Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Pods » Test : T-Rex – Teslacigs

Test : T-Rex – Teslacigs

    Annonce
  • Innokin
  • Vaporesso
  • Point de vape
  • Geekvape
  • Jwei Eleaf

Les pod mods ont encore de beaux jours devant eux et Teslacigs dévoile le T-Rex, un matériel d’une puissance de 95 W conçu comme une véritable machine à vapeur. La marque mise également sur quelques innovations pour renforcer son produit.

Le roi des dinosaures

Le T-Rex est un pod mod des plus efficaces. Accueillant un accu au format 21700, il offre une puissance maximale de 95 W, une autonomie impressionnante combinée aux 6,5 ml de contenance du réservoir et aux innovations que propose la marque, ce matériel a de quoi impressionner. Le T-Rex porte donc bien son nom.

Caractéristiques techniques

Dimensions du pod25,3 x 35,3 x 150,7 mm
Poids du pod100 g
ChargeUSB-C
Plages d'utilisation7 à 95 W
Capacité du réservoir6.5 ml

Le coffret comprend :

  • Pod
  • Cordon USB
  • Mode d'emploi

Anatomie d’un dinosaure

La boîte du T-Rex présente l’essentiel nécessaire au démarrage de la machine, sans fantaisie. On y trouve donc le mod, la cartouche, deux résistances, un adaptateur à accu 18650, un câble USB-C et le manuel d’utilisation. Tout y est, sans aucune fioriture.

Le mod surprend. Sur sa face avant, on retrouve sur le bas un petit écran couleur et au-dessus un bouton de mise en route gros et rond, entouré d’une roue qui tourne sur elle-même. Peu habituel, ce système étonne mais les pièces sont parfaitement assemblées et la roue tourne sans aucune difficulté. Les côtés du mod exhibent fièrement le nom du modèle d’un gros T-Rex plus brillant que le reste de l’appareil.

L’écran du mod affiche de manière assez classique la puissance, le voltage, la résistance, le niveau de batterie, le nombre de bouffées et la durée de la dernière bouffée. Du très classique mais bien organisé sur cet écran couleur.

L’arrière est assez sobre avec simplement l’arrivée d’air sur le haut, juste sous l’emplacement de la cartouche.

Le dessous du mod présente la trappe à accu. Prévue pour une batterie au format 21700, elle accepte également les 20700 et les 18650 (avec utilisation de l’adaptateur fourni). Les charnières ont un peu de jeu et ne semblent pas d’une grande solidité. Dommage car le mod dans son ensemble renvoie une impression massive et résistante.

Sur le dessus, l’utilisateur trouve l’emplacement de la cartouche, qui est retenue par des aimants. L’ensemble tient bien en place et il n’y a pas de jeu.

La cartouche propose elle aussi une innovation. Présentée d’une seule pièce, le dessus s’ouvre lorsque l’on tourne le drip tip d’un quart de tour. Affichée comme une sécurité enfant, cela permet également d’éviter les fuites en renforçant la fermeture de l’orifice de remplissage révélé par cette action. La cartouche est en plastique transparent, ce qui permet de savoir aisément quel volume de liquide il y a encore dedans en cours d’utilisation.

Le dessous de la cartouche révèle l’emplacement qui permet de clipser la résistance. Le système fonctionne de manière extrêmement simple et l’utilisateur ne s’y perd pas en manipulation.

Le T-Rex propose également, en option, une base RBA et une base fournissant un pin 510. Ils n’ont pas été testés par notre rédaction. Ce pod mod est bien construit, conçu et fabriqué avec soin, cela se sent à l’utilisation.

Un logiciel qui n’a rien d’un dinosaure

L’utilisation du T-Rex a de quoi surprendre un peu. Ici pas de bouton, mais une roue qui permet de régler la puissance et de naviguer dans les menus. Pour régler la puissance rien de plus simple : on tourne la molette dans un sens ou dans l’autre. L’ensemble est fluide et bien réglé. Pour bloquer la roue et éviter de dérégler l’appareil, il suffit d’aller dans le menu et activation pour bloquer son utilisation.

Le menu justement, l’utilisateur y accède de manière assez classique avec trois appuis rapides sur le bouton principal. On y retrouve l’activation de la roue, trois modes de vape (watts, bypass et DIY), le type de décharge souhaitée (le mieux est de laisser Auto&Push qui combine intelligemment les deux), un réglage couleur pour l’interface et enfin le nombre de bouffées. Les deux modes de vape (bypass et DIY) sont assez gadgets mais peuvent servir au cas où l’utilisateur ait les bases 510 ou RBA.

Les résistances du dinosaure

Deux résistances sont fournies dans la boîte, parmi la gamme de cinq proposées par Teslacigs. Les deux sont destinées à la vape en inhalation directe. La première propose une vape à 0,16 ohm, pour une plage de puissance allant de 40 à 55 W. Elle offre une vape dense et savoureuse, pléthorique en termes de quantité de vapeur. De quoi faire de gros nuages. La seconde propose quelque chose de plus feutré tant dans les saveurs que dans le volume de vapeur (même on reste sur les standards du DL) en 0,3 ohm, et une plage de puissance allant de 20 à 35 W.

Le seul vrai bémol de ces résistances est qu’elles laissent parfois passer un peu de liquide au moment de l’aspiration, envoyant un peu de liquide en bouche. Cela s’avère désagréable à l’usage, même si cela n’est pas régulier.

En résumé

On aime

  • Gamme de résistances intéressantes
  • Saveur et volume de vapeur bien présents
  • Le système de roue fonctionne parfaitement
  • Protection du trou de remplissage
  • Fonctionne avec des accus 21700, 20700 et 18650

On n’aime pas

  • Remontées de liquide en bouche de manière ponctuelle
  • La trappe à accu est un peu fragile

Conclusion

4,8 /5

Le T-Rex de Teslacigs est un bon pod mod proposant deux innovations intéressante : une sécurité sur le remplissage de la cartouche et le remplacement des boutons par une roue. Ces deux nouveautés font que ce matériel de Teslacigs tient la dragée haute à ses concurrents.

Le T-Rex en images

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.