Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Atomiseurs » Test : Chariot RTA – Arcana Mods

Test : Chariot RTA – Arcana Mods

    Annonce
  • Le Petit Vapoteur
  • Pulp Liquides
  • Vaporesso
  • Geekvape
  • VDLV
  • Dlice

Le Chariot RTA est un atomiseur reconstructible issu de la collaboration de la marque chinoise Arcana Mods et des Allemands de Pipeline. Il propose une offre en phase avec son temps, l’accès au matériel de modeurs, pour le grand public.

Le reconstructible pour tous

Fut un temps où le matériel reconstructible se divisait en deux grandes catégories : d’un côté, le matériel chinois, peu onéreux, s’inspirant souvent de principes mis au point par les modeurs, et ces derniers, produisant en très peu d’exemplaires un matériel souvent innovant, toujours onéreux et difficile à se procurer.

C’était l’époque où la touche F5 des amateurs se retrouvait brutalisée au milieu de la nuit, selon le fuseau horaire, pour rafraîchir la page et ne pas louper le moment où quelques pièces, en trop petit nombre pour satisfaire la demande, étaient mises en vente.

Mais les temps ont changé : de plus en plus de modeurs conçoivent des atomiseurs et les font fabriquer, avec un cahier des charges pointu, en Asie, pour pouvoir le proposer en plus grandes quantités, et à un tarif plus accessible. Ce Chariot RTA est issu de cette tendance : il a été développé par Pipeline, société allemande qui distribue, entre autres, du matériel haut de gamme (Taifun, Flash-e-Vapor, …), mais trouve sa production en Chine,  chez Arcana Mods, jeune société du pays.

Ceci lui permet de bénéficier du meilleur des deux mondes. Pour quel rendu ?

Caractéristiques techniques

Diamètre23 mm
Hauteur43 mm
Contenance4 ml
Poids73 g
RemplissagePar le haut
Type de montagesimple et complexe
Plateau de montagesimple coil
Plage d'utilisation10 - 30 W
Arrivée d'airpar le bas
Drip Tip810
MatériauxAcier 316, PSU ou verre

Le coffret comprend :

  • Réservoir de rechange
  • Pièces de rechange
  • Drip tip
  • Outil

L'axe Sino-germanique

Le Chariot RTA a choisi une conception simple, loin du côté « usine à gaz » : quatre pièces principales, cinq en comptant le réservoir, et c’est tout. Il est entièrement démontable, ce qui simplifie son nettoyage.

Le remplissage se fait par le dessus, via deux perçages ovales, de taille suffisante pour accepter la plupart des flacons à aiguille et autres produits plus imposants. Le top cap vient se fixer sur le haut de la cheminée, par un système quart de tour. Une fois mis en place, l’ensemble est étanche et ne bouge pas.

L’arrivée d’air se fait par le bas. Quatre trous sont disponibles pour varier le tirage, un perçage idoine de la bague d’airflow permettant d’opter pour deux entrées d’un seul côté ou quatre de part et d’autre.

Pour aller un peu plus loin et comprendre le parcours du flux d’air, nous avons entièrement démonté le Chariot RTA. On découvre ainsi que l’air entre par les arrivées en circonférence de la partie inférieure, puis dirigée grâce à une pièce en peek de chaque côté de l’orifice situé sous le coil. C’est assez bien pensé pour une répartition homogène du flux, mais cela engendre un inconvénient que l’on observe dans une utilisation MTL. L’apport d’air est réduit, ce qui se ressent en inhalation indirecte puisqu’on obtient un tirage très serré. Et puisque la longueur du parcours est grande, une petite perte de saveurs se fait ressentir. Dommage.

L’arrivée d’air est placée sous le coil. Cet orifice doit être complété par des petits plots de diamètres différents passant de 0,8 mm à 1,4 mm.

Ceux-ci offrent un airflow précis. Il suffit de ne pas en mettre pour disposer d’un tirage direct très restreint. Si le MTL pur et dur est un peu en perte de saveurs, le RDL (Restrictive Direct Lung) est quant à lui très limité dans le flux d’air qu’il propose, offrant un tirage hybride qui ne plaira pas à tous.

La fixation de coil se fait par des vis, de part et d’autre des plots positifs et négatifs : peu importe le sens des pattes, le Chariot RTA permet de les installer confortablement, pour peu d’utiliser un fil assez épais ou exotique. L’utilisation d’un fil fin, quant à elle, sur une petite résistance simple, donne du fil à retordre, sans jeu de mots douteux.

L’arrivée de liquide se fait par deux fentes en bas de la cloche, et est refermable. Fermeture d’ailleurs indispensable pour le remplissage sous peine de fuites. Il suffit d’aligner les 2 petits marquages en vis-à-vis pour fermer les arrivées de liquide et accéder au plateau de montage.

Bien que ne semblant pas énormes, ces ouvertures encaissent tous les liquides, y compris les plus visqueux, même si le Chariot RTA n’est pas un atomiseur destiné à la chasse aux nuages.

Le rendu des saveurs est précis, la vape plutôt tiède, quoique fournissant un rendu satisfaisant sur les fruités et frais, se montrera plus à son aise sur les classics et gourmands. On aurait aimé obtenir un rendu aromatique plus soutenu pour une utilisation MTL.

En résumé

On aime

  • Saveurs correctes
  • Conception rigoureuse
  • Airflow précis en MTL

On n’aime pas

  • Ailettes de top cap un peu tranchantes
  • Airflow en RDL étouffé

Conclusion

4,1 /5

Le Chariot RTA propose une offre cohérente pour entrer dans le monde du moding sans se ruiner, ou pour qui cherche un atomiseur MTL très correct. Son mélange d'ingéniosité bien vue et de petits défauts agaçants font partie du jeu : au final, on obtient un atomiseur attachant qui, une fois dompté, trouve toute sa place dans une rotation quotidienne.

Le Chariot RTA en images

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.