Vous êtes ici : Vaping Post » Tabagisme » Dossier : Big Tobacco financerait en partie l’attaque russe sur l’Ukraine

Dossier : Big Tobacco financerait en partie l’attaque russe sur l’Ukraine

Mis à jour le 3/11/2022 à 15h27
    Annonce
  • Le Petit Vapoteur
  • Pulp Liquides
  • Innokin
  • Vaporesso
  • Geekvape
  • VDLV
  • Dlice

Les activités de 3 géants du tabac auraient rapporté près de 7 milliards d’euros de taxes à l’État russe depuis le début de la guerre.

La communauté internationale réagit

Une attaque surprise

Le 24 février dernier, le monde entier était sous le choc. Après des décennies d’une paix relative en Europe, l’Ukraine, un des pays qui composent le continent, était victime d’une invasion. Une agression étrangère en provenance de la Russie qui, 8 années auparavant, l’avait déjà envahie en partie, conduisant à l’annexion d’un de ses territoires, la Crimée. 

Alors que la guerre continue de faire rage au moment où nous écrivons ces lignes, celle-ci aurait déjà coûté la vie à plus de 13 200 civils (selon l’United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR), en date du 15 août), tandis que plus de 6,2 millions d’Ukrainiens seraient toujours loin de leur foyer, forcés d’être déplacés à cause du conflit (au format PDF). 

Depuis le début de cette guerre, de nombreuses sanctions économiques ont été prises contre la Russie. Leur but, outre montrer la désapprobation de la communauté internationale envers cette invasion, ralentir l’économie russe, et donc les possibilités de poursuivre le financement de son agression. 

Voir les sanctions prises par l'Union européenne

Secteur financier

  1. une limitation de l’accès aux marchés primaire et secondaire des capitaux de l’UE pour certaines banques et entreprises russes,
  2. l’interdiction d’effectuer des transactions avec la Banque centrale russe et la Banque centrale de Biélorussie,
  3. l’exclusion de certaines banques russes et biélorusses du système SWIFT,
  4. l’interdiction de fournir des billets de banque libellés en euros à la Russie et à la Biélorussie,
  5. l’interdiction de tout financement public ou investissement en Russie,
  6. l’interdiction d’investir dans des projets cofinancés par le Russian Direct Investment Fund et d’y contribuer.

Énergie

  1. l’interdiction des importations de charbon en provenance de Russie
  2. l’interdiction des importations de pétrole en provenance de Russie, à quelques exceptions près,
  3. le plafonnement des prix en ce qui concerne le transport maritime de pétrole russe à destination de pays tiers,
  4. l’interdiction des exportations vers la Russie de biens et technologies dans le secteur du raffinage de pétrole,
  5. l’interdiction de nouveaux investissements dans le secteur de l’énergie russe.

Transports

  1. la fermeture de l’espace aérien de l’UE à tous les aéronefs de propriété russe et immatriculés en Russie,
  2. la fermeture des ports de l’UE aux navires russes,
  3. l’interdiction pour les transporteurs routiers russes et biélorusses d’entrer sur le territoire de l’UE,
  4. l’interdiction des exportations vers la Russie de biens et technologies dans le secteur de l’aviation, le secteur maritime et le secteur spatial.

Défense

  1. l’interdiction des exportations vers la Russie de biens à double usage et de produits technologiques qui pourraient contribuer aux capacités de défense et de sécurité de la Russie,
  2. l’interdiction du commerce des armes et des armes à feu à usage civil,
  3. l’interdiction du commerce de munitions, de véhicules militaires et d’équipements paramilitaires.

Matières premières et autres biens

  1. l’interdiction des importations de fer, d’acier, de bois, de ciment et de matières plastiques en provenance de Russie,
  2. l’interdiction des importations d’or en provenance de Russie,
  3. l’interdiction des importations de produits de la mer, ainsi que de spiritueux, de liqueurs, de cigarettes, de bijoux et de produits cosmétiques en provenance de Russie.

Services à destination de la Russie ou de personnes russes

  1. l’interdiction des services de portefeuille, de compte ou de conservation de cryptoactifs
  2. l’interdiction de fournir des services d’architecture et d’ingénierie
  3. l’interdiction de fournir des services de conseil informatiques et de conseil juridique

Liste non exhaustive. D’autres mesures ont été prises par l’UE, telles que des restrictions imposées aux médias, diverses mesures diplomatiques ou encore en matière de visas.

En plus de ces sanctions économiques, de nombreuses entreprises, américaines notamment, ont décidé de se retirer de Russie. En mars, soit moins d’un mois après le début des hostilités, plus de 290 sociétés annonçaient leur retrait du pays. Parmi elles, McDonald’s, le groupe Starbucks, Coca-Cola, ou encore PepsiCo. De leur côté, Google et YouTube suspendaient les possibilités de monétisation du contenu posté sur leur plateforme. 

Les entreprises françaises suivaient rapidement le mouvement. Deezer, Renault ou encore la Société Générale arrêtaient définitivement leurs activités dans le pays. D’autres, comme Alstom, Air France, BNP Paribas, LVMH, Décathlon, Michelin ou encore EDF et Crédit Agricole, suspendaient quant à elle provisoirement leur travail sur place. 

Enfin, de son côté, la Suisse sortait de sa fameuse neutralité, notamment en actant le gel des avoirs présents dans le pays pour de nombreuses entreprises et personnalités russes. La majorité des sociétés helvétiques se retirait également de Russie. 

Certaines entreprises continuent d’exercer en Russie

Guerre en Ukraine

Pour les grandes entreprises, un retrait de Russie n’est pas anodin. Le marché russe, fort de ses 143 millions d’habitants, représente pour certaines une part non négligeable de leurs revenus. Voilà qui peut expliquer pourquoi certains grands groupes, comme Total Énergie, Auchan, La Redoute, LACTALIS, Leroy Merlin ou encore Vinci SA et Veolia, continuent d’exercer leur activité dans le pays.

Toutes les entreprises présentes sur le sol russe doivent contribuer à l’effort de guerre.

Problème, depuis la mobilisation des civils réservistes annoncée par Vladimir Poutine le 21 septembre dernier, la loi russe stipule que toutes les entreprises présentes dans le pays, qu’elles soient russes ou étrangères, doivent « adapter la production au travail en temps de guerre » et « aider les commissariats militaires dans leurs activités de mobilisation (…) y compris en veillant à ce que les citoyens qui travaillent dans ces organisations soient alertés et présents en temps opportun (…) aux points de rassemblement ou dans les unités militaires »

Big Tobacco aurait payé près de 7 milliards d’euros de taxes à la Russie depuis le début de la guerre.

Elles sont également tenues de « fournir les informations nécessaires à l’élaboration et à l’exécution des activités de mobilisation selon les modalités fixées », mais aussi « fournir des bâtiments, des structures, des communications, des terrains, des transports et d’autres moyens matériels conformément aux plans de mobilisation ».

En bref, toutes les entreprises présentes en Russie doivent contribuer à l’effort de guerre

Big Tobacco, grand pourvoyeur de fonds pour la Russie

Guerre Russie Ukraine

Et si toutes les entreprises en activité sur le territoire fournissent ainsi une aide logistique et financière au pays, l’activité de certaines rapporterait plusieurs milliards de dollars au pays. Ce serait notamment le cas de British American Tobacco (BAT), Japan Tobacco International (JTI) et Philip Morris International (PMI), qui auraient payé 480 milliards de roubles, soit 6,8 milliards d’euros, au trésor public russe par le biais de taxes, et ce uniquement depuis le début de la guerre. 3 géants du tabac qui représenteraient 90 % du marché des cigarettes en Russie. 

Les cigarettiers sont sans scrupules.

Pour Bob Seely, député du Foreign Affairs Committee, il est « complètement anormal que ces firmes occidentales continuent de payer des montants significatifs de taxes à la Russie, car une grande partie des dépenses de l’État sert maintenant à financer la guerre en Ukraine qui tue des gens en grand nombre »

« Ces entreprises ont dit qu’elles ne soutiendraient pas l’État russe et qu’elles feraient ce qu’il faut, mais elles ne l’ont manifestement pas fait », ajoute-t-il. 

PMI aurait enregistré une hausse de ses ventes au 3e trimestre 2022.

Comble du cynisme, alors que certaines photos partagées avec The Telegraph montreraient des publicités de PMI en Ukraine incitant les consommateurs à faire des dons pour soutenir le pays, les derniers résultats publiés par le cigarettier montrent qu’il aurait vendu 14 milliards de cigarettes au troisième trimestre, contre 10 au premier, dont une partie en Russie

Pour Deborah Arnott, directrice d’Action on Smoking and Health (ASH), « il n’est guère surprenant que Big Tobacco pense qu’ils peuvent continuer à commercer, peu importe ce que fait la Russie, car il s’agit d’une industrie sans boussole morale, dont les produits ont tué environ 100 millions de personnes au XXe siècle et sont sur le point d’en tuer un milliard au XXIe siècle ».

À l’heure actuelle, seule Imperial Brands a suspendu toutes ses activités en Russie.

Big Tobacco, une entité sans scrupules

Dossier : quand Big Tobacco s’attaque aux jeunes

Seconde enquête de The Guardian, afin de découvrir certains des moyens utilisés par Big Tobacco pour attirer les nouvelles générations vers la nicotine.

Dossier : lobbying, pressions, enquête sur la face cachée des cigarettiers

The Guardian a publié une enquête démontrant la façon dont les cigarettiers influent sur les politiques de santé publique dans le monde.

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.