Vous êtes ici : Vaping Post » Tabagisme » 55 % des Français désapprouveraient l’idée d’une augmentation du prix du tabac pour en limiter l’accessibilité

55 % des Français désapprouveraient l’idée d’une augmentation du prix du tabac pour en limiter l’accessibilité

    Annonce
  • Vaporesso
  • Eliquid Discount

Nombre de fumeurs en baisse, volonté des Français de ne pas voir le cannabis dépénalisé, quantité d’adolescents ayant expérimenté la vape, petit tour d’horizon des derniers chiffres révélés par l’OFDT.

Les Français contre le tabagisme et l’alcool, mais favorables au cannabis thérapeutique

Une récente enquête de l’Office français des drogues et toxicomanies (OFDT), rapportée par Le Figaro, révèle que 55 % des Français seraient défavorables à de nouvelles augmentations du prix du tabac afin d’en limiter l’accessibilité. La recherche, menée fin 2018 auprès de 2 001 adultes, indique également que les problèmes que représentent le tabagisme et l’abus d’alcool, continueraient de préoccuper une majorité de Français (65 %), qui les jugeraient plus inquiétants que la consommation de produits stupéfiants.

Concernant les produits illicites justement, 54 % des sondés seraient défavorables à une législation du cannabis. 61 % s’opposeraient ainsi à la mise en vente libre du produit. Un chiffre en baisse par rapport à la dernière étude similaire qui avait été réalisée en 2013, époque où 77 % des Français faisaient part de leur volonté de ne pas voir ce produit en vente. Cependant, si les habitants de l’hexagone ne semblent toujours pas prêts à voir le cannabis entièrement dépénalisé, 91 % d’entre eux seraient tout de même favorables à sa prescription médicale dans le cadre de certaines maladies. Un fait qui pourrait bien voir le jour puisque l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) indiquait il y a quelques mois, le début d’une expérimentation allant en ce sens d’ici à la fin de l’année 2019.

Quelques chiffres supplémentaires

Si les données de cette enquête semblent révéler que les Français continuent d’être préoccupés par le tabagisme, les chiffres du dernier rapport de l’OFDT (au format PDF), Drogues et addictions – données essentielles, semblent indiquer que les plus jeunes le sont également.

En effet, alors que 68 % des adolescents de moins de 17 ans indiquaient avoir déjà fumé une cigarette au cours de leur vie en 2014, ils n’étaient plus de 59 % en 2017. Une tendance à la baisse, que le taux de prévalence tabagique quotidien semble suivre avec un recul de 7 points entre ces deux années (de 32 % à 25 %).

Concernant la vape, 35 % des jeunes se seraient contentés de l’expérimenter une fois, tandis que seulement 1,9 % des interrogés auraient déclaré utiliser quotidiennement un vaporisateur personnel. Du côté des adultes, ils seraient 2,7 % à avoir fait de la vape un produit du quotidien, alors qu’ils étaient 3 % en 2014.

Ce rapport de l’OFDT semble positif. Comme l’indique l’organisme, « après une période de stabilité entre 2010 et 2016, la part des fumeurs quotidiens a nettement baissé entre 2016 et 2017 », tant chez les jeunes que chez les adultes. Elle serait toutefois « particulièrement marquée parmi les hommes de 18-24 ans (passant de 44 % à 35 %), s’agissant du plus bas niveau atteint depuis 2000 »

Il aurait été intéressant de pouvoir observer la courbe d’adoption quotidienne du vaporisateur personnel pour cette tranche d’âge, entre ces deux années. Malheureusement, ces données n’ont pas été étudiées.

Les derniers articles pour la catégorie société

USA : petites magouilles entre cigarettiers, l’État du Colorado et...

  • Publié le 6/01/2021

Altria serait à l’origine de plusieurs éléments de la loi récemment votée dans le Colorado. Des mesure qui lui promettent un bel avenir.

Le tabagisme, fléau des Maori

  • Publié le 29/12/2020

De tous les indigènes du monde, les Maori sont de loin les plus accros au tabac, une épine sévère dans le pied du gouvernement Néo-Zélandais.

C’est Noël : deux milliards de cadeaux pour la France…...

  • Publié le 17/12/2020

Deux milliards d’euros : c’est le montant des recettes fiscales supplémentaires perçues par la France sur la tabac en 2020, grâce au Covid.

Annonce

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.