Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Atomiseurs » Test : Tauren Max RDTA – ThunderHead Creations

Test : Tauren Max RDTA – ThunderHead Creations

  • Par , le 29/03/2020 à 11h52
    Annonce
  • Ecigplanete

Après le Tauren One RTA, dont de nombreux problèmes de fabrication avaient été signalés, ThunderHead Creations revient sur le devant de la scène avec un gros atomiseur, le Tauren Max RDTA. Bien fourni et assemblé, il dispose d’un surprenant plateau de montage. Sans être un atomiseur exceptionnel, il délivre une vape très aérienne pour amateurs de gros nuages.

Attendu

Produit depuis plusieurs semaines, le Tauren Max RDTA s’est fait attendre par les fans de la marque. La crise sanitaire mondiale retardant largement sa sortie. Découverte de cet atomiseur de 25 mm très aérien, peut-être trop…

Caractéristiques techniques

Diamètre25 mm
Hauteur41
Contenance2
Poids g
Remplissagepar le haut
Type de montagedouble coils
Plage d'utilisationselon montage
Arrivée d'airpar le milieu
Drip Tip810
Matériauxacier inoxydable

Le coffret comprend :

  • Réservoir de rechange
  • Pièces de rechange
  • Drip tip
  • Outil
  • Mode d'emploi

Bien réalisé

Le Tauren Max RDTA est livré dans une capsule métallique. L’atomiseur arrive parfaitement protégé. La base du packaging sert, alors, de support pour l’atomiseur. C’est un très bon point qui s’avère bien pratique dans les phases de montage. Sans compter que cela change des éternels emballages plastique polluants.

L’atomiseur est fourni avec deux réservoirs. Le plus petit, monté de série, a une contenance de 2 ml. Le plus grand s’adapte via une extension et offre 4,5 ml de capacité. Selon le montage utilisé, c’est dans cette configuration, que le Tauren Max est le plus confortable, les remplissages se font moins fréquents. Logique.

Sous l’atomiseur, la connectique 510 dépasse suffisamment pour une utilisation sur un mod mécanique hybride.

Le RDTA est bien fourni. Deux réservoirs avec extension, 4 pins 510 pour une utilisation en bottom feeder ou plus classique, de nombreux joints de remplacement et de la visserie. Il y a de quoi entretenir son matériel et optimiser son utilisation selon son humeur et son mod.

Le top cap permet le réglage des arrivées d’air situées au milieu du baril. Un système en créneau occulte au fur et à mesure les différents trous. Ce réglage, bien que précis (trou par trou), ne modifie pas sensiblement la sensation de vape. Sous le drip tip de format 810, la bague est moletée pour une rotation facilitée. Les matériaux sont épais et de qualité sans marque d’usinage excessive.

Entre le réservoir et les arrivées d’air du haut, un second réglage pour refroidir les coils par le dessous est présent. L’apport d’air est important, ce qui autorise des montages puissants sans crainte de chauffe excessive.

L’intérieur de la cloche est impeccablement usinée. La rotation du top cap se fait sans aucune difficulté ni résistance. La présence de joint facilite une très bonne tenue. On distingue la forme de créneau qui obstrue successivement les petits trous d’air. Un bloqueur intérieur limite la rotation dans la position totalement ouverte ou fermée.

Etonnant plateau de montage

Le plateau de montage est constitué de nombreux trous de refroidissement, nous y reviendrons. Les espaces pour loger le coton sont larges et ont l’avantage d’être simple d’accès. Deux trous de remplissage en e-liquide acceptent la plupart des embouts de flacon. Ces derniers sont occultés en remplaçant la cloche de l’atomiseur. Le risque de fuite est minime lorsque le setup est allongé, sauf à employer des e-liquides, à fort taux de PG.

L’originalité du Tauren Max RDTA est son plateau de montage en forme de “Y”. Chaque coil se place par le dessous, pattes vers le haut. C’est un parti pris du fabricant pour permettre un refroidissement à 360 degrés.

Les posts ont une forme arrondie permettant de placer les résistances au plus près des arrivées d’air. Deux joints maintiennent parfaitement le baril, sans le moindre jeu ou fuite. Le pôle positif est entièrement entouré à sa base d’un isolateur en PEEK de bonne facture. Le réservoir placé en dessous est vissé, un joint garantit une excellente étanchéité.

Une résistance d’un diamètre minimum de 3 mm est conseillé. En dessous, le coil est trop loin des airflows et le flux d’air devient vite turbulent. Les coils sont placés en bas du plateau et la vapeur produite rencontre sur son passage les plots de montage.

Sur le plateau de montage, la seule difficulté identifiée est la longueur des pattes des coils. Le plateau, en forme de “Y”, laisse peu d’espace à son sommet, au niveau des points de serrage. Il faut être vigilant de couper les pattes avant la mise en place des résistances. Il est possible de couper l’excédent de longueur une fois le vissage réalisé, mais la pince à découper doit être fine et de qualité pour sectionner le fil résistif au ras des posts. Cette précaution est importante pour éviter que les fils ne se touchent et créent un court-circuit potentiellement dangereux. On peut obtenir une sensation de vapeur plus chaude, en rapprochant les coils des posts. La marge de manœuvre est mince, l’espace étant assez réduit.

La mise en place du coton ne pose aucune difficulté particulière. On peut le faire descendre jusqu’en bas du réservoir sans se soucier de problème d’hydratation. Le diamètre important des résistances permet de loger beaucoup de fibre.

À la vape, le Tauren Max RDTA n’est pas mauvais. Mais il n’est pas non plus extraordinaire. Le choix d’un plateau avec des coils sous les posts n’est pas des plus pertinents. Les plots sont sur le chemin de la vapeur inhalée entraînant une perturbation aromatique certaine. Les airflows sont très (trop) nombreux. La vape est froide quelque soit la plage de puissance choisie et la vape très aérienne. Pour obtenir une meilleure concentration de saveur et selon son montage, il faut exclure totalement une des deux bagues d’airflow. Dans cette configuration, les saveurs sont plus soutenues. Des coils de 3,5 ou 4 mm, plus proches des arrivées d’air, viennent à améliorer l’atomiseur. On aurait aimé un plateau de montage “libérant” davantage les coils au plus près du drip tip pour une restitution plus soutenue. Le Tauren Max RDTA est destiné aux amateurs de très gros nuages appréciant la vapeur froide.

 

En résumé

On aime

  • Niveau de finitions
  • Fournitures
  • Facilité de montage
  • Contenance
  • Efficace à grosse puissance

On n’aime pas

  • Plateau de montage trop imposant
  • Perturbation aromatique

Conclusion

3,7 /5

Le Tauren Max RDTA de ThunderHead Creations est simple d'usage. Bien fourni, bien usiné, il a un potentiel intéressant pour briller dans sa catégorie. Mais ses nombreux airflows et l'imposant plateau de montage perturbent le parcours de la vapeur lors de l'inhalation au détriment des saveurs. En associant des grosses résistances et en restreignant drastiquement les arrivées d'air, le Tauren Max RDTA est bien meilleur.

Le Tauren Max RDTA en images

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.