Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Pods » Test : Iore Prime – Eleaf

Test : Iore Prime – Eleaf

    Annonce
  • Le Petit Vapoteur
  • Pulp Liquides
  • Vaporesso
  • Geekvape
  • VDLV
  • Dlice

Petit dernier de chez Eleaf, le pod Iore Prime mise sur la simplicité et l’efficacité. Ses principaux atouts viennent directement de l’ADN de son fabricant. Il n’a qu’un seul défaut, mais de taille.

Il est l'iore, monseignor

Parfois, le testeur aimerait pouvoir jeter un coup d’oeil au cahier des charges des produits qu’il teste, pour pouvoir confronter sa perception à l’intention de ses créateurs. Dans le cas du Iore Prime d’Eleaf, par exemple, il devait être inscrit en très gros caractères “faites simple”.

Et pour être simple, le Iore Prime l’est, tant ce petit pod se débarrasse de toute fioriture. Mais on est chez Eleaf, un fabricant qui connaît son affaire, et simple ne veut pas du tout dire mauvais. Au contraire, le pod se révèle agréable à l’usage, et serait même un très bon choix sans un gros détail qui gâche presque tout.

Caractéristiques techniques

Dimensions du pod25 x 16 x 95 mm
Poids du pod g
ChargeUSB-C
batterie900 mAh
Plages d'utilisation15 W
Capacité du réservoir2 ml

Le coffret comprend :

  • Pod
  • Réservoirs
  • Cordon USB
  • Mode d'emploi

Le iore Prime en détails

 

La première impression que donne le Iore Prime est la compacité : le pod est petit, et ses 70 grammes dans une taille si contenue créent l’illusion d’un poids conséquent, alors qu’il n’en est rien. Tout est bien agencé et la construction est impeccable.

La batterie de 950 mAh, offrant une très large autonomie, se recharge en USB-C très rapidement. Moins d’une heure pour une charge complète. Une diode colorée classique donne les indications sur l’autonomie restante.

 

La molette coulissante sur la photo ci-dessus gère le flux d’air et représente la seule partie actionnable du pod. En dehors d’elle et de la prise USB-C, il n’y a rien, surtout pas de bouton de déclenchement. La vape se met en route à l’inhalation. Ce système est très bien géré, mais s’avère perfectible lorsque la résistance commence à fatiguer.

En revanche, les cartouches sont le gros point noir du pod : la résistance n’est pas remplaçable, ce qui fait qu’une fois usée, c’est tout le bloc qui doit être jeté. Ce qui implique des déchets supplémentaires que la planète n’appréciera pas, et un coût plus élevé à l’achat, et là, c’est l’utilisateur qui ne va pas aimer.


Lesdites cartouches offrent toutes les deux une contenance de 2 ml, et une résistance en mesh, au choix de 0,8 ou de 1,2 ohm. Dans les deux cas, la vape est agréable, assez chaude, avec une restitution très acceptable des saveurs pour ce type de matériel.

Le remplissage se fait en ôtant le drip tip en bec, via un opercule siliconé. L’opération est simple si l’on possède le flacon adéquat, et des doigts musclés, l’embout buccal étant solidement arrimé. La cartouche vient se clipser dans le corps de la batterie et laisse une meurtrière minimale, mais suffisante, pour contrôler le niveau de liquide.

Aucune fuite à constater, ce qui est bien la moindre des choses avec une cartouche scellée.

En résumé

On aime

  • Bien réalisé
  • Bonne autonomie
  • Vape agréable
  • Simple

On n’aime pas

  • La résistance ne peut pas être changée dans le pod

Conclusion

3,6 /5

Le pod Iore Prime a failli être un bon choix pour les amateurs de simplicité : efficace, autonome, sans prise de tête, bien conçu et bien fini. Il se gâche toutefois, en partie, avec le choix du fabricant de lui apposer des cartouches scellées. Un défaut qui pourrait par contre être corrigé en la remplaçant.

Le Iore Prime en images

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.