Vous êtes ici : Vaping Post » La boîte à questions » Questions pratiques » Vapoter au ski (et dans le froid)

Vapoter au ski (et dans le froid)

  • Par , le 15/01/2018 à 18h07
    Annonce
Article Headline: Vapoter au Ski (et dans le froid) Article Description: L'hiver et le froid ont une incidence sur le matériel et les liquides, qui impose quelques précautions simples pour vaper sereinement.

10 réponses à Vapoter au ski (et dans le froid)

  1. Sylvain Rivier dit :

    il y a un effet dont vous ne parlez absolument pas : la diminution de pression qui peut provoquer des fuites. La bulle d’air dans le tank va se détendre en montant en altitude et risque de chasser le liquide, d’où la fuite. En montagne, je pars toujours avec mon ato avec un juice flow réglable.
    C’est le même problème qu’en avion.

    • Vap Ed Vap Ed dit :

      Autant c’est sensible en avion ou la pression baisse brutalement, autant je n’ai jamais remarqué de fuites en altitude, probablement à cause du changement progressif de pression?
      Merci de la précision en tout cas, c’est toujours utile de le préciser effectivement.

      • Sylvain Rivier dit :

        Effectivement en avion c’est hyper flagrant, mais pour une autre raison : il est interdit de vapoter dedans ! 🙂
        Dans les avions de ligne, la pression est maintenue à l’équivalent de ce qu’on a entre 1800 et 2100m.
        Si on monte en voiture à la même altitude il se produira la même catastrophe. Sauf que si on vape pendant la montée, on fait diminuer la pression du tank et ça se passe bien.
        J’habite la région de Grenoble, et je sais que des vapoteurs qui font l’aller-retour quotidien du Vercors à Grenoble font attention à remonter sur le plateau avec le clearo tête en bas (autre méthode pour ne pas avoir d’ennui).
        Dernière anecdote : je fais du parapente (et du coup je vole toujours avec le même ato, un pour lequel on peut couper le juice flow), et j’ai vu sur un forum une discussion d’un gars qui avait commencé à faire un malaise en l’air : en montant, l’ato dans sa poche a fuit et il s’est fait un patch géant avec surdose de nicotine à la clef.

        • Vap Ed Vap Ed dit :

          J’ai ajouté un paragraphe pour combler cette lacune de l’article initial, en vous en créditant bien entendu. Vous voilà officiellement rédacteur du Vaping Post, toutes mes félicitations ! 😉
          Encore merçi pour ce très pertinent commentaire.

          • Sylvain Rivier dit :

            wow ! c’est la consécration ! 🙂

          • corwin dit :

            Je confirme que j ai eu souvent plus des suintements que de réelles fuites (quelques gouttes qui perlaient par l airflow) en montant dans le Vercors et la Chartreuse depuis Grenoble.
            J’ai trouvé une parade… Vapoter pendant la montée pour vaporiser l excédent de liquide qui est poussé hors du réservoir 😛
            Depuis, plus de soucis 😉

  2. Algo dit :

    “La glycérine végétale comme le propylène glycol ne se solidifient qu’à des températures hors de portée de nos hivers les plus rigoureux.”
    Pour le PG, -59°C ok…
    Mais pour la VG (pure) : 18°C . Donc pour les tenants du full VG ça peut craindre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *