Vous êtes ici : Vaping Post » ArticlesReconfinement et boutiques de vape : point d’actualité

Reconfinement et boutiques de vape : point d’actualité

    Annonce
  • Vaze
  • Vaporesso

Ce mercredi 28 octobre, Emmanuel Macron, le Président de la République, prendra la parole pour annoncer de nouvelles décisions concernant la pandémie de Covid-19. Un nouveau confinement, sous des modalités néanmoins différentes, semble être à l’ordre du jour. Quid des boutiques de vape ?

Confiné, encore

C’est, semble-t-il, reparti : la presse est unanime, le Président devrait, ce mercredi 28 octobre, annoncer un nouveau confinement. Sans doute ces informations sont-elles fiables : les « fuites » sont coordonnées et cohérentes, et sont sans doute destinées à éviter un état de sidération de l’opinion publique, qui de toute façon s’y attendait.

Un nouveau confinement devrait être annoncé ce 28 octobre. 

On ignore dans le détail les mesures qui seront prises sur divers points, comme l’école. Mais les commerces de première nécessité resteront ouverts, c’est une certitude, et donc, les boutiques de vape.

Nous avons contacté le Ministère de la santé et le Ministère de l’intérieur, qui, à demi-mot, nous ont bien confirmé que les décrets définissant les commerces de première nécessité seraient des copier-coller de ceux du premier confinement. Le tout avec toutes les précautions de langage nécessaires « dans l’hypothèse d’un reconfinement ».

Les boutiques de vape figureront à nouveau dans la liste des commerces essentiels autorisés à ouvrir. 

Si, comme la tendance semble se dessiner, la décision présidentielle est celle d’un reconfinement pour quatre semaines à partir du jeudi 29 octobre minuit, le vendredi 30, au matin, vous pourrez ouvrir normalement vos boutiques de vape.

Presque, quoique pas exactement, normal

Attention néanmoins : la vigilance s’imposera sur les gestes barrière. Privilégier le drive, limiter drastiquement le nombre de clients présents en boutique, prioriser les paiement à la carte bleue, imposer une désinfection des terminaux de paiement enter chaque client, ne pas toucher au matériel, et surtout, supprimer tout test de liquide en magasin, sont des mesures qui, si elles ne sont pas imposées, devront s’imposer seules.

Les tests de liquide et la manipulation du matériel sont le point faible de l’activité, et sont donc à proscrire. 

Il serait en effet très préjudiciable pour l’ensemble de la filière que les boutiques de vape soient désignées publiquement comme points « à risque » pour les consommateurs. Pour l’image de la profession, qui n’en a vraiment pas besoin ces temps-ci, et pour le long terme : durant le premier confinement, de nombreux clients ont pris leurs habitudes sur internet. Une deuxième hémorragie du même type serait douloureuse.

Les syndicats et associations professionnels sont actifs et vigilants pour que tout se déroule dans les meilleures conditions. 

Un constat néanmoins : en respectant des gestes barrière identiques à ceux des autres commerces, les points fables des boutiques de vape sont les tests de liquide et la manipulation du matériel. Supprimer ces deux point, c’est s’assurer d’être irréprochable.

Sur ce qui se passera ensuite durant ces quatre semaines, Jean Moiroud, président de la Fivape, nous a assuré que l’ensemble des associations et syndicats professionnels sont mobilisés pour que tout se déroule selon les meilleures conditions durant ce confinement. C’est l’action de la Fivape et Sovape qui avait permis d’inscrire, lors du premier confinement, les boutiques de vape sur la liste des commerces essentiels.

Annonce

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.