Vous êtes ici : Vaping Post » Communauté » La ministre de la santé ne répond pas aux associations de vapoteurs

La ministre de la santé ne répond pas aux associations de vapoteurs

    Annonce

Le 20 juillet dernier, l’association indépendante des utilisateurs de cigarette électronique, AIDUCE et SOVAPE, organisatrice du sommet annuel de la vape, sollicitaient un rendez-vous auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, madame Agnès Buzyn. Lettre morte.

Rencontre de la ministre de la santé avec les buralistes

Aiduce et Sovape rendent publique leur lettre du 20 juillet à la ministre de la Santé

Aiduce et Sovape rendent publique leur lettre du 20 juillet à la ministre de la Santé

Le le 19 juillet dernier, une rencontre avec les représentants de la confédération des buralistes figurait à l’agenda publique de la ministre. Jugeant “peu compréhensible” que “notre ministre de la Santé choisisse comme premier acte officiel sur le tabagisme, d’écouter en priorité le point de vue des buralistes” les associations demandaient officiellement à être reçues à leur tour.

Elles souhaitaient présenter à la ministre « les preuves concrètes de la performance du vapotage” et les modifications à apporter à la législation “pour faciliter l’arrêt aux fumeurs actuels qui le souhaitent et cesser ses effets délétères sur les ex-fumeurs ». Une démarche soutenue par la Fédération addiction et SOS Addiction.

Pas de réponse, même de politesse, aux associations de vapoteurs

Représentant “des millions de citoyens vapoteurs, des professionnels de santé et des scientifiques“, les associations soulignaient leurs “compétence, expérience et connaissance sur nombre de questions liées au vapotage et son rôle primordial dans le sevrage tabagique

Elles insistaient sur l’efficacité du modèle anglais “fondé sur la bienveillance et le pragmatisme” qui  permet d’afficher outre-Manche “la prévalence tabagique la plus basse d’Europe, hormis la Suède. […] Le déclin du tabagisme en Angleterre s’accélère, il est sur le point de dépasser l’Australie dont le modèle exclusivement coercitif s’essouffle”.

Sans “réponse (même de politesse) de la part de la ministre Agnès BUZYN ” les associations ont choisi de publier leur lettre du 20 juillet et renouvellent publiquement leur demande.

 

Annonce