Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Pods » Test : Alfapod – Alfatech

Test : Alfapod – Alfatech

  • Par , le 18/06/2019 à 16h00
    Annonce

Gaiatrend, société française connue pour sa marque Alfaliquid, qui fabrique des e-liquides depuis 2008, propose un pod à cartouches scellées, l’Alfapod sous sa marque dédiée au matériel (Alfatech). Et quels que soient les critères retenus, il laisse tous ses concurrents loin derrière. 

Le pod

Réservons à plus tard la question de savoir si les pods à cartouches scellées sont une bonne idée ou pas dans la vape, toujours est-il qu’il y a un marché, des clients sensibles à la simplicité de l’objet, proche de la cigarette, alors que nos vapoteuses classiques sont plus proches de la pipe (il faut s’en occuper, la nettoyer, etc.).

Dans ce cadre, soyons directs comme un Mosellan : objectivement, l’Alfapod atomise la concurrence. La concurrence, c’est principalement le Juul. Il y en a d’autres, mais dans les faits, c’est elle qui domine le game  et qui donne le ton sur le prix des cartouches.
Et l’AlfaPod est à la fois meilleur, bien moins cher à l’usage, tout aussi pratique et discret. Quand je dis moins cher… c’est pas un peu moins cher : c’est, pour être précis, 2,31 fois moins cher.

Les cartouches du Juul, portées par un marketing colossal (c’est vraiment désespérant ce pouvoir du marketing, cette capacité à nous faire prendre des décisions contre notre intérêt, mais passons…), sont vendues à un prix qui amène les 10 ml de liquide à 42,5 €. Quand celles d’Alfaliquid se limitent à 18,15 € les 10 ml.

Sur une année, en vapant 2 ml par jour, un système Juul revient à 3 102 €. Le système Alfapod revient à 1 325 € par an, soit 1 777 € de différence.  Pour référence, à 8,50 €, un paquet de clopes par jour, c’est 3102 € par an. Étonnant non ?

Allez, trêve de chiffres, examinons ce pod pour voir ce qu’il a dans le ventre !

Caractéristiques techniques

Dimensions du pod108 x 20 x 10.8 mm
Poids du pod16 g
ChargeUSB
batterie350 mAh
Capacité du réservervoir1.9 ml

Le coffret comprend :

  • Pod
  • Cordon USB
  • Mode d'emploi

Simple et bon

Une batterie à gauche, une cartouche à droite. On glisse l’une dans l’autre et on vape.

Il suffit d’aspirer pour déclencher la vape, il n’y a aucun bouton. Une petite fenêtre permet de savoir s’il reste du liquide dans la cartouche. Une petite LED au centre de la batterie informe sur le fonctionnement et la réserve d’énergie restante.

Pour le recharger, il suffit de le connecter à un chargeur par sa prise micro USB pendant 45 minutes et il est possible de vapoter pendant la charge.

On peut utiliser les cartouches de deux manières. On en prend une, on la vape en entier et quand elle est terminée on en prend une autre. Mais il est aussi possible de la changer avant qu’elle soit finie, pour changer de saveurs ou de taux de nicotine et y revenir plus tard. Les cartouches n’exigent pas d’être terminées dans la foulée. Un usage intéressant est donc d’avoir sur soi plusieurs cartouches pour pouvoir varier sa vape en fonction de son humeur. Un tabac avec son café, une menthe à la pause, un fruité dans la soirée, c’est comme on veut !

Les cartouches sont vendues par 2. Il y a aujourd’hui 5 saveurs et 3 taux de nicotine : 6, 11 et 16 mg/ml. Parmi les saveurs, on trouve deux “tabac” différents, deux fruités, et un menthe glaciale (pas si glaciale, ce n’est pas un Stimorol). La nicotine est “classique”, Alfaliquid n’utilise pas de sel de nicotine, estimant que cette forme n’est pas encore assez étudiée pour être sûre. C’est une des caractéristiques d’Alfaliquid, ils sont rigoureux.

La vape de l’Alfapod est parfaite dans son genre. Très stable, on ne sent pas trop de baisse de performance en fin de batterie, il propose une petite vape très serrée, avec le même tirage qu’une clope. La production de vapeur équivalente à la fumée d’une cigarette, le hit est bien présent (il dépend du taux de nicotine choisi) et les saveurs sont tout à fait convaincantes : douces, agréables et pas écœurantes. Surtout, il est efficace. La satiété en nicotine vient assez vite, plus vite qu’avec un Juul ou une Blu, qui, elles, sont simplement inefficaces.

Une belle qualité de fabrication

La batterie est bien faite, les ajustements sont impeccables, on n’a pas l’impression d’être devant un bricolage. Mais c’est en examinant de près les cartouches que l’on mesure le soin apporté par Alfaliquid dans la conception de ce pod.

La résistance est en céramique, les soudures sont très propres, les cartouches sont aussi bien faites à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Il suffit de comparer cette fabrication à celle des cartouches de Juul pour savoir à qui faire confiance, et comprendre les priorités des deux fabricants.

(intérieur d’une cartouche de Juul)

Certes, Alfaliquid veut gagner des sous comme tout le monde, mais il veut le faire en proposant durablement du matériel sérieux et en respectant ses clients.

Alfapod vs Juul : le match

Alfapod gagne tous les rounds. Tous, sans discussion.

Il y a deux points sur lesquels il y a égalité : l’apparence extérieure et les e-liquides. Les e-liquides Juul sont chargés en sel de nicotine à 20 mg/ml, ceux de l’Alfapod sont équivalents en saveur, chargés en nicotine classique et disponibles en 3 taux différents. Quant à l’apparence, les deux pods sont de bonne facture à l’extérieur.

Et pour le reste, c’est sans appel : 

  • Batterie : 350 mAh contre 200 mAh.
  • Autonomie : entre 100 et 120 bouffées pour le Juul, pas loin du double pour Alfapod (plus de 200 bouffées).
  • Cartouches de 0,7 ml pour la Juul, de 1,9 ml pour Alfapod.
  • Qualité de fabrication des cartouches : Alfapod est loin devant.
  • Qualité des saveurs : elles sont plus intenses sur l’Alfapod.
  • Satiété : même à 20 mg/ml la satiété en nicotine est longue à venir avec le Juul. L’Alfapod fait aussi bien avec du 6 mg/ml… donc beaucoup mieux avec du 11 ou du 16 mg/ml.
  • Prix : Alfaliquid est 2,31 fois moins cher que Juul.

Bref, pour ceux qui sont intéressés par ce genre de pod, l’Alfapod est le meilleur choix sur tous les plans.

Cartouches scellées, mais remplissables !

Les cartouches d’Alfaliquid sont vendues remplies de liquide, et il n’y a pas de système de remplissage. Une fois qu’elles sont épuisées, on les jette, c’est le principe du genre.

Mais en fait, au prix d’un petit bricolage, on peut les remplir à nouveau et la qualité de la résistance est telle qu’on peut le faire pendant un bon moment.

Il suffit de retirer délicatement la base, noire, de la cartouche, en s’aidant par exemple d’une lame de couteau pour avoir une prise au début. 

Il est alors très simple de remplir la cartouche, puis de replacer la base.

Petites observations débutantes

Est-ce qu’un pod à cartouches scellées est un bon outil pour débuter ?

Hum… c’est compliqué de répondre à cette question ! D’un côté il y a le fait que c’est très simple à utiliser, il n’y a pas plus simple, et que nombre de fumeurs qui ont envie de tester la vape sont freinés par l’idée que la vape serait compliquée.

D’un autre côté, il y a les vapoteurs confirmés qui affirment que la vape d’un pod, même excellent, n’a pas l’intensité de la vape sur un matériel plus avancé.

Et il y a un troisième argument à mettre dans la balance : les cartouches scellées sont bien plus chères à l’usage que des cartouches remplissables ou un clearomiseur, deux à trois fois plus pour l’Alfapod, 4 à 6 fois plus pour le Juul.

Alors, est-ce que la simplicité vaut le coût ?

Oui ! Si c’est pour essayer, et se mettre à la vape sans s’inquiéter de technique au début, bien sûr ! D’accord, par rapport à la clope, on ne va pas faire d’économie tout de suite, mais on va arrêter de fumer, et c’est bien le principal ! La vape ça s’apprend, ça ne se fait pas tout seul, et un pod, c’est très bien pour apprendre. 

Après quelques mois, si on veut aller plus loin, on ira dans une boutique essayer du matériel plus avancé. Donc oui, c’est une bonne solution, ce n’est pas la seule, mais c’en est une.

Est-ce la simplicité est un argument ?

Je vais être paradoxal : non ! C’est un argument auquel pas mal de fumeurs sont sensibles, et c’est ce qui justifie l’existence des pods, en particulier de ceux à cartouches scellées.
Mais en fait, c’est pas si compliqué la vape !

On a déjà tous appris à faire des choses bien plus complexes : écrire, conduire un vélo, une voiture, utiliser un smartphone sont des choses bien plus difficiles que la vape !

Donc, choisir un pod Alfapod, ce n’est pas une décision totalement rationnelle : c’est une décision de confort. Si on n’a pas du tout envie d’apprendre, c’est une bonne solution. On paye plus, pour avoir la paix, mais pas parce que c’est vraiment compliqué 🙂

Dans ce cas, quitte à prendre un pod à cartouches pré-remplies, le choix du Juul est aberrant, alors que celui de l’Alfapod est de très loin le plus judicieux.

En résumé

On aime

  • Qualité de fabrication de la batterie
  • Qualité de fabrication des cartouches
  • Vape efficace et agréable en MTL
  • Autonomie de 350 mAh
  • Coût des cartouches inférieur à la concurrence
  • Nicotine classique en 6, 11 ou 16 mg/ml

On n’aime pas

  • Coût des cartouches face à une fiole de liquide
  • Gamme de saveurs réduite (à l'heure de cet article)

Conclusion

4,5 /5

L'Alfapod d'Alfatech est un très bon pod à cartouches scellées. Il est même possible de les réutiliser moyennant un petit peu de bricolage. Il offre un bon hit, des saveurs agréables, et des sensations. Certes, le coût des cartouches est bien supérieur à celui d'un liquide en fiole de 10 ml, mais c'est le prix de la tranquillité, et c'est 2,3 fois moins cher que la concurrence. Dans cette catégorie, c'est de loin le meilleur choix.

Le Alfapod en images