Vous êtes ici : Vaping Post » Opinion » Les buralistes peuvent-ils sauver le Monde ?

Les buralistes peuvent-ils sauver le Monde ?

    Annonce

Dans la presse quotidienne régionale, on voit des buralistes. Comme si ces interviews à propos de l’augmentation du prix du tabac faisaient partie d’une opération concertée. Et le discours, les éléments de langage, sont les mêmes. Pourtant, au sein de ce discours, ils donnent sans s’en rendre compte la solution à leur problème.

Opinion

Il mériterait d’être dans l’journal, la la la la la la

Il est peu de titres de la presse quotidienne régionale (PQR) qui aient échappé à l’interview, au reportage sur un buraliste, ou au pire, à un courrier des lecteurs (la version parent pauvre). Rien d’anormal, c’est un incontournable, faire un reportage sur un buraliste quand les prix du tabac montent, c’est comme interviewer une pompe funèbre à la Toussaint, un marchand de jouets à Noël et un vendeur de fringues à l’ouverture des soldes.

Mais ce qui est curieux, dans ces interviews, c’est toujours cette déclaration qui revient sous diverses formes “mes clients étaient surpris” “plusieurs n’avaient pas l’appoint” “j’ai passé la journée à expliquer que le tabac avait augmenté” et coetera, ad libidum, une cohorte de fumeurs qui en perdaient leur latin. Dura lex, sed lex. Sic transit gloria mundi. Oui, moi, j’ai arrêté il y a longtemps.

Dans le journal de Claire Chazal la la la la la la

Amis buralistes (parce qu’après un article un peu difficile pour eux, je tente une réconciliation), si je puis me permettre de vous donner un conseil, laissez tomber les éléments de langage. Si, vraiment, ça commence à se voir.

Surtout que l’histoire tragique de cette mère de famille pauvre qui découvre que son paquet de malbarré a augmenté de un euro, soit le prix d’une baguette de pain pour ses enfants, ne fait pas vibrer dans les chaumières. Surtout la scène ou elle s’allume une clope en regardant tristement ses bambins partir à l’école le ventre vide.

L’augmentation du prix du tabac a été un sujet repris dans la presse quotidienne régionale, la presse nationale, quotidienne aussi, hebdomadaire également, mensuelle même, mais aussi à la télévision, à la radio, sur internet… Le “je ne savais pas”, ça ne marche plus depuis belle lurette, même Jean-Paul Sartre a dû convenir en 1979 que les communistes vietnamiens n’étaient pas aussi sympathiques qu’il l’avait toujours prétendu. 

Et inutile de rêver, le gouvernement ne reviendra pas sur cette histoire de paquet à dix euros in fine, ça rapporte trop de fric, pardon, c’est si efficace pour lutter contre le tabagisme. Mais, la solution, elle existe, vous ne cessez de la donner.

Ah, Claire Chazal ne présente plus le journal ? La la la…

Donc, Mesdames et Messieurs les buralistes, si vos clients ne savent pas que le tabac augmente… Vendez-leur des journaux ! La voilà, la solution. Puisqu’on peut conclure de vos déclarations que les fumeurs n’ont accès, pour avoir loupé une information qui les touche de si près, ni à un ordinateur, ni à une tablette, ni à un téléphone portable, ni à une télévision, et qu’il est dramatique de vivre, au 21ème siècle, si mal informé.

D’autant plus que la presse va mal. La distribution de la presse va mal. La filière papier va très, très mal. Sauvez-les !

Pour le prix d’un paquet de cigarettes, vos clients pourront avoir accès à un package qui va de l’Humanité à Valeurs actuelles, du Monde au Figaro, et il leur restera un peu de monnaie pour s’offrir un café pendant qu’ils s’informeront sur l’état du monde. Ils sauront que le prix des cigarettes a augmenté, et que vous leur faites réaliser ainsi de substantielles économies. Ils apprendrons également, de plus en plus souvent, que la vape est une solution parfaite pour arrêter de fumer, et qu’il y a un professionnel compétent dans leur ville. C’est peut-être même vous, d’ailleurs. 

J’entends déjà ici et là s’élever des critiques. Il semblerait que certains remettent en doute la crédibilité de ma théorie. Pardon, mais je le prends mal : de la part de gens qui voudraient nous faire croire que 16 millions de fumeurs ignoraient que le prix de leur paquet allait augmenter, je trouve ça un peu fort de café.

Cet article d’opinion n’engage que le point de vue de son auteur et ne représente pas forcément l’avis de la rédaction.

Annonce

Les commentaires sont fermés.