Vous êtes ici : Vaping Post » Humour » Les dangers de la vape prouvés par la médecine contextuelle, la nouvelle révolution qui va vous tuer avant votre autopsie

Les dangers de la vape prouvés par la médecine contextuelle, la nouvelle révolution qui va vous tuer avant votre autopsie

    Annonce

Vous ne connaissez pas la médecine contextuelle ? Pourtant, c’est une révolution prometteuse, qui a déjà démontré les dangers de la vape en tuant son premier patient. Viens voir le docteur, non, n’aie pas peur.

Le médecin a dit à mon grand-père
« vous n’êtes pas malade,
l’autopsie prouvera que j’avais raison »
 
Coluche

Une nouvelle théorie

Le problème des grandes théories, c’est qu’elles sont assez souvent raillées avant de s’imposer comme des évidences. Railleries d’autant plus aisées que souvent, elles sont émises dans la phase d’expérimentation, les inévitables échecs rendant la tâche facile aux détracteurs.

Tenez, dernier exemple en date : la médecine contextuelle. Vous ne connaissez pas ? C’est normal, ça vient juste de sortir. La médecine contextuelle est une nouvelle forme d’élaboration du diagnostic dans laquelle le praticien n’examine plus le patient, mais son environnement, pour en déduire le traitement à prescrire.

On en a eu un bel exemple cette semaine : un adolescent américain a été transporté à l’hôpital dans un état inquiétant. Les pontes de la médecine qui ne l’ont pas examiné, en vertu du dogme contextualiste, ont immédiatement repéré la source de son trouble, une cigarette électronique qui gisait non loin du lieu où se sont manifesté les symptômes.

Le diagnostic contextualiste était dès lors facile à établir : intoxication à la nicotine, pour lequel l’adolescent a été traité avant d’être déclaré guéri et renvoyé chez lui. Où, sans doute à cause de l’éducation contrario-conservatiste dispensé par ses parents, il s’est empressé de mourir des suites de son AVC.

Premier succès de la médecin contextualiste

Bien entendu, les détracteurs anti progressistes repliés sur l’exercice d’une médecine rance ont aussitôt criés au scandale, puisque les symptômes d’un AVC sont détectables après le bon examen par le plus nul des recalés en première année de médecine. Ces cuistres sont ainsi passés à côté de, non pas une, mais deux découvertes majeures.

La première découverte majeure est donc le diagnostic contextualiste, objet de cet article.

La deuxième découverte majeure étant donc la toxicité de la nicotine dans la vape, découverte d’autant plus incroyable que c’est précisément ce que des milliers de chercheurs subventionnés cherchent en vain depuis des années. Un peu comme si Bigfoot se pointait tranquille dans la salle d’attente du service des urgences de cet hôpital américain avec un tee-shirt « hey, j’existe ».

La médecine contextualiste, quoique ayant, pour son premier diagnostic, perdu son patient, vient de faire une entrée fracassante dans l’histoire du corps médical, entre les amputations sans anesthésie au bon vieux temps des guerres napoléoniennes, et la bonne vieille saignée pour faire partir les humeurs du corps, un grand classique de la boucherie médicale.

Ainsi, on peut s’attendre à des diagnostics audacieux dans le futur :

Une victime est découverte baignant dans son sang au fond d’une ruelle sordide après un deal d’e-liquide nicotiné qui a mal tourné ? Le docteur conceptualiste appelé sur place remarquera immédiatement les douilles d’armes automatiques et prescrira un traitement contre le saturnisme.

En visite au zoo, vous tombez dans la mare aux crocodiles qui en profitent pour vous subtiliser quelques membres ? L’urgentiste contextualiste dépêché sur les lieux scrutera la mare puis s’empressera de pratiquer un bouche à bouche pour vous sauver de la noyade.

Le futur de demain c’est déjà hier

Les avancées sont immenses : la médecine contextualiste va permettre de faire reculer le déficit des assurances maladie grâce à la fin des traitements longs. En effet, dans l’exemple donné plus haut, on peut affirmer qu’au moment où il décédait des suites de son AVC, l’adolescent en question ne souffrait pas de l’intoxication à la nicotine qui lui avait été diagnostiquée rendant donc inutile tout traitement long, hospitalisation, opération neurologique etc. qu’il aurait eu à subir si la vieille médecine dépassé lui avait prescrit un scanner en urgence. Vous imaginez ce que ça n’a pas coûté ?

Et puis la médecine contextualiste va faire des avancées considérables à la science. Pour son premier diagnostic, une découverte énorme, comme nous l’avons dit. Les suivantes sont prometteuses : la létalité de la ceinture de sécurité en voiture au prochain accident de passage à niveau, la toxicité des fruits et légumes la prochaine fois qu’un gamin se fera écraser par un tracteur.

Sans compter ce que toute la TVA captée par les pompes funèbres va rapporter au budget de l’état.

La médecine contextualiste, une révolution : « Ce qui ne vous tue pas vous finira plus tard ».

Note : Cet article est une parodie sur le mode de l’humour noir. Il n’a pas pour vocation de se moquer de l’infortunée victime, mais de railler les médecins imbéciles qui ont provoqué sa mort au nom de préjugés. La mort de cet adolescent de 14 ans est un événement aussi dramatique que ses causes, et aurait pu être évitée sans l’obstination de crétins diplômés. 

Annonce