Vous êtes ici : Vaping Post » Politique » USA : ce député anti-vape qui possède des actions chez les plus grands cigarettiers

USA : ce député anti-vape qui possède des actions chez les plus grands cigarettiers

Mis à jour le 10/07/2024 à 16h05
    Annonce
  • Calumette
  • le petit vapoteur
  • Pulp
  • Vaporesso
  • Innokin

Selon le dernier rapport financier du député anti-vape Josh Gottheimer, celui-ci possèderait de nombreuses actions chez plusieurs cigarettiers. Son porte-parole déclare que ses dividendes n’influencent pas sa politique.

Dividendes et soutien financier pour sa dernière campagne

Né en 1975 à North Caldwell (New Jersey), Josh Gottheimer a été élu en 2016 à la Chambre des représentants des États-Unis, équivalent du Parlement en France. Exerçant sa fonction comme tout autre de ses collègues, il s’est fait connaître dans la sphère de la cigarette électronique suite à son coparrainage d’une loi contre le vapotage (H. R. 2339 — Protecting American Lungs and Reversing the Youth Tobacco Epidemic Act), votée le 28 février 2020.

Il déclarait à l’époque :

« L’adoption de ce projet de loi bipartite attaque aujourd’hui l’épidémie sous tous ses angles et comprend des mesures que j’avais demandées l’automne dernier, comme l’interdiction de la vente de tous les produits du tabac aromatisés et l’interdiction de la vente de ces produits incroyablement nocifs aux moins de 21 ans ».

Il y a quelques jours, le journal spécialisé RollCall a eu accès au rapport annuel de divulgation financière du député pour l’année 2019. Dans celui-ci, on y apprend qu’il a touché entre 200 et 1 000 $ de dividendes grâce à ses actions chez Altria (fabricant des cigarettes Marlboro), et entre 200 et 1 000 $ pour celles qu’il possède chez Philip Morris International. Les députés n’étant pas tenus de communiquer des sommes précises, mais de simples fourchettes.

Selon le journal, Gottheimer aurait également reçu 10 500 $ en contribution de sa dernière campagne de la part d’Altria Group, Inc. Political Action Committee (AltriaPAC).

De plus, le 11 janvier 2021, il aurait continué d’acheter des actions Altria, pour une somme comprise entre 1 000 et 15 000 $.

À ce sujet, son porte-parole déclare que ses intérêts financiers « n’ont clairement eu aucune influence sur son combat pour protéger les enfants des effets néfastes du vapotage ». Ce ne serait même pas lui qui gère son portefeuille d’actions.

Cigarettiers, les rois de la magouille