Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Pods » Test : Pod AVP – Aspire

Test : Pod AVP – Aspire

  • Par , le 22/08/2019 à 16h00
    Annonce

Aspire rencontre un beau succès avec la commercialisation de son pod AVP, et ce n’est pas un hasard : il est mignon, il vape bien (en inhalation indirecte), et son ergonomie est agréable. Retour sur la nouvelle coqueluche de la vape en tenue légère.

Un bon pod parmi les pods

Le format pod est en pleine expansion. Manifestement, les fabricants misent tous sur ce concept et les modèles se suivent à une vitesse supersonique, parfois excellents, parfois catastrophiques, et le plus souvent moyen, voire médiocres.

C’est que, si on regarde les choses objectivement, les pods ont deux avantages : la simplicité et la compacité.
Pour le reste, ils n’ont que des faiblesses par rapport à des vapoteuses classiques : petites batteries, donc faible autonomie, réservoirs jetables, donc polluants et plus coûteux, qualité de vape presque toujours en dessous, pas ou peu de réglages pour varier les plaisirs, fuites des cartouches, tendance à la panne parfois rapide…

Bref, ces petits objets sont bien sympas, pas toujours le meilleur choix objectif, mais ils sont attirants.
Le AVP fait partie des “pods” qui sortent du lot. Il n’est pas le seul, il est par exemple très proche du EQs de Innokin, mais il est plus sexy, il plaît, et, pourvu qu’on utilise un taux de nicotine suffisant, il ne déçoit pas à l’usage. 

Et puis… qui a dit qu’il fallait toujours faire des choix objectifs dans la vie ?

Caractéristiques techniques

Dimensions du pod82 x 39 x 14
Poids du pod70 g
ChargeUSB
batterie700 mAh
Plages d'utilisation8 à 12 watts
Capacité du réservervoir2 ml

Le coffret comprend :

  • Pod
  • Réservoirs
  • Cordon USB
  • Mode d'emploi
  • Goodies

Pod et mignon

Voilà ce qui fait qu’on s’intéresse a priori à ce pod : son design est réussi, il parle. Pourtant, il n’est pas très différent d’un autre, mais il a ce petit surcroît de personnalité qui se remarque. Un petit côté “costume cintré” qui le rend sexy.

A coté, le EQs de Innokin parait banal, il n’est pas moche, et, en main, l’ergonomie est similaire. Comme le AVP, il vape très bien, il aurait même l’avantage pour la vape soutenue, grâce à la version 3D mesh de sa cartouche… mais l’AVP en jette. Devant une vitrine, le choix est vite fait.

Ses finitions sont simples, mais efficaces et bien pensées, l’ergonomie de l’embout est parfaite. Il existe bien sûr dans une myriades de finitions colorées.

Conception soignée

Des jolis pods, il y en a plein. Des pods fiables et bien conçus, c’est moins courant, et le AVP en fait partie.
Comme tous les pods, il est constitué de deux éléments : une batterie automatique, et une cartouche interchangeable, qui peut contenir 2 ml de liquide.

La cartouche contient une résistance, cachée dans le conduit central : quand elle est usagée, après avoir vapé 20 à 40 ml de liquide (selon leur composition, les liquides encrassent plus ou moins vite les résistances), on change la cartouche : c’est simple… mais la planète ne nous remercie pas.
Cette cartouche est remarquablement conçue et fabriquée. C’est propre, malin, bien réalisé et fiable. A gauche de la cheminée centrale, le petit tube constitue le système de remplissage en liquide, sur lequel nous allons revenir. A droite, le tube fait partie du système de déclenchement automatique : quand on inhale, on crée ici une petite dépression qui met en route la vape.

Sous la cartouche, on trouve aux extrémités deux aimants qui la maintiennent en place, et au milieu, la connexion électrique : pôle positif au milieu, négatif autour.
A gauche de la connexion, le petit trou évasé tente de résoudre l’un des problèmes récurrents  sur les pods : le remplissage et l’étanchéité.
C’est un système à valve : on place l’embout d’une fiole dedans, on plaque bien, et on presse la fiole pour remplir. Ca marche bien : le liquide ne s’échappe pas au remplissage, la valve referme le conduit quand on a terminé, il ne fuit pas à l’usage. Bien joué.

Et voilà, il ne reste plus qu’à insérer la   cartouche dans son logement et vogue la vape. On aspire et ça marche.

Bonne vape

Le soin manifeste que Aspire a porté à la fabrication de ses cartouches n’est pas vain : la vape est tout à fait satisfaisante. Peut-être pas autant qu’un kit plus évolué qui donne plus de choix de résistances ou de puissance, mais étant donné la discrétion du format, c’est remarquable.
Le tirage est indirect, mais pas très serré, pour permettre à chacun d’inhaler plus ou moins fort. Les saveurs sont bien restituées, le hit est proportionnel au taux de nicotine choisi, la production de vapeur est elle aussi très satisfaisante. Il y a de l’intensité dans cette vape. C’est un aspect qui manque souvent aux pods, qui peuvent manquer de peps. Le AVP en a, sans être agressif, et c’est une grande qualité pour une si petite machine.

Par ailleurs, Aspire offre deux voies pour adapter la vape du AVP à ses goûts.

D’abord, il dispose d’un réglage de puissance sur une petite plage (8, 10 ou 12 watts), accessible en cliquant sur le petit bouton illuminé sous le logo. Sur cette photo, il est rouge, réglé sur 12 watts. La led de ce bouton signale aussi l’autonomie restante.
A 8 watts, la vape est très légère, il faut utiliser des taux de nicotine assez élevés pour avoir des sensations et obtenir satiété. De mon point de vue, le régime normal du pod est à 12 watts, c’est là qu’il donne tout son potentiel. Mais si on aime la vape douce, pourquoi pas choisir une puissance plus basse.

Ensuite, Aspire propose 3 cartouches, qui sont équipées de résistances différentes.
La cartouche standard est pourvue d’une résistance en nichrome et d’une mèche en coton, sa valeur est de 1,2 ohm. Elle produit la vape décrite juste avant.
La cartouche ACC est aussi pourvue d’une résistance en nichrome, de 1,3 ohm, mais la mèche est en céramique. Elle produit une vape légèrement plus douce en inhalation indirecte aussi, et serait plus durable, la céramique vieillissant moins vite que le coton, mais je n’ai pas eu le temps de le vérifier.
La cartouche AVP Mesh est pourvue d’une résistance en mesh, sa valeur est de 0,6 ohm. Elle produit une vape plus soutenue en inhalation indirecte ouverte, sa vapeur est plus dense, et elle accentue les notes sucrées des liquides.

Soyons clair, il n’y a pas un monde entre ces cartouches, les deux premières sont très proches, et la troisième est un peu plus pêchue, mais on reste dans le domaine de la vape modérée.

Autonomie correcte

L’autonomie est… raisonnable. Il faut bien payer la compacité de l’engin à un moment, et c’est ici : tous les pods présentent une limite dans ce domaine, mais ceux qui, comme le AVP offrent 700 mAh permettent d’envisager une journée de vape modérée. 
A 8 watts avec les cartouches de base, il y a de la marge, on peut espérer 300 bouffées, soit l’équivalent d’un bon paquet de clopes. Mais la vape est très douce, il faut compenser par un taux de nicotine élevé, ou éventuellement opter pour le sel de nicotine si on n’aime pas les hits forts.
A 12 watts, on arrive à tirer 200 bouffées, soit l’équivalent de de 17 clopes. 
Par ailleurs, la cartouche équipée d’une résistance en mesh, elle, consomme un peu plus d’énergie, l’autonomie passe sous les 200 bouffées.

L’autonomie réelle dépend donc de comment on vape, et de ce que l’on vape.
Elle est suffisante pour une journée si on vape modérément, ou si on a la possibilité de recharger le pod de temps en temps.
Sinon, c’est plus délicat, il est possible de tomber en panne d’énergie.

En résumé

On aime

  • Conception et construction soignée
  • Fiabilité (pas de fuite)
  • Bonne restitution des saveurs
  • Autonomie correcte
  • Finitions sympathiques et design réussi
  • Compatible avec le sel de nicotine
  • Ergonomie agréable
  • 3 types de résistances

On n’aime pas

  • Cartouches jetables
  • Autonomie insuffisante pour une vape soutenue

Conclusion

4,3 /5

Aucun doute, le succès du AVP est mérité : Aspire a construit un bon pod, qui donne satisfaction sur le plan de la vape, et qui est agréable à utiliser. Son autonomie est suffisante pour les "petits' vapoteurs, ou comme matériel d'appoint, sinon, il faut avoir la possibilité de le recharger. Reste donc cette question : est-ce que jeter un réservoir en plastique quand une résistance est foutue est bien raisonnable à notre époque ?

Le AVP en images