Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Les lobbies pharmaceutiques souhaitent “tuer l’e-cigarette” et non la vendre selon Luc Dussart

Les lobbies pharmaceutiques souhaitent “tuer l’e-cigarette” et non la vendre selon Luc Dussart

"La e-cigarette en vente libre : Une gifle pour les lobbies pharmaceutiques" sur France24.com

La e-cigarette en vente libre : Une gifle pour les lobbies pharmaceutiques” sur France24.com

Luc Dussart, alias Randall, avait répondu début septembre à nos questions sur son parcours, sur le tabac, et son opinion sur la cigarette électronique. Il est consultant en tabagisme et éditeur du site UnAirNeuf.org, un magazine en ligne qui traite de l’actualité des remèdes au tabagisme.

Il s’est exprimé chez France24 après le vote des députés permettant à l’e-cigarette de rester en vente libre dans l’Union Européenne.

Il s’agit pour lui d’une “gifle pour les lobbies pharmaceutiques“, qui ne souhaitaient pas véritablement détenir l’exclusivité de la commercialisation du produit, mais en fait parvenir à “tuer la cigarette-électronique“.

Luc Dussart estime que les entreprises pharmaceutiques génèreraient plus de 200 milliards de dollars de bénéfice chaque année grâce aux fumeurs. Elles ne désirent donc absolument pas voir cette catégorie de personne disparaître, et cherchent à continuer à vendre leurs “grigris nicotinique inefficaces“.

Le consultant en tabagisme n’est pas pour autant totalement satisfait de la situation actuelle avec l’interdiction de la publicité. En effet, il regrette qu’on ne puisse promouvoir un “produit qui sauve la vie“. Luc Dussart était encore sceptique sur le sujet de l’e-cigarette il y a quelques années. Mais son avis a changé sur le sujet, notamment après avoir testé les différents produits.

Pourquoi connait-elle un si grand succès auprès des fumeurs ? Cet outil “permet de maintenir un comportement en évitant l’intoxication” explique-t-il.


Source : http://www.france24.com/fr/20131008-e-cigarette-vente-libre-gifle-lobbies-pharmaceutiques-luc-dussart

Review Author:Review Date:
  • Alexis Finn

    J’ai pas arrêté de le répéter, le cancer ça rapporte très gros en chimio pour les industries pharma.
    Pour ce qui est de la publicité, je me répète, mais je trouve que l’interdire est une mesure prudente car on as pas encore suffisamment de recul sur la cigarette électronique et la désinformation serait vraiment très facile et nuirai à l’industrie.

    Après, il est vrai qu’avec le net, la limite en publicité et promotion est devenue assez floue de nos jours.

    -Payer une agence de pub pour créer une affiche qui seras placardé dans le métro: c’est de la pub.
    -Un particulier qui achète un produit puis donne un avis sur le produit en question sur son blog ou sa chaine You-Tube: ce n’est pas de la publicité.
    -Quid des sites comme celui-ci ? Personne ne paye les rédacteurs des articles pour faire la promotion des produits, mais si la lecture de l’article entraine une commande de la part du lecteur auprès de la boutique ayant fournis l’appareil à tester, le site perçoit une commission.

    Est-ce de la pub?

    Moi je dirai que non, car la société fournissant le produit à tester n’as pas son mot à dire quand à la rédaction de l’article et il n’y as aucune obligation d’avoir un avis positif sur le produit.

    Mais on pourrais dire que oui car clairement le fait d’émettre un avis positif engendreras des revenus tandis qu’émettre un avis négatif non (ou alors très peu).

    Bref, il faudrait clarifier ce qui compte comme de la pub ou pas car actuellement je trouve qu’on nage dans le flou.

  • Randall

    “Les entreprises pharmaceutiques génèreraient plus de 200 milliards de dollars de bénéfice chaque année grâce aux fumeurs” : de chiffre d’affaires, et c’est déjà pas mal !

    Le CA des spécialités pharmaceutiques indiquées comme aide au sevrage est de l’ordre de 3 milliards de dollars/an au plan mondial. Comparativement c’est peu et ne justifierait pas les ressources considérables consacrées à tenter de contrôler le marché de la cigarette électronique : lobbying, financement d’études à charge, financement de société savantes critiques (cf. ERS), etc.