé) a déclaré qu’au vu du nombre croissant de vapoteurs, il était désormais important de mettre un accent sur le contrôle de qualité et de sécurité sur ce produit. Il pense que l’adoption d’une réglementation en faveur de l’e-cigarette aidera à réduire considérablement le taux de mortalité annuel causé par le tabagisme en Angleterre.

Selon certaines modalités (allégations thérapeutiques, taux de nicotine, …) le vaporisateur personnel devrait être considéré comme étant un médicament d’ici 2016 au Royaume-Uni, d’après l’organisme Medicines and Healthcare Products Regulatory Agency, équivalent de l’ANSM en France.


Via ONS et BBC

Review Author:Review Date:
  • Toflu

    bonne nouvelle, mais la seconde partie me gene un peu : que ce soit controlé pour une meilleure qualite c est bien, voire necessaire.
    Que ca soit un medicament … remboursé ? prescrit ? limité aux pharmacies ?
    Sur une liste “libre” comme l’aspirine en allemagne, sans prescription ni remboursement, et achetable en supermarché ?
    Perso je veux bien vapoter aux frais de la secu, mais ca m ennuie de devoir passer chez le medecin pour refaire le stock de e-liquide …

    • Titan

      Ah non … Qu’on lui foute la paix, à la Sécu, moi je veux vaper libre. Je ne veux pas être encore plus mal vu par la populace anti-vape en tapant dans la caisse. Déjà qu’à cause de l’E-Cig, on risque de mourir plus vieux que prévu, du coup, la Sécu devra nous soigner plus longtemps (lol). J’avais déjà des scrupules à concevoir que la communauté entière doive cracher au bassinet pour soigner mon cancer personnel, je ne veux pas abuser.
      En revanche, à l’image de ce qui existe pour nos yaourts, nos saucisses ou notre eau minérale, qu’un organisme INDEPENDANT voit le jour et soit en mesure de contrôler la qualité de notre vape à tous niveaux, tout à fait d’accord. Je suis même prêt à à payer une dîme pour ça. Mais que ce soit un truc hors MST, cause que comme son nom l’indique, elle risque de de tout infecter.
      Et accessoirement, je déclare que le plus élémentaire des principes de précaution voudrait que MST ne s’occupe pas de la Vape.