Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Troisième Plan cancer : La cigarette électronique comme méthode de réduction des risques

Troisième Plan cancer : La cigarette électronique comme méthode de réduction des risques

Jean-Paul Vernant recommande à la Ministre Marisol Touraine d'intégrer la cigarette électronique dans sa politique de lutte contre le tabagisme.

Jean-Paul Vernant recommande à la Ministre Marisol Touraine d’intégrer la cigarette électronique dans sa politique de lutte contre le tabagisme.

Jean-Paul Vernant, hématologue à l’Université Pierre et Marie Curie, a été chargé en 2012 par le président de la République de la coordination du troisième Plan cancer (2014-2018). Il vient de remettre en juillet 2013  ses recommandations (PDF) à la ministre des Affaires sociales et de la Santé et à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

La politique de lutte contre le tabac conduite en France depuis 2004 est un échec

Le rapport final (PDF) remis un mois plus tôt au président de la république afin de d’évaluer les résultats obtenus par le précédent Plan cancer n’est pas très positif. En dépit des mesures prises pour lutter contre le tabac, la consommation tabagique n’a pas reculé et a même augmenté surtout chez les femmes et les chômeurs (+ 6 points de 2005 à 2010).

Avec une prévalence tabagique de 33,6% chez les 15-75 ans en 2010, une augmentation alarmante de +1,8% a été constatée durant les cinq dernières années.

Le bilan est simple, la politique de prévention n’a pas produit les effets attendus pour la consommation tabagique. La politique de lutte contre le tabac conduite en France depuis 2004 est un échec. L’effet a été même contraire à celui attendu pour les catégories sociales défavorisées qui ont augmenté leur consommation durant les dernières années. Cet échec doit amener à reconsidérer cette politique.

La cigarette électronique bientôt au cœur d’une approche de réduction des risques pour les fumeurs en France ?

Dans le copieux document réalisé par Jean-Paul Vernant, les préconisations pour la lutte contre le tabagisme sont les suivantes :

  • Prendre en compte les résultats minimes des politiques des 10 dernières années contre la consommation de tabac et l’aggravation des inégalités sociales face à ce risque.
  • Stopper la politique de stigmatisation des fumeurs qui a démontré son inefficacité en particulier auprès des populations les plus vulnérables.
  • Associer des moyens d’action combinés plutôt que la seule approche de l’augmentation des prix.
  • Définir une politique des prix reposant sur les expériences étrangères en veillant à ne pas creuser les inégalités sociales.
  • Mettre en place dans les 2 ans les paquets « neutres ».
  • Rembourser à 100 % les substituts nicotiniques pendant 3 essais d’arrêt.
  • Évaluer l’intérêt de la cigarette électronique dans la politique de sevrage.
  • Intégrer l’intérêt d’une politique basée sur la réduction des risques telle qu’elle est appliquée dans d’autres domaines.

Même si le sujet de la cigarette électronique n’est pas très développé dans ses recommandations, les propos de Jean-Paul Vernant sont assez clairs : l’ecig doit être intégrée dans le plan de lutte contre le tabagisme et les méthodes de réduction des risques doivent faire partie d’une nouvelle politique de santé publique.

A en déplaire aux opposants qui voient en elle un risque d’initiation au tabagisme, il s’agit là d’une prise en considération majeure pour la cigarette électronique. Il est certain que ce document, couplé probablement au rapport de l’OFT, va peser un certain poids dans les prochaines prises de position gouvernementales au sujet de l’e-cigarette en France. La prochaine séance plénière de septembre au Parlement européen (vote de la nouvelle Directive sur les produits du tabac) devrait être l’occasion d’en avoir les premiers échos officiels.

Review Author:Review Date:
  • Jacques Le Houezec

    Nos efforts pour permettre une place à la réduction du risque commencent à payer!

  • Si je comprends bien, j’ai pas lu le rapport pour le moment, mais on parle de politique de réduction des risques, pas de médicalisation de la vape.
    Une politique de réduction des risques face aux cancers liés au tabac voudrait dire, à mon sens, permettre de mettre en compétition le tabac et la vape afin que les fumeurs passent à la vape.
    Il ne faut pas voir BigPharma partout, même si il faut se méfier, j’ai pas l’impression, d’après ce que dit Ghyslain, que l’on parle d’en faire un substituts niconique pharmaceutique.

    • Je pense que l’essentiel du contenu qui concerne l’ecig dans ce document (demandé par le gouvernement) se trouve dans mon article. Comme je le dit, le sujet n’y est pas vraiment développé, ce qui est par contre important je pense, c’est cette considération du rôle potentiel de la cigarette électronique dans la lutte contre le tabagisme. Cette considération venant d’un grand spécialiste du cancer en France et directement adressé au ministre de la Santé.