Vous êtes ici : Vaping Post » Communauté » Seconde Vape, le site d’e-cig d’occasion par Kumulus, interview

Seconde Vape, le site d’e-cig d’occasion par Kumulus, interview

Mis à jour le 15/09/2022 à 14h00
    Annonce
  • Le Petit Vapoteur
  • Pulp Liquides
  • Innokin
  • Vaporesso
  • Geekvape
  • VDLV
  • Dlice

Depuis quelques jours, un site de vente et d’achat de vape d’occasion, Seconde Vape, est en ligne. Propulsée par Kumulus Vape, la plate-forme a de grandes ambitions. Interview de ses créateurs.

Vaping Post (VP) : Vous lancez le site Seconde Vape, pouvez-vous nous en expliquer le principe ?

Kumulus Vape (KV) : C’est très simple : Seconde Vape est une marketplace exclusivement réservée aux produits du vapotage d’occasion. Sur notre site, tous les vapoteurs peuvent déposer des annonces de vente du matériel ou des accessoires dont ils n’ont plus l’utilité. Je crois que nous en avons tous …quelques-uns… sur nos étagères et dans nos tiroirs ! Plutôt que de les laisser prendre la poussière, ou de s’en débarrasser avec les problématiques de recyclage que l’on connaît parfois, Seconde Vape leur offre une nouvelle vie en les inscrivant dans le cercle vertueux du marché de seconde main. De son côté, l’acheteur peut s’équiper à moindre coût tout en dénichant des pépites qui ne sont plus commercialisées.

VP : D’où vous est venue l’idée de créer un site de matériel d’occasion ?

KV : Les modes se font et se défont rapidement sur le marché de la vape ! Certains modèles, vieux seulement de quelques mois et pourtant tout aussi performants que la prochaine nouveauté, disparaissent du jour au lendemain. Seconde Vape est un moyen d’allonger leur cycle de vie, et donc d’éviter une forme de frénésie de consommation. Vous savez que Kumulus Vape est très attaché aux problématiques environnementales. Nous parrainons par exemple une vingtaine de ruches pour tenter de protéger l’avenir de nos enfants. Le marché d’occasion permis par Seconde Vape est un autre moyen d’inscrire notre filière dans le développement durable. Si, au passage, nous pouvons aider certains fumeurs qui n’auraient pas les moyens du neuf à passer à la vape, notre mission est pleinement remplie !

VP : Concrètement, comment est-ce que ça marche, lorsqu’on souhaite vendre, lorsqu’on souhaite acheter ? C’est une mise en contact entre les deux parties, ou le site intervient plus en profondeur dans la transaction ?

KV : Comme pour les plus grands acteurs du marché de la seconde main, la transaction est un jeu d’enfant. Il suffit à l’utilisateur de créer son compte sur secondevape.fr, de déposer son annonce en renseignant les caractéristiques et l’état du produit, puis simplement d’attendre qu’un vapoteur lui fasse une proposition d’achat. Notre site est conçu comme n’importe quel site marchand, avec des catégories, un moteur de recherche etc. Lorsque les parties se sont entendues sur un montant, nous avons tenu à leur offrir le maximum de sécurité avec notre partenaire financier, Tripartie. Notre service est par ailleurs clé en main et génère automatiquement les étiquettes de transport si toutefois la vente ne se fait pas en mains propres. Mais une courte vidéo explicative sera encore plus claire ! https://vimeo.com/740657019

VP : Créer un site d’occasion, à plus forte mesure dans la vape, ça n’a pas été trop difficile de convaincre les partenaires financiers ?

KV : Nous avons contacté plusieurs dizaines de partenaires financiers depuis 2 ans avant de trouver celui qui nous accompagne aujourd’hui – Tripartie. Secondevape.fr aurait d’ailleurs dû sortir il y a plus d’un an… Dès lors qu’un site de vente entre particuliers est sécurisé comme le nôtre, notamment grâce à un mécanisme que l’on nomme la séquestration de fonds, qui permet à l’organisme financier de conserver le montant de la transaction jusqu’à ce que l’acheteur confirme sa satisfaction, plusieurs paramètres complexes entrent en jeu. Des barrières importantes doivent être levées. Lorsqu’en plus le produit cible est la vape (et donc, dans l’esprit des banques, le tabac fumé…), le casse-tête s’amplifie ! Assurément, les bonnes relations que nous entretenons avec nos partenaires financiers, mais aussi le fait que notre entreprise soit cotée en bourse (Euronext Growth), ont finalement joué en notre faveur.

VP : Il n’y a pas de liquides sur Seconde Vape, pour quelle raison ?

KV : La sécurité des transactions garantie par Seconde Vape était et restera notre priorité. Pour les produits du vapotage, celle-ci passe naturellement par le respect des consignes élémentaires d’hygiène. Comment garantir l’intégrité d’une fiole de liquide ou de concentré déjà ouverte ? Cette volonté se traduit aussi par un cahier des charges stricts pour le dépôt des annonces de matériel. Afin d’aider les utilisateurs de Seconde Vape, notre équipe a d’ailleurs rédigé une check-list de toutes les étapes à respecter avant de poster leur annonce. Avec Seconde Vape, vous pourrez vapoter l’esprit (et le porte-monnaie) légers !

VP : Est-ce que ce n’est pas contre-productif pour un marchand de lancer un site d’occasion, et cela ne risque-t-il pas de contrarier les boutiques ?

KV : Si Seconde Vape contribue modestement à démocratiser la vape au détriment du tabac fumé, le jeu en vaut la chandelle. Et je ne crois pas que le marché de l’occasion vampirise celui du neuf. D’autres plateformes C2C, notamment dans le domaine du textile, nous le prouvent tous les jours. Ils sont complémentaires, en offrant chacun des avantages concurrentiels décisifs. Le marché de l’occasion a de son côté l’avantage du prix et du recyclage. Il s’agit simplement d’un autre canal, et, le marché français de la vape se portant bien, celui-ci trouvera assurément sa place.

VP : Quelles sont les ambitions de Seconde Vape en terme de nombre ou de montant des transactions ?

KV : Notre ambition première est d’apporter à la filière une solution qui lui manque cruellement. Combien de vendeurs en boutiques spécialisées, de commerciaux ou de clients divers seront ravis de pouvoir valoriser leur “collection” ? Aucune idée précise, mais nous les pensons nombreux ! Nous sommes toutefois persuadés que plusieurs milliers de visiteurs quotidiens visiteront la plateforme au cours des prochains mois. Du coté financier, nous ne prévoyons pas de dégager de bénéfices avec ce site pour lequel les coûts sont plus conséquents qu’un site e-commerce traditionnel, et notre seul objectif est d’atteindre l’équilibre sous 6 mois. Seconde Vape est pensé comme un vrai service aux vapoteurs ainsi qu’une nouvelle occasion pour Kumulus Vape de marquer sa singularité sur le marché.

Le site Seconde Vape : www.secondevape.fr

Cet article a plus de 10 jours, les commentaires sont donc fermés. Merci de votre compréhension.