Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Le serum donné en traitement aux deux américains atteints du virus Ebola serait produit à partir de feuilles de tabac

Le serum donné en traitement aux deux américains atteints du virus Ebola serait produit à partir de feuilles de tabac

    Annonce
Des plants de tabac génétiquement modifiés ici en culture dans une serre de l'Owensboro.

Des plants de tabac génétiquement modifiés ici en culture dans une serre de l’Owensboro. (source Kentucky.com)

Selon le journal en ligne Kentucky.com le serum donné aux deux bénévoles infectés par le virus Ebola au Liberia serait fabriqué à partir de plantes de tabac génétiquement modifiées. Cette culture expérimentale serait la propriété de RJ Reynolds, un géant du tabac américain qui a récemment racheté la société Lorillard et qui est, de manière anecdotique ici, très actif sur le marché de l’e-cigarette.

C’est la compagnie Kentucky BioProcessing (KPB), achetée par Reynolds American en janvier, qui aurait conduit des recherches sous contrats pour la société San Diego-based Mapp Biopharmaceutical, explique David Howard, porte-parole de RAI Services, une filiale de Reynolds American.

La semaine dernière le Kentucky BioProcessing a produit, sous la demande de la Emory University et de quelques fonds privés, une quantité limitée du composé chimique et la société Kentucky BioProcessing l’a fait” affirme David Howard.

Plusieurs médias américains ont rapporté lundi que le serum ZMapp a été administré aux Docteurs  Kent Brantly et Nancy Writebol et que leur état de santé s’est par la suite significativement amélioré. La drogue n’aurait été testée préalablement que sur des singes.

légende

Les plants de tabac seraient infectés par une protéine miracle.

En 2007, Mapp, travaillant sous contract pour le département américain de la Défense et d’autres agences fédérales, aurait engagé KBP pour développer une méthode de fabrication d’un composé chimique destiné à traiter les infections du virus Ebola.

Ce composé aurait été baptisé MB-003 ou ZMapp, un cocktail d’anticorps qui se serait montré très efficace dans le traitement des infections.

À Owensboro, les plantes de tabac sont “infectées” par la protéine et “elles la reproduisent comme un photocopieur” explique David Howard avant d’ajouté que “Mapp Biopharmaceutical possède la structure de cette protéine pour lutter contre le virus Ebola et que KPB est en train de la construire“.

Alors que le Zmapp n’a pas encore été approuvé par les autorités de santé, KPB serait déjà sur le point d’augmenter la cadence de production afin d’anticiper une imminente autorisation de mise sur le marché.

En parallèle une crainte de voir apparaitre des dérives d’interprétation dans l’esprit de certains médias est possible, comme le cas de cette radio locale américaine où la nicotine est confondue avec la plante de tabac.

On pourrait également se poser la question de savoir si les industriels du tabac, qui convoitent fortement le marché africain, vont utiliser ce type d’innovations pour lisser leur image publique.