Vous êtes ici : Vaping Post » En direct des boutiques » A la rencontre de myVapors Europe, distributeur officiel de JWEI

A la rencontre de myVapors Europe, distributeur officiel de JWEI

    Annonce
  • Le Petit Vapoteur
  • Pulp Liquides
  • Innokin
  • Vaporesso
  • Geekvape
  • VDLV
  • Dlice

Distributeur du groupe Jwei (Joyetech, Eleaf, Wismec et Vaal) sur le continent, myVapors Europe officie depuis 2013. Dans cette big interview, Grégoire Verny, responsable du service commercial, dévoile les coulisses de cet acteur majeur.

Grégoire Verny, responsable du service commercial chez myVapors Europe

Bonjour, commençons par les présentations.

Je m’appelle Grégoire Verny. J’ai 33 ans, j’habite à Alfortville dans le Val-de-Marne en région parisienne. Je suis marié et également père comblé d’un petit garçon de quinze mois.

Comment avez-vous découvert la cigarette électronique ?

J’ai découvert la cigarette électronique en 2012 via mon beau-frère qui est un passionné de technologies. À l’époque, cela faisait plus de 20 ans qu’il fumait un paquet de 30 cigarettes par jour et j’ai constaté que, grâce à cet outil révolutionnaire, ma sœur et lui avaient réduit drastiquement leur consommation. En avril 2013, ils m’ont offert une magnifique eGo-C de Joyetech pour mon anniversaire ! Elle était accompagnée d’un excellent e-liquide fait maison, conçu avec soin. Cela fut une véritable libération pour moi qui étais un fumeur honteux depuis l’âge de 12 ans, j’ai arrêté de fumer instantanément, sans aucune rechute depuis.

Quelle est votre formation ?

J’ai obtenu un baccalauréat STMG (sciences et technologies de la gestion option management et gestion des ressources humaines). Ensuite, je suis entré sur le marché du travail chez des géants français de la grande distribution, d’abord alimentaire, puis non alimentaire. Après avoir gravi les échelons en interne, j’ai voulu faire valider par un diplôme ces neuf premières années d’expériences professionnelles. J’ai ainsi obtenu, de la part du ministère du Travail, un titre professionnel de manager d’univers marchand, équivalent bac+3. Puis je me suis réorienté et j’ai pris un poste de manager dans un bel hôtel, dans une zone très prisée des touristes internationaux en Thaïlande. C’est un pays que je connais assez bien depuis 2005, mon épouse en étant originaire. Après 13 mois passés là-bas, nous sommes rentrés en France, et je suis devenu responsable d’un vape shop indépendant pendant presque deux ans, jusqu’à ce que j’intègre myVapors-Europe en tant que responsable du service commercial/sales manager, en 2018.

myVapors Europe était présent au Vapexpo Paris

myVapors distribue aux professionnels de la vape à travers toute l’Europe, excepté le Royaume-Uni, exclusivement les quatre marques du groupe JWEI.

myVapors Europe a d’abord été appelé Joyetech France, comment l’aventure a démarré ?

myVapors Europe a été fondée en 2013, en collaboration avec le groupe JWEI, qui s’appelait à l’époque Joyetech Chine. Joyetech a été fondée en 2008 et son premier modèle développé indépendamment, la Joye 510, a été produite à échelle industrielle dès septembre 2008. Joyetech jouit d’une très bonne réputation pour sa fiabilité, ses innovations techniques devenues des standards pour toute l’industrie, et donc d’une grande popularité, particulièrement en Europe et en France. Il a alors été décidé d’avoir une base en France afin d’être au plus près des besoins des professionnels et du marché. L’entité initiale en France a eu comme nom Joyetech France en 2013.

En 2015, Joyetech France est devenue myVapors Europe ? Pourquoi ce choix ?

Tout simplement parce que myVapors Europe distribuait non seulement les produits de Joyetech, mais également d’Eleaf, de Wismec, ainsi qu’un grand nombre de marques d’e-liquides à travers toute l’Europe et non plus seulement dans l’Hexagone. Nous nous positionnons comme un distributeur officiel du groupe JWEI, au lieu d’un simple bureau de représentation. C’est la raison pour laquelle nous sommes devenus myVapors Europe, cela correspondait mieux à ce que nous faisons.

L’entreprise était également présente en Italie

Aujourd’hui, quelle marque distribuez-vous et sur quelle aire géographique ?

myVapors distribue aux professionnels de la vape à travers toute l’Europe, excepté le Royaume-Uni, exclusivement les quatre marques du groupe JWEI : Eleaf, Joyetech, Wismec, et Vaal, qui a été lancée officiellement l’an dernier. Cette dernière est entièrement dédiée aux ecigs prêtes-à-vaper.

Nous distribuons peu de marques d’e-liquides, mais nous sommes ouverts à la possibilité d’en rentrer plus dans un avenir proche.

Quels sont vos best-sellers du moment ?

Concernant les kits complets, nos best-sellers au premier semestre 2022 sont les iSolo Air, iJust D20 et iSolo R d’Eleaf, les eGo Air, Wide Wick et eGo Pod de Joyetech, et la RX-G de Wismec. Concernant les box et mods, ce sont les iStick Power 2 (5 000 mAh intégré) et iStick Power 2C (double accus amovibles) d’Eleaf, l’Exceed D19 de Joyetech et à nouveau la RX-G de Wismec. Au niveau des atomiseurs ce sont les GTL Pod Tank, Melo 5 et Melo 4 S qui marchent le plus fort en ce moment. Ces produits sont vraiment efficaces et plaisent énormément car en plus d’êtres abordables et d’avoir un design très soigné, leur utilisation est simplifiée du fait de la transversalité de nos coils ultra-qualitatifs En effet, les coils GTL sont utilisables sur une gamme de plus en plus large de modèles depuis 2021. Les coils EC bénéficient d’une compatibilité à la fois descendante et ascendante : vous pouvez par exemple monter les dernières EC-A sur un Melo III, ou bien inversement monter la EC originelle sur un Melo 5, il en va de même avec les coils et atomiseurs de la famille GS. Quant à nos modèles à cartouches/pods, leur simplicité d’utilisation n’est plus à démontrer.

L’Eleaft iStick Power 2

Concernant les e-liquides, comment sélectionnez-vous les marques que vous distribuez ?

Actuellement, nous distribuons peu de marques d’e-liquides, mais nous sommes ouverts à la possibilité d’en rentrer plus dans un avenir proche. Celles avec lesquelles nous travaillons à ce jour ont été sélectionnées sur la base de plusieurs critères. D’abord, il faut que les recettes proposées nous plaisent en interne. Ensuite, nous évaluons leur niveau de popularité et la demande vis-à-vis d’elles que nous recevons de la part de nos partenaires. Enfin, cela dépend évidemment des accords commerciaux que nous nouons avec les producteurs.

myVapors Europe et JWEI fonctionnent indépendamment l’un de l’autre mais avec de très proches collaborations, surtout en marketing. Nos échanges sont quotidiens.

Quels produits ont réalisé les meilleures ventes depuis votre création ?

Ce sont sans contestation possible les gammes eGo de Joyetech et iStick d’Eleaf, en particulier l’eGo AIO, les iStick T80 et TC40. Pour les atomiseurs, je peux citer le Cubis Pro, les Melo III & 4, et la gamme GS Air dans toutes ses déclinaisons.

Les clearomiseurs Cubis Pro de Joyetech se vendent bien

Comment fonctionnez-vous avec Joyetech Chine au niveau marketing ? Comment faites-vous pour adapter leur offre au marché européen ?

myVapors Europe et JWEI fonctionnent indépendamment l’un de l’autre mais avec de très proches collaborations, surtout en marketing. Nos échanges sont quotidiens à propos des tendances du marché, de la conception de produits nouveaux, dans l’élaboration de plans pour promouvoir les nouveautés, etc. Pour illustrer mon propos, voici un exemple type du processus menant au lancement d’un nouveau produit. Tout d’abord, une étude de marché et l’analyse des produits concurrents sont faites en France. Cette étude est ensuite envoyée à JWEI, les équipes de design avec la collaboration de l’équipe de R&D étudient les données et commencent à faire des propositions de produits. L’équipe en Chine propose ensuite une ligne de produits à myVapors Europe. Puis nous faisons la sélection et JWEI commence à produire des prototypes. Une fois que les prototypes sont prêts, des tests sont effectués aussi bien en Chine qu’en France. Après les tests en conditions réelles d’utilisation effectués par les deux parties, les derniers ajustements techniques sont apportés.

Et au niveau de la communication ?

Pour la préparation de médias comme les flyers, les photos, les vidéos, ce travail est principalement réalisé en Chine. Cependant, certaines de ces tâches peuvent être effectuées en France si besoin. Concernant la création d’une page produit sur nos sites Web, le design est fait en France et en Chine, les textes de descriptions sont réalisés chez myVapors Europe, puis une maquette est proposée à JWEI et, après acceptation, la programmation et mise en ligne de la page Internet seront effectuées en Chine. Après tout cela, une newsletter de prélancement est envoyée aux clients, la newsletter est évidemment faite en France, avec des photos provenant de l’équipe de design et de photographie en Chine. Dans la newsletter, des vidéos en 3D seront incluses, ces vidéos sont effectuées par l’équipe 3D et Vidéo chez JWEI. La communication avec les magazines, blogs, sites Internet dédiés à la vape, pour une publication et une critique du produit, ainsi que les contacts avec les influenceurs Instagram, Facebook et maintenant TikTok pour des collaborations se font depuis le pôle marketing de myVapors. myVapors enregistre alors des précommandes de la part de nos partenaires en France et en Europe, commande est passée à nos usines à Shenzhen puis, après réception, le produit est rendu disponible à tous les professionnels de la vape.

Une partie de l’équipe marketing en plein travail

Dès la R&D, dans la conception des produits et des emballages, jusque dans la production au sein de nos usines, JWEI prend en compte les aspects environnementaux.

La crise écologique prend de plus en plus en d’importance. Quelles sont les actions de myVapors Europe pour diminuer son empreinte carbone ?

Chez myVapors Europe, nous préconisons les imports maritimes au lieu du transport aérien à chaque fois que la situation le permet. Nous pratiquons les économies d’énergie au maximum, que ce soit au niveau de la consommation électrique, du chauffage, de la climatisation, ou de l’usage de l’eau courante. Nous donnons en continu des conseils aux fournisseurs et fabricants pour avoir des emballages économiques, que ce soit pour les produits existants comme nouveaux. Au siège de JWEI, en Chine, dès la recherche et développement, dans la conception des produits et des emballages, jusque dans la production au sein de nos usines nous prenons en compte ces aspects. Par exemple, lorsque vous achetez certains de nos produits comme la eGo AIO eco-friendly, vous financez directement la plantation d’arbres afin de préserver la couverture forestière de notre planète. Nous souhaitons généraliser et approfondir ce type d’actions à l’ensemble de nos produits et activités.

L’écologie est au cœur des préoccupations de l’entreprise, jusque dans les usines des fabricants, en Chine

Quels sont aujourd’hui les moyens techniques et humains de myVapors Europe ?

Avant tout, myVapors est une équipe, un collectif de travail composé actuellement d’une quinzaine de personnes très professionnelles. Elles s’investissent pleinement et sont passionnées par la vape et ses métiers, que ce soit dans le commerce et l’après-vente, le marketing, la logistique ou la gestion des ressources humaines et financières. myVapors dispose de bureaux et d’un entrepôt implantés à Ivry-sur-Seine en Île-de-France depuis 2013. C’est d’ici principalement que nous entretenons des relations étroites avec nos partenaires, que nous importons les meilleurs produits de nos marques, que nous préparons vos commandes de manière rigoureuse et les expédions avec l’aide de transporteurs internationalement reconnus pour la qualité de leur service. Nous recherchons toujours de nouveaux talents commerciaux, donc si vous pensez correspondre à ce profil n’hésitez pas à nous contacter pour nous rejoindre !

La pandémie a eu un impact certain sur nos activités, qui s’est surtout fait ressentir suite au premier déconfinement.

Depuis deux ans, nous subissons la pandémie de Covid-19, quel impact a-t-elle eu sur myVapors Europe en termes de chiffre d’affaires et au niveau de la logistique ?

Pour être tout à fait franc, la pandémie a eu un impact certain sur nos activités, qui s’est surtout fait ressentir suite au premier déconfinement. Cela nous a poussés à nous adapter, à modifier certaines manières de faire, que ce soit avec la mise en place de formes de télétravail selon les possibilités des postes ou sur l’organisation logistique comme l’acheminement des marchandises depuis nos usines à Shenzhen. Nous parlions plus haut d’écologie, la pandémie a aussi souligné l’impact social que ce type de crise peut avoir, myVapors Europe a donc voulu contribuer et nous avons ainsi fait des dons de masques FFP2 à des maisons de retraite publiques autour de nous.

L’Eleaf iSolo Air 2

Votre entreprise est implantée dans le secteur depuis 14 ans, quel regard portez-vous sur le marché de la vape en France ?

Nous avons la chance en France, comparativement à d’autres pays, d’avoir un marché de la vape à la fois libre et bien régulé en termes de législation, cela nous permet à toutes et tous d’avoir un climat d’affaires plutôt sain. Les normes françaises sont de haute qualité et ont permis de développer une belle filière nationale dans la production d’e-liquides. Le marché en lui-même est arrivé à une certaine maturité et ne connaît plus la croissance exponentielle d’il y a quelques années, cependant il continue de croître régulièrement.

Quels sont, selon vous, les prochains défis de la vape en France ?

Depuis dix ans, la vape rencontre un énorme succès dans notre pays, l’information de la communauté médicale quant à l’utilité et l’efficacité de cet outil de sevrage tabagique a grandement progressé et nous nous en félicitons car cela influe directement sur l’état d’esprit des usagers. Pour amplifier cela, les acteurs du secteur doivent à notre sens continuer leurs efforts pour bâtir des certifications de qualité et pour mobiliser les pouvoirs publics sur ces questions ; nous pourrions aller beaucoup plus loin afin que les personnes qui veulent quitter la cigarette traditionnelle se sentent en confiance de le faire grâce à l’e-cig.

Les puffs prennent de plus en plus de place sur le marché de la cigarette électronique

Les prêtes-à-vaper sont des outils de sevrage tabagique et non des jouets à mettre entre n’importe quelles mains.

Aujourd’hui, vous proposez aussi des puffs. C’est un produit qui fait débat, notamment au niveau de son impact écologique. Quel est votre avis sur le sujet ?

Notre marque Vaal, dédiée aux prêtes-à-vaper, a été lancée officiellement au Vapexpo de Paris 2021 et nous constatons depuis début 2022 que sa diffusion à grande échelle avance bien, nous nous en réjouissons car nous travaillons durement pour cela. Sur le débat en lui-même, bien sûr cela nous interpelle, il est très important de notre point de vue que les professionnels s’en tiennent aux lois du pays en ne facilitant pas l’accès aux produits de la vape aux mineurs. Ces produits sont des outils de sevrage tabagique et non des jouets à mettre entre n’importe quelles mains.

Est-ce un phénomène qui est appelé à durer ?

Il y a un an, j’aurais pu répondre que non. Aujourd’hui je serais beaucoup moins catégorique en constatant l’engouement des consommateurs pour ce type de produits. Je pense que comme toute chose après l’effet de la nouveauté, cela devrait aller vers une sorte de régulation, qui je n’en doute pas interviendra bientôt, pour traiter les questions relatives au recyclage ainsi qu’à la qualité des e-liquides contenus dans les prêtes-à-vaper. Pour notre part, tous nos produits Vaal répondent aux normes françaises actuellement en vigueur, et nous sommes prêts à nous adapter à leurs futures évolutions. Nous sommes également en train de mettre en place des points de collecte pour le recyclage chez nos revendeurs. Essentiellement nous considérons que l’enjeu réside dans le fait que nos prêtes-à-vaper, Vaal 600, Vaal 800, Vaal Qbar, soient une porte d’entrée pour les fumeurs vers nos open-devices de marques Eleaf, Joyetech, et Wismec.

Les puffs pourraient s’installer durablement dans le paysage de la vape mondiale

Parlez-nous de vos projets et de vos objectifs pour la fin de 2022 et 2023.

Pour cette fin d’année et l’année prochaine, notre objectif est d’avoir un réseau de distribution professionnel encore plus développé, plus complet. Resserrer toujours plus nos liens avec nos partenaires. Avoir des nouveautés de bonne qualité qui correspondent aux goûts du marché et dont les prix soient abordables afin d’attirer et fidéliser les utilisateurs. À ce propos, notre toute nouvelle iSolo Air 2 d’Eleaf s’annonce déjà comme un best-seller qui durera dans le temps. Des e-cigs simples, sûres, belles, de bonne qualité, à prix raisonnable, tel est notre mantra.

Nos précédentes rencontres

A la rencontre de Pulp Liquides / Sunny Smoker

Depuis 2011, Sunny Smoker est un acteur majeur de la vape française. Fabricant de liquides, grossiste et distributeur, la société parisienne joue sur tous les tableaux avec succès. Rencontre avec les dirigeants.

A la rencontre d’EVERYDAY, le liquidier français « sans additifs »

La vape n’échappe pas aux tendances vertes qui tentent aujourd’hui de se séparer des artifices jugés superflus et parfois controversés dans les biens de consommation. Sans pesticides, sans sels ajoutés, …

À la rencontre du président de l’Independant European Vape Alliance

Bonjour Dustin, merci de répondre aux questions du VapingPost. Pour commencer, pourriez-vous présenter votre association à nos lecteurs ? L’Independent European Vape Alliance a été fondée en 2019. Notre objectif …

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.