Vous êtes ici : Vaping Post » Etudes sur la cigarette électronique » La cigarette électronique moins addictive que la cigarette de tabac

La cigarette électronique moins addictive que la cigarette de tabac

La dépendance à l'e-cigarette pourrait être moindre que pour le tabac fumé révèle une récente enquête américaine.

La dépendance à l’e-cigarette pourrait être moindre que pour le tabac fumé révèle une récente enquête américaine.

Des chercheurs de l’université de Penn State aux Etats-Unis ont comparé les niveaux de dépendance que pouvaient développer les consommateurs de cigarettes de tabac et de leurs opposés électroniques. Ils ont interrogé à l’aide d’un questionnaire en ligne plus de 3 500 vapoteurs qui étaient également fumeurs par le passé.

Leur enquête révèle d’une part que les cigarettes électroniques délivrant un taux élevé en nicotine sont celles qui favorisent le plus la dépendance au dispositif. D’autre part, les chercheurs de Penn State ont constaté une corrélation entre l’addiction et l’ancienneté en tant que vapoteur. Par ailleurs, et c’est un nouvel indice démontrant la toxicité moindre de l’e-cigarette, ils affirment que les utilisateurs de cigarettes électroniques sont moins dépendants à la nicotine que les fumeurs. Selon eux, c’est parce que les vaporisateurs délivrent généralement moins de nicotine que le tabac.

Le professeur Jonathan Foulds rappelle que les scientifiques ne disposent pas de données sur les conséquences du vapotage à long terme mais met en avant le fait que les cigarettes électroniques représentent un danger beaucoup moins important que les cigarettes classiques.

“Nous n’avons pas de données concernant l’utilisation à long terme encore, mais toute analyse de bon sens dit que l’e-cigarette est beaucoup moins toxique que le tabac fumé. Et notre étude montre qu’elle semble être beaucoup moins addictive. Dans les deux mesures, il semble y avoir des avantages en terme de santé.”

“Nous pourrions avoir maintenant besoin de cigarettes électroniques qui délivrent mieux la nicotine car c’est cela qui aide les fumeurs à arrêter de fumer” affirme Foulds au journal Penn State News. Les résultats de l’étude de Farsalinos concernant la rapidité de la nicotine et l’efficacité des modèles de troisième génération pourraient sans doute intéresser ce chercheur américain.

Pour continuer la lecture : Liste des articles concernant la nicotine.

Via Penn State News

Review Author:Review Date:
  • Bettyanne MUNIER

    Ben moi je trouve ça plutôt positif pour la e cigarette, mais ce qui me gêne, c’est la nicotine, ça va faire 2 ans que j’ai stoppée la clope et je vape à 6 mg de nicotine, j’ai bien essayée le 0mg mais le manque de nicotine se fait ressentir. Peut être plus tard dans le futur. Mais il m’est arrivé de reprendre une clope comme ça juste pour voir. Horrible, ça me dégoûte au plus haut point. Et, perso c’est une bonne chose. Alors si seulement nous avions des rapports sérieux qui ne sont pas des intoxs, la vie serait bien belle pour l’avenir de la vape. Voilà je tenais à exprimer ma pensée, c’est fait. Bonne journée à tous et bonne vapouille aux vapotins.

    • Soys

      Je pense, pour ma part, vapotant depuis le mois d’août, que la nicotine apporte un certain peps dans certains liquides, je vape généralement du 12 mg nicotine, et du 6 mg ou du 0 sur dripper, justement pour cet aspect peps qui donne du relief à certains liquides. Etant donné, que la nicotine a un niveau de toxicité équivalant à la caféine, il ne faut pas trop s’en faire, à ce sujet: les eliquides sont largement en dessous du taux de nicotine délivré par les cigarettes tabac.

      N’oublions jamais que ce n’est pas la nicotine qui tue, mais les autres substances de la clope qui sont délivrée par la combustion.

      • Titan

        Je plussoie à mégadonf.

      • Remz

        Bien résumé, la nicotine n’est pas vraiment un problème, c’est l’intox autour de la nicotine qui en est un.

    • Céline Djibaoui

      Ca va faire 7 / 8 mois que je vape, j’ai jamais apprécié vaper en dessous du 16 (même sur dripper, sauf en dual coil).
      Après, quand j’ai commencé a vaper j’avais pas l’intention d’arrêter de fumer, et j’ai pas vraiment l’intention d’arrêter de vaper tout de suite, alors ça n’aide pas, mais j’pense que quand j’en aurais envie j’essaierais d’arrêter sec plutôt qu’en descendant les taux, parce que j’ai rapidement l’impression de vaper de l’eau et je n’apprécie pas.

      Après, même en vapant du 18 toute la journée, j’ai pas l’impression d’être aussi accroc qu’avant, suffit d’un repas convivial ou je discute dans un endroit ou j’peux pas vaper, ca peux durer une heure ou deux avant que je me rende compte que j’ai pas vapé. Avant, le repas fini, j’allait craquer une clope dans le quart d’heure. La dépendance est clairement pas aussi physique qu’avant.

      Par contre je te rejoint sur la clope, j’en ai gouté une une semaine après avoir complêtement arreté, c’était dégueu, j’ai réessayé deux trois fois plus le temps passe pire c’est. Une vraie impression de bouffer des mégots et ça reste dans la bouche une bonne demi heure. Même quand on me propose un pétard qui sont beaucoup plus doux, je trouve ça pas bon. D’ailleurs je supporte aussi de moins en moins les odeurs de tabac des fumeurs, j’essaie de pas faire le relou parce que j’aime pas passer pour un converti intégriste, mais ça schlingue à mort rapidement.

      • Je suis tout à fait d’accord avec toi, mais il est vrai que lorsque je tombe sur de la bonne weed je ne peux pas dire non, à la limite je suis dégoûtée de la clope mais un bon bedo de bonne beu, ben j’ai vraiment du mal à ne pas fumer, mais c’est encore différent y’a pas de tabac et bon ça detent. Mais en dehors de ça, la clope je peux plus, je te rejoins dans le fait d’avoir avalée genre un cendrier de mégots beurk, rien que d’y penser, je retire sur mon mod. Bonne continuation à tous les vapotins et les antis.

  • Remz

    Ça me rappelle l’étude qui était en route il y a quelques temps à l’hôpital de Nîmes.
    Je ne sais pas où en est cette enquête, dommage, ça pourrait être sympa de comparer.

  • Randall

    Désolé, je vais être moins dithyrambique. Foulds est un agent bien connu de Big Pharma. Cette étude a été financée par le premier actionnaire de la petite PME nommée Johnson&Johnson (70+ milliards de $ de CA) qui possède les droits commerciaux de Nicorette. Avant toute lecture, il est souhaitable de savoir qui parle, et pour qui. Cette étude peut être biaisée.

    Effectivement je vous lis : “Leur enquête révèle d’une part que les cigarettes électroniques délivrant un taux élevé en nicotine sont celles qui favorisent le plus la dépendance au dispositif.” Cette enquête montre une corrélation entre le taux de nicotine vapoté et l’auto-évaluation d’une prétendue dépendance au vapotage, soit. Mais on peut dire à l’inverse que ce sont les personnes se sentant le plus dépendantes (suivant le référentiel utilisé) qui vapotent avec des hauts dosages. Ce genre d’enquête ne peut démontrer de lien de causalité dans un sens ni dans l’autre.

    L’erreur la plus grave me semble être de transposer un référentiel d’évaluation de la dépendance à fumer pour ancrer l’idée que vapoter “est addictif”. Cela est contesté par de bonnes âmes connaissant leur sujet : comme boire du café ou du Coca ?