Vous êtes ici : Vaping Post » Société » Un album, une vape : interview, Isa, le métal de l’âme

Un album, une vape : interview, Isa, le métal de l’âme

    Annonce

Isa est un groupe venu tout droit de Sibérie. Métal ? Black metal ? Cold wave ? Folk ? Les membres d’Isa se jouent des genre pour proposer une musique inspirée et habitée, véritable voyage en quête de la beauté et du sens des choses. Interview.

Note : Alors, oui, j’avoue, je suis un grand fan d’Isa et j’abuse carrément du fait d’être chargé de la rubrique culture du Vaping Post pour parler d’eux. MAIS leur musique vaut vraiment, vraiment la peine d’être découverte, et ils vous conseillent eux-même sur les albums par où commencer. 

Isa, merci d’avoir répondu aux questions du Vaping Post.
Tout d’abord, pour ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter ? Qui est le groupe, d’où venez-vous ?

Bonne journée, tout le monde. Nous sommes Isa et nous espérons que vous apprécierez cette interview. Nous sommes de Sibérie !

Vous avez été, depuis vos débuts, un one man band dirigé par Alexandr Rastvorov, rejoint en 2017 par Elizaveta Rastvorova, et maintenant par d’autres musiciens que je vous laisse nous présenter. Pourquoi développer le groupe maintenant ? Pour pouvoir jouer en live ?

Alexandr Rastvorov (AR) : Vladimir Mitrokhin (R.I.P., 2014) a fait partie du groupe jusqu’en 2014. Artem Motin a également participé de 2014 à 2016. A partir de 2016, ma femme Elizaveta a commencé à jouer avec moi, et finalement, cette année, Eugène Neverovsky et Igor Maximov nous ont rejoint.

Je connais Eugène depuis longtemps (en fait, il m’a même présenté Elizabeth) et ces deux dernières années, nous avons discuté de l’idée d’un spectacle vivant. D’ailleurs, quand nous avons finalement trouvé Igor, nous avons enchaînés les répétitions à fond.

Je veux aussi mentionner mon ami Andrey Pivovarov, il nous aide constamment avec le design et la visualisation, et il me soutient dans tout depuis le tout début. D’ailleurs, il est le créateur d’un projet musical Lesnoy Tanets – c’est de la vraie musique de taïga !

La performance live est une bonne idée, mais ce n’est pas une fin en soi, nous voulons juste jouer ces chansons !

Cependant, il y a aussi un point technique : maintenant nous voulons jouer certaines parties des chansons en direct avant de les enregistrer.

Pour les musiciens qui ont rejoint Isa : comment s’intégrer dans un groupe qui a un son et un projet aussi défini ? Ce n’est pas trop difficile ?

Eugene : J’ai commencé à jouer de la basse il y a tout juste un an, et malgré le fait que je suis trop vieux pour ça, c’est le premier groupe dans lequel je joue, donc c’est nouveau pour moi. Je n’ai pas d’expérience pour comparer ce que cela signifie de rejoindre le groupe ou de créer mon propre groupe. Alexander est un bon leader ; il est patient et donne la liberté d’expression créative à tous les membres du groupe, donc je ne ressens aucune difficulté.

Igor : Quand on joue de la musique pendant longtemps, on finit par s’abstraire de toute étiquette et de certains styles. Vous sentez la musique comme un tout organique. Je ne vois aucun problème à m’intégrer dans un groupe avec du matériel intéressant dirigé par des personnes qui ont une véritable vision.

Elizaveta : Sasha m’a dit à plusieurs reprises qu’il aimerait non seulement composer de la musique mais aussi la jouer sur scène. Il a de la chance que sa femme ait une éducation musicale et joue du piano (rires). Je partage le point de vue de Sasha sur la bonne musique, l’approche du travail, le lieu humain dans le monde. Au début, nous étions prêts à jouer avec lui, en lui envoyant nos parties instrumentales enregistrées sur cassettes. C’est génial que des gars se soient joints à nous !

Comment les rôles seront-ils répartis maintenant ?

Igor – batterie et percussion,
Elizabeth – claviers,
Eugène – basse,
Et je suis à la guitare et au gusli (harpe russe), récitation.

Comment se porte la scène metal russe ? Comment se positionne Isa ?

Eugene : C’est une bonne question, plutôt compliquée. Malgré la prédominance générale du rap, je pense que la scène metal russe dans son ensemble (en particulier sa partie underground) est en train de se développer et de se transformer sous une forme ou une autre en une nouvelle formation, qui jusqu’à présent n’a pas de label pour ce genre. Isa sera peut-être le premier groupe de ce genre à définir ce nouveau genre.

Ni sur votre Bandcamp, ni sur votre page Facebook, ni même dans vos vidéos, nous ne voyons aucune photo de vous. Comme si les gens voulaient s’effacer pour faire place au paysage. Est-ce intentionnel ?

Alexandr : Oui, nous sommes des gars modestes haha 🙂 Mais vous avez raison, nous n’avons pas non plus indiqué qui est derrière la musique dans les livrets. Au début, nous n’avions même pas de nom de groupe, il n’y avait qu’une “baguette” ( le logo du groupe, qui lui a longtemps tenu lieu de nom, est une rune verticale qui se prononce “Isa” NDLR).

Cependant, je ne pense pas que les photos sont quelque chose de mauvais, il y a des photos cool qui ont une composition et de porter une idée. Je pense qu’un jour Isa l’aura.

Eugène : cacher délibérément la personnalité des musiciens est une tentative d’aider l’auditeur à se concentrer sur la musique et le design visuel des albums. Rien ne doit détourner l’attention du plaisir de l’art.

Elisabeth : Mais nous allons certainement faire une séance photo. Au moins pour cet entretien. (La Photo du groupe qui illustre l’article a été prise pour le Vaping Post NDLR).

Les couvertures de vos albums sont des œuvres de peintres représentant souvent des paysages. L’art pictural joue-t-il un rôle important pour vous ?

Alexandr : Nous avions utilisé des reproductions dans la conception avant que tout le monde ne commence à le faire 🙂 Je plaisante. L’idée était que la musique n’était pas indépendante, mais seulement un accompagnement à une “exposition”. Par exemple, nous avons intentionnellement placé des titres de pistes dans des cadres afin de ne pas couvrir les toiles, etc.

La dernière fois que nous avons utilisé la reproduction, c’était sur l’album “Echo”, une peinture d’Aleksey Savrasov “Les Freux sont de retour”. Après, je n’ai plus rien à ajouter. Pour moi, c’est le sommet de la peinture ! À l’époque, j’ai même eu la chance d’enregistrer ces cloches d’église.

Couverture de Эхо (Echo)

En Europe, nous connaissons votre musique principalement dans sa version studio, qui présente de nombreux effets saisissants, tels que l’irruption des corbeaux dans “End of the hearts” sur “Songs of the dead”, voix éthérées… Tous ces effets sont difficiles à obtenir sur scène. Allez-vous réinterpréter vos chansons ?

Alexandr : Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure de reproduire certaines de nos parties lors des concerts, mais nous accordons une grande attention au son live. Nous promettons que l’atmosphère générale ne se dégradera pas. Peut-être que les auditeurs redécouvrent des chansons d’un  autre point de vue.

Afin de reproduire les effets sonores utilisés sur l’enregistrement, les musiciens jouent souvent “au clic” avec un timing fixe des chansons (en utilisant un métronome ou un repère sonore, NDLR). Nous ne pensons pas que ce soit nécessaire.

Ce qui frappe aussi l’auditeur, c’est l’utilisation d’instruments inhabituels, accordéon, flûte, toujours à bon escient. Eh bien, je ne trouve pas de questions à ce sujet, voyons ce que vous en pensez.

Alexandr : Nous n’avons pas l’intention d’utiliser des instruments ethniques. Nous les utilisons simplement en tenant compte de ses avantages et de ses caractéristiques sonores de la même manière qu’un peintre utilise les couleurs.

Nous pouvons en utiliser quelques-unes en concert. Par exemple, nous avons spécialement adapté les gusli à cet effet en y installant des capteurs de haute qualité. En fait, tout a commencé avec un Gusli. Quand j’étais étudiant, j’ai acheté le premier gusli en pin. La profondeur du son m’a étonné !

Couverture de Отход на закате (Departure at sunset)

Ne parlant pas russe, je ne comprends pas les paroles de vos chansons. La musique seule est assez évocatrice, quand on écoute Isa, on pense immédiatement à d’immenses paysages, tout en ressentant une certaine forme de nostalgie, comme si tout cela était perdu. Quel est le sens de vos chansons ?

Alexandr : Les poèmes pour les chansons en général parlent de la vie, ce sont des décisions personnelles sur la façon de vouloir revivre. Sur ce qui est faux dans ce monde et ce qui est vrai. Parfois, l’histoire est racontée au nom du héros lyrique.

Par exemple, la chanson “The end of the earth” que vous avez mentionnée plus haut. Il raconte comment quelqu’un nourrit des oiseaux affamés afin de leur lancer un noeud coulant. Il veut que les oiseaux le portent jusqu’au bout du monde où, à son avis, son enfance est encore vivante.

Couverture de Небо в солёных колодцах (The sky in the salty wells)

Ce qui frappe dans votre musique, c’est qu’elle a une âme, elle est vraiment habitée. Mais, précisément : qu’y a-t-il en vous ? Dans quel état d’esprit composez-vous ?

Alexandr : La créativité a lieu lorsque vous voyez qu’il manque quelque chose dans le monde – et que vous le créez. Je veux vraiment écouter ce genre de musique.

Quand je compose, je suis dans un état d’inconscience, d’humilité. Bien qu’en fait, je ne compose pas de musique, mais je la reproduis de ce qui m’est inspiré par mon environnement.

Je vous ai découvert à travers le canal du Français You Tuber Sakrifiss, un grand spécialiste du black metal. Les fanzines qui ont chroniqué vos albums, d’ailleurs, vous classent dans le black metal. Vous vous définissez comme un groupe de Folk/Post-Metal atmosphérique, Ambient/Darkwave. Ce label de black metal, tu le rejettes ?

Alexandr : Oui, à mon avis, le black metal atmosphérique est devenu moins philosophique et est finalement descendu dans le black metal pur. La volonté d’épater, l’attitude, a absorbé la composante marginale. Mais l’attitude est un élément de la culture pop. Il me semble factice et peu sincère. Cela peut être intéressant pour un court moment. Isa n’est pas du black metal. Bien que nous ne le cachons pas, nous écoutons quelques groupes de black metal.

Même si chaque album est cohérent et forme un tout, chaque pièce est généralement autosuffisante et constitue une œuvre complète. Quel est votre processus de composition ? Composez-vous un album entier ou écrivez-vous des chansons indépendamment les unes des autres jusqu’à ce que vous en ayez assez pour faire un album ?

Alexandr : Chaque chanson est une pièce séparée. Dans le processus créatif, j’observe de nombreuses coïncidences réussies. Nous ne cherchons pas un concept, il apparaît à un moment donné. Pour trouver le nom de l’album, il suffit d’analyser votre vie et la réalité environnante au cours des deux dernières années.

Quelqu’un qui ne connaît pas votre musique, par quel album lui conseillerais-tu de commencer ?

Alexandr : Cela dépend des préférences de l’auditeur. Si vous êtes un passionné de black metal, alors écoutez les premiers albums. Si vous aimez le néoclassique, le darkwave, le néofolk, l’ambient, l’ambient, ou peut-être que vous aimez le son du post-punk et du coldwave, mais que vous ne comprenez pas le non-sens infantile des paroles (haha, je plaisante), alors “The Sky in Salty Wells” est fait pour vous.

(Album : The Sky In The Salty Wells)

Quel est l’avenir d’Isa ? Où penses-tu que tu emmènes ta musique ?

Alexandr : Chaque chanson semble être la dernière à être écrite. Cependant, je tiens à dire avec certitude qu’en plus du prochain album de compilation, il y aura un nouvel album, mais pas bientôt.

Nous préparons actuellement une compilation. Il s’agit d’un recueil de chansons pour la série de livres “Fruits de la Terre” publié par “Common Place”. C’est une petite tentative de symbiose de la musique et de la littérature.

Peut-on espérer vous voir jouer en Europe un jour ?

Alexandr : Bien sûr, nous aimerions nous produire en Europe. Nous pouvons dire que nous nous concentrons sur la poursuite du développement du projet et nous ferons des efforts en ce sens. Attendez et vous verrez.

Notre journal, le Vaping Post, parle de vape, de l’e-cigarette et de la réduction des risques associés à l’abandon du tabac. Est-ce que la vape est quelque chose qui vous a déjà intéressé ? Que pensez-vous de l’évolution de ce phénomène ?

Alexandr : Oh, oui, j’ai essayé la vape ; c’est une bonne alternative pour ceux qui aiment fumer. Le problème pour moi pour moi est l’instabilité de la batterie à cause des grands froids que nous avons en Sibérie.

Eugene : Je préfère boire de l’alcool au lieu de fumer 🙂

Isa, pour le dernier, plutôt que de vous poser une question, vous êtes libre : que voulez-vous dire aux lecteurs du Vaping Post ?

ISA : Eh bien, chers lecteurs, restez enfants, s’il vous plaît, parce que seuls les enfants sont surpris par le monde. Et bien sûr, prenez soin de votre santé !

Merci beaucoup, c’était une vraie joie !

ISA : Merci de votre attention !
Passez une bonne journée !

Toutes les photos et artworks sont Copyright ISa et utilisés avec permission. 

Le Bandcamp du groupe, où vous pourrez écouter leur musique, et trouver leurs albums : ISA Bandcamp.

Annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *