Vous êtes ici : Vaping Post » Politique » Nouvelle-Zélande : le vapotage pour venir à bout du tabagisme

Nouvelle-Zélande : le vapotage pour venir à bout du tabagisme

    Annonce

En 2011, le ministère de la santé a fixé l’objectif d’une Nouvelle Zélande “sans fumée” à l’horizon 2025, Réussir à réduire la prévalence du tabagisme en-dessous de 5% est un projet ambitieux, et les autorités comptent bien sur la cigarette électronique pour y arriver.

L’utilisation de la cigarette électronique encouragée

Paysage de Nouvelle ZélandeLa Nouvelle Zélande ambitionne de s’être débarrassée du tabac en 2025, autrement dit, dans huit ans. Trop peu de temps selon des chercheurs de l’Université de Otago qui ont proposé au gouvernement, en juin dernier, des stratégies pour compléter les plans officiels. Les scientifiques de l’Université d’Otago étaient sceptiques quant à l’atteinte de l’objectif chez certaines populations, notamment les Maoris.

Le ministère de la santé a publié il y a quelques jours sa position sur la cigarette électronique. Elle est très claire, pour le gouvernement, oui, le dispositif de réduction des risques peut contribuer à l’atteinte de l’objectif de 2025 et réduire les nombreuses inégalités actuelles face au tabac à travers tout le pays.

Pour le ministère, la santé publique tirera profit du vapotage, s’il permet de réduire le nombre de consommateurs de tabac que compte le pays à l’heure actuelle, soit 550 000 individus, sans pour autant donner envie aux enfants et aux non-fumeurs de commencer à vapoter.

Cigarette électronique et soutien des centres locaux : un duo gagnant

Même s’il estime que les risques ne sont pas complètement inexistants, le gouvernement reconnait officiellement la moindre nocivité des cigarettes électroniques par rapport au tabac traditionnel.

Pour cette raison, il veut offrir son soutien aux fumeurs tentés de se diriger vers ces solutions et les encourage à se diriger vers les services locaux d’arrêt du tabac. Les antennes locales encouragent l’adoption de la vape et combiné à leur soutien, les fumeurs ont de bien meilleures chances de se sevrer du tabac.

Le ministère de la santé tient néanmoins à préciser qu’il continuera de surveiller l’utilisation de la cigarette électronique, son impact sur la santé de ses utilisateurs, y compris à long terme, ainsi que son efficacité à aider à arrêter le tabac à mesure que les produits, les données et les technologies se développent.


Pour aller plus loin : nos articles sur la Nouvelle-Zélande.

Annonce