Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » Congrès de médecine : la vape sous un nouveau feu médiatique

Congrès de médecine : la vape sous un nouveau feu médiatique

    Annonce

La cigarette électronique invitée malgré elle au congrès annuel 2017 de l’European Respiratory Society n’y est pas la bienvenue. Annoncés à grand renfort de communiqués de presse, plusieurs travaux placent le dispositif (et les auteurs) sous le feu médiatique, à commencer par des risques cardiovasculaires.

Mise à jour 13h : Réactions

Résultats préliminaires et risques cardio-vasculaires

A en croire un communiqué de presse, de la European Lung Foundation, les travaux du Dr Lundbäck montrent pour la première fois que vapoter des e-liquides nicotinés provoque un rigidité des artères chez l’homme, phénomène associé à un risque accru de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral plus tard dans la vie.

Pour ces travaux, quinze jeunes volontaires sains ont été recrutés. D’âge moyen de 26 ans, ils fumaient moins de dix cigarettes par mois et n’avaient pas, jusque là, utilisé de cigarettes électroniques. 

Les chercheurs ont observé une augmentation significative – mais temporaire – de la tension artérielle, du rythme cardiaque et de la rigidité artérielle  chez ceux qui avaient vapoté nicotiné mais pas chez ceux qui avaient vapoté sans nicotine.

L’augmentation immédiate de la rigidité artérielle que nous avons observée est très probablement attribuable à la nicotine” a déclaré le Dr Lundbäck.”

Spéculations

Le chercheur explique que des effets similaires ont été démontrés en cas de tabagisme et que l’exposition chronique au tabagisme actif et passif entraîne une augmentation permanente de la rigidité artérielle.

Nous spéculons que l’exposition chronique à la nicotine peut avoir des effets permanents sur la rigidité artérielle à long terme.

Mais, s’il incrimine la nicotine, c’est silence radio sur les autres sources notamment les substituts nicotiniques tels que patchs, gommes, spray. Quitte à informer les utilisateurs, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout.

En janvier 2016, le Dr Farsalinos publiait une analyse des données recueillies par l’étude ECLAT. Les enseignements tirés par le chercheur grec : les fumeurs qui adoptent le vaporisateur pour se sevrer ou réduire drastiquement leur consommation de tabac peuvent en retirer un effet bénéfique pour leur pression artérielle.

A la différence du scientifique suédois qui a sélectionné pour son étude des volontaires petits fumeurs ou très occasionnels, le cardiologue s’était focalisé sur les effets du vapotage chez les fumeurs. Cette population est de très loin la première utilisatrice de cigarette électroniques, les non-fumeurs vapotant des liquides nicotinés restent très rare.

En toile de fond, l’argumentation anti-vape traditionnelle  

Pour mettre ses travaux en perspective, le chercheur suédois reprend à son compte les arguments classiques des détracteurs de la vape et des approches de la réduction des risques.

Plusieurs études remettent en question le recours à la cigarette électronique comme moyen d’arrêter de fumer” explique-t-il, ajoutant que “l’industrie de la cigarette électronique s’adresse aussi aux non-fumeurs, avec des designs et des saveurs qui attirent un grand nombre de personnes, même les plus jeunes“.  

Enfin, “il est de la plus haute importance d’étudier plus avant les effets possibles à long terme de l’utilisation quotidienne de la cigarette électronique par le biais d’études financées indépendamment de l’industrie de la cigarette électronique.

Réactions

Professeur Peter Hajek

Réagissant au communiqué de presse, le directeur de l’Unité de recherche sur la dépendance au tabac de l’Université Queen Mary de Londres (QMUL) a déclaré :

 

C’est un effet stimulant bien connu de la nicotine qui n’ a que peu d’importance pour la santé. Boire du café a le même effet, mais seulement plus fort et plus durable (comme c’est le cas en regardant un match de football à suspens).

Dr Tim Chico

Ce professeur de médecine cardiovasculaire et cardiologue consultant à l’Université de Sheffield a également réagi.

Les cigarettes électroniques ont certainement des effets sur la santé, et il est très important que les non-fumeurs ne commencent pas à les utiliser en pensant à tort qu’elles sont inoffensives. Cependant, la question clé est de savoir si elles sont aussi nocives que les cigarettes conventionnelles, et cela semble très improbable, surtout si elles sont utilisées pour arrêter complètement de fumer. Bien qu’il soit important de comprendre les effets des cigarettes électroniques, cela ne doit pas faire oublier que le tabagisme réduit l’espérance de vie de dix ans et provoque des maladies chroniques qui détruisent la qualité de vie.

Pour aller plus loin

Nos articles sur la cigarette électronique et les risques cardiovasculaires