Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Atomiseurs » Test : Cog MTL RTA – Wotofo

Test : Cog MTL RTA – Wotofo

  • Par , le 19/05/2020 à 17h44
    Annonce
  • Ecigplanete

Wotofo présente le Cog MTL RTA, un atomiseur reconstructible simple coil destiné à l’inhalation indirecte. Bien pensé, très original, il dispose d’un réglage du flux d’air particulièrement novateur en forme d’engrenage. Mais sous son aspect ultra moderne, il n’est pas sans reproche. Son atout n’est-il pas son principal défaut ?

Du nouveau en inhalation indirecte

Le Cog de Wotofo est un petit RTA de 22 mm. Malgré son petit gabarit, il a une contenance de 3 ml. Destiné exclusivement à l’inhalation indirecte, il fait beaucoup parler de lui. Son design est original, tout en transparence. Mais c’est surtout son système de réglage de flux d’air, qui le met sur le devant de la scène. Révolution dans le MTL ou simple coup marketing ?

Caractéristiques techniques

Diamètre22 mm
Hauteur51
Contenance3 ml
Poids35.5 g
Remplissagepar le haut
Type de montagesimple fil ou complexe
Plateau de montagesimple coil
Plage d'utilisationselon montage
Arrivée d'airpar le bas
Drip Tip510
Matériauxacier, plastique

Le coffret comprend :

  • Pièces de rechange
  • Résistances
  • Drip tip
  • Outil
  • Mode d'emploi

Novateur

Le Cog ne manque pas d’originalité. Le soin apporté dans une multitude de détails le rend attrayant. Sur le haut du top cap, une fine inscription de la marque et du partenaire, le youtubeur US Suck My Mod à l’origine de l’atomiseur, est présente. C’est discret et ne gène en rien l’aspect esthétique. Le drip tip au format 510 est agréable au contact des lèvres.

Pour accéder au remplissage du réservoir, il faut dévisser le top cap. On aurait préféré une ouverture plus simple, en quart ou demi tour, plus actuelle. Pour autant, le dévissage se fait facilement malgré la surface lisse du réservoir et du top cap. Deux ouvertures en forme de haricot permettent le remplissage. Les plus gros embouts de flacon sont déconseillés et passent difficilement.

Le réservoir de l’atomiseur est tout en plastique. Il a l’avantage d’être très résistant en cas de chute. Mais le problème de ce genre de matériaux est sa propension à retenir les odeurs de liquides fortement marqués en arômes. Dans le packaging, on trouve du coton, des résistances, des joints… Tout ce qu’il faut pour bien démarrer avec son atomiseur, mais qu’un seul réservoir. C’est dommage, surtout pour une partie en plastique qui ne coûte quasiment rien de plus. Les autres éléments sont en acier inoxydable teinté. Les finitions sont bonnes, les filetages corrects.

 

L’espace entre la chambre d’atomisation et la base du réservoir est suffisamment importante pour une bonne hydratation du coton. Pas de dry hit en vue, même avec des liquides à fort taux de VG.

La bague du réglage du flux d’air est moletée pour une meilleure tenue en main. Une fente assez large permet à l’air de s’engouffrer pour refroidir la résistance par dessous. C’est à la fois un point positif et en même temps le principal défaut du Cog, nous y reviendrons.

Toute l’originalité du Cog vient du réglage du flux d’air. Exit les petits trous que l’on cherche un par un en tournant une bague. Ici, tout se passe sous l’atomiseur. Un système d’engrenage plutôt original permet de faire tourner une roue crantée composée d’orifice de différents diamètres. Ainsi, quand on tourne la bague d’airflow, on réduit ou augmente l’apport d’air qui arrive sous la résistance. C’est novateur et bien pensé. On peut choisir 5 ouvertures passant de 0,8 mm à 1,6 mm.

Vape novatrice ?

Le plateau de montage est déconcertant de facilité. Deux plaques viennent écraser les pattes de la résistance lors du vissage. Deux créneaux permettent à la résistance d’être maintenue en place lors du serrage et évitent au fil de glisser en dehors des posts. Pour plus de confort d’utilisation, ces plaques sont montées sur ressort. La mise en place du coil est facilitée. Fil simple ou complexe, le Cog accepte sans sourciller tout type de résistance. Dans les pièces fournies, on trouve deux résistances en 2,5 mm de diamètre.

Sous l’emplacement du coil, le trou d’arrivée d’air permet de refroidir la résistance par le dessous. C’est un bon choix qui permet avec la chambre d’atomisation réduite de concentrer les saveurs. Cette pièce se dévisse pour un entretien approfondi.

Un coil de 3 mm s’installe très facilement en laissant un peu de place de chaque côté des posts. Une gorge de chaque côté permet de contenir la fibre lors du vissage de la chambre d’atomisation. Il faut veiller à ne pas tasser la fibre pour une bonne hydratation mais le Cog est facile à vivre et ne demande pas trop de technique pour placer le coton.

À la vape, le Cog reproduit des saveurs très correctes. Un coil de 2,5 mm  de diamètre lui convient parfaitement. Mais son innovation est aussi son point faible. Tourner la bague du flux d’air pour voir tourner un engrenage tout en couleur, c’est marrant. On entend un petit cliquetis à chaque rotation qui donne le sentiment d’ouvrir un coffre fort, le genre de chose que tout le monde rêve de faire mais que personne ne réussit. C’est aussi pratique : pas la peine de se poser plein de questions, ça cliquette, c’est réglé. Sauf que ce système manque cruellement de précision. Il faut être un vapoteur particulièrement expérimenté pour sentir une différence entre l’ouverture de 1 mm et celle de 1,4 mm.

Pendant le vapotage, on sent qu’il manque une restriction digne d’un atomiseur MTL de ce nom. Même sur le plus petit trou, l’apport d’air est trop important pour retrouver les sensations d’un pur MTL, il y a toujours trop d’air. Sur l’ouverture la plus importante, il en va de même, le flux d’air arrive trop vite en bouche pour rendre l’expérience pleinement satisfaisante sans pour autant offrir la possibilité d’envisager un tirage en inhalation directe restreinte. C’est d’autant plus décevant que les arômes sont bien restitués. Une bague rotative au niveau de la fente sur la base de l’atomiseur viendrait probablement régler ce problème pour laisser la possibilité, à chacun, de réduire davantage l’airflow.

En résumé

On aime

  • Design moderne
  • Facilité du plateau de montage
  • Bon rendu des saveurs
  • Originalité du réglage du flux d'air

On n’aime pas

  • Réservoir en plastique
  • Pas assez de restriction

Conclusion

3,8 /5

Le Cog MTL RTA de Wotofo possède tous les ingrédients pour être un atomiseur de haut niveau. Superbe design, pratique, facile d'utilisation, il a tout pour plaire. Son système d'airflow est une vraie innovation dans son originalité et sa praticité. Mais il manque de précision dans son apport d'air. Une petite mise à jour serait nécessaire pour le rendre bien meilleur.

Le Cog MTL RTA en images

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.