Vous êtes ici : Vaping Post » Opinion » Vapotage des jeunes : la solution du moindre mal ?

Vapotage des jeunes : la solution du moindre mal ?

    Annonce

Dans un article paru ce 26 juin en France, le Huffington Post commente les résultats du rapport de Santé Publique France et reconnaît que le vapotage des jeunes n’est pas un problème dans l’hexagone, mais que ça pourrait changer, la faute à Juul. Sans être fervent supporter de la marque américaine, il faut reconnaître que c’est un tantinet exagéré.

Le Huff Post parle de vape

Le Huffington Post parle de vape, et c’est plutôt pas mal, il faut se l’avouer. L’article traite du rapport de santé publique France, et commente l’interdiction de la vape à San Francisco. Tout cela est très bien, et rien de tel qu’une bonne lecture pour vous faire votre propre idée. La fin est plus sujette à discussions, avec cette accusation contre la vape d’être “mal encadrée”.

Mais un passage en particulier nous a rendus chagrins. Tout commençait plutôt bien, lorsque l’auteur de l’article, Grégory Rozières, soulignait que le vapotage des jeunes n’était pas un problème prégnant en France. Mais il poursuit en expliquant que la situation pourrait changer avec l’arrivée en France de Juul.

Le problème n’est pas de savoir si il a raison ou si il a tort. Le problème, c’est qu’il ne pose pas la bonne question.

Le vapotage des jeunes

Au Vaping Post, nous ne somme ni pour ni contre Juul. Nous entretenons avec les représentants de la marque des rapports courtois et professionnels, et lorsqu’il y a à redire, comme l’entrée fracassante du tabac dans le capital, nous le disons.

La marque est-elle responsable du vapotage des jeunes aux USA ? Ce n’est pas impossible. Mais il faut aussi reconnaître que la guerre idéologique des pro et des anti-vape fausse l’interprétation des faits. Au pays du Premier Amendement, chacun est libre de dire tout et n’importe quoi pour atteindre ses objectifs, et la vérité est difficile à cerner avec précision.

Elle ressemble sans doute à quelque chose comme cela : oui, Juul porte une part de responsabilité partagée avec d’autres dans le vapotage des jeunes, mais ce phénomène est sûrement très exagéré.

La bonne question serait : le vapotage des jeunes est-il réellement un problème ? Il y a une part de provocation, là-dedans, mais cela mérite d’être approfondi.

La vieillesse sera un naufrage

Prenons les abords d’un lycée en France, et observons la faune qui s’y promène. Même si les chiffres disent que ça va mieux, au niveau du tabagisme, il y a encore trop d’adolescents qui fument, qui commencent ou ont commencé jeunes, et qui développent une vraie dépendance avant leur majorité.

Et, en matière de tabagisme, le temps, c’est l’ennemi. Plus longtemps le consommateur côtoiera le produit, plus il développera une addiction fortement ancrée. Encore plus chez les jeunes, pour qui cet âge est déterminant pour l’adulte qu’ils deviendront.

Nul n’est besoin de lancer la pierre à quiconque au niveau local. Oui, il y a des buralistes qui vendent sans scrupules à des jeunes sans se préoccuper le moins du monde de la législation. Et oui, il y en a qui sont d’une honnêteté scrupuleuse et qui éconduiront les acheteurs mineurs sans se laisser amadouer. Mais les moyens détournés existent : envoyer un majeur acheter pour eux, acheter aux trafiquants qui commencent à pulluler dans les grandes villes… Un adolescent qui veut une cigarette aura une cigarette, il faut s’y résigner.

Dès lors, est-il hérétique de se demander si, faute de mesures efficaces pour lutter contre le tabagisme des jeunes, leur ouvrir les portes de la vape serait une bonne idée ?

La question mérite d’être posée. En présence d’un problème, une réelle volonté de le résoudre doit considérer toutes les solutions pour choisir la meilleure. Et, au pire, celui du moindre mal.

Cet article d’opinion n’engage que le point de vue de son auteur et ne représente pas forcément l’avis de la rédaction.

Les derniers articles sur Juul

Mauvaise presse aux USA : les titres Juul et Altria à la baisse

  • Publié le 17/09/2019

Jusqu’à 20 % de perte pour le fabricant de Marlboro Il ne vous aura probablement pas échappé que ces dernières semaines, la vape a été particulièrement malmenée aux Etats-Unis. Entre …

Pendant que les USA coulent, Juul se lance à la conquête de la Chine

  • Publié le 13/09/2019

Quand la loi épaule l’industrie du tabac Il y a quelques jours, l’administration Trump a officiellement annoncé que tous les produits de la vape aromatisés à autre chose qu’au tabac, …

Fin des arômes dans le Michigan, Juul approuve

  • Publié le 5/09/2019

Retropédalage politique Au mois de juin 2018, San Francisco devenait la première ville américaine à interdire la vente de tous les produits de la vape aromatisés. Une mesure que ses …

Annonce