Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Atomiseurs » Test : Scylla RTA – Vicious Ant

Test : Scylla RTA – Vicious Ant

  • Par , le 13/02/2020 à 17h00
    Annonce

Vicious Ant, spécialiste des mods haut de gamme, sort le Scylla RTA, un nouvel atomiseur original et performant. Simple d’usage, il est bien pensé et se montre très polyvalent, passant habillement d’une vape en inhalation indirecte à directe avec le même niveau de restitution des saveurs. Un bien joli produit !

Simple et complexe

Simple à l’usage pourrait être la définition du Scylla RTA, mais complexe dans sa construction et dans son assemblage. Sous ses aspects basiques, l’atomiseur de Vicious Ant est un assemblage de petites pièces bien pensées qui permettent à ce RTA d’être performant. Quelques points sont encore à améliorer pour le rendre incroyable !

Caractéristiques techniques

Diamètre22 mm
Hauteur41
Contenance4
Poids55 g
Remplissagepar le haut
Type de montagesimple coil
Plateau de montagesimple
Plage d'utilisationselon montage
Arrivée d'airpar le bas
Drip Tip510
Matériauxacier inoxydable, PMMA,

Le coffret comprend :

  • Pièces de rechange
  • Drip tip
  • Mode d'emploi

Un atomiseur puzzle

Sous l’atomiseur, le nom de la marque, des dessins et le numéro de série sont finement gravés. C’est très bien réalisé et particulièrement propre. Notre exemplaire est le numéro 007, James Bond n’a qu’à bien se tenir !

Étonnamment, le pin 510 ne se dévisse pas et reste fixe. C’est bien dommage car pour un nettoyage en profondeur, on aurait aimé démonter totalement la base du Scylla… un choix étonnant pour cette gamme tarifaire.

Le Scylla RTA est constitué de nombreuses pièces. Elles s’imbriquent les unes dans les autres à la façon d’un puzzle pour maintenir parfaitement l’ensemble. Mais attention, les ajustements sont précis et ne laissent que très peu de marge de manœuvre au remontage. Certains éléments sont petits, difficilement saisissables et demandent une mise en place très précises sous peine d’avoir un léger jeu lors de l’assemblage provoquant des fuites. La patience, la minutie et la rigueur sont de mise pour en tirer le meilleur résultat. Ce détail de pièces constituant l’atomiseur est un excellent point pour le nettoyage qui vient, un peu, en contradiction avec la base dont le pin 510 ne se dévisse pas. Le réservoir est en PMMA. On aurait aimé du verre mais, en haut du réservoir, 4 encoches sont présentes pour y loger la partie avec les trous de remplissage. En bas du réservoir, il y a également des encoches qui contrôlent l’arrivée d’e-liquide. L’emploi de matière plastique est alors justifiée pour éviter une fragilité entre partie métallique et réservoir. Il n’y a qu’un seul réservoir fourni, un deuxième n’aurait pas coûter beaucoup plus cher et serait un atout supplémentaire.

L’accès au remplissage s’opère en dévissant le top cap qui présente une surface moletée. L’usinage est excellent et la préhension facilitée. Deux larges ouvertures permettent de remplir le réservoir et la plupart des embouts de flacon passent sans difficulté. La vis au centre permet de séparer top cap et réservoir.

Sous le réservoir, une bague avec deux ouvertures entourées d’un joint facilitent le passage du liquide vers le coton. Une fois encore, l’usinage est excellent et les ajustements parfaits.

Sous la bague précédente, une deuxième bague avec, elle aussi, avec des arrivées d’e-liquide vient constituer la base du réservoir. Alors pourquoi mettre autant d’arrivées de liquide les unes au dessus des autres ?

C’est assez simple et sacrément pratique. En dévissant le top cap pour remplir le réservoir la bague située au dessus tourne en même temps. Le top cap dévissé, l’ouverture de liquide est fermé et vient à se bloquer grâce à une butée. À l’inverse, en fermant le top cap la bague supérieure s’aligne sur la bague inférieure pour laisser passer le liquide vers le plateau de montage. Dans la pratique, cela garantit une séparation entre plateau de montage et réservoir à chaque remplissage. Il n’est donc pas nécessaire de fermer la bague des airflows pour remplir en liquide et éviter ainsi tout suintement éventuel. C’est particulièrement efficace et bien pratique.

Le réservoir vient à se visser sur le plateau de montage grâce à une bague moletée identique à la bague du top cap. La tenue en main est aisée. Aucune possibilité d’erreur, les deux parties, s’emboîtant l’une dans l’autre ont des formes similaires. Petit regret, malgré le système de contrôle d’arrivée de liquide au remplissage, il n’est pas possible de fermer complètement le réservoir en le séparant du plateau. Le changement de coton, par exemple ne pourra pas se faire réservoir plein sauf à le mettre à l’envers sous peine d’être inondé en quelques secondes.

Le système des arrivées d’air est l’atout majeur du Scylla. Selon la rotation de la bague, les arrivées d’air latérales et/ou inférieure sont sollicitées impactant directement l’apport d’air permettant une vape MTL ou DL mais toujours avec la même qualité dans la restitution des saveurs. Lors des premières utilisations, cela demande un temps d’adaptation, car le nombre de trous ouverts n’est pas forcément un indicateur. Heureusement, un mode d’emploi fourni avec l’atomiseur permet une meilleure compréhension des différentes possibilités de ressenti.

Un montage facile pour une vape de qualité

Le plateau de montage est simple d’emploi. Deux grosses vis, à empreinte plate, sont présentes pour loger la résistance sans la moindre difficulté. Elles sont suffisamment larges pour des montages en fil simple parfaitement maintenus. Les fils plus complexes trouvent tout aussi naturellement leur place sans déformation du coil.

Le Scylla RTA accepte des coils de 3 mm, comme dans notre exemple, et même davantage. Malgré son format de 22 mm, l’atomiseur est facile à monter et dispose de beaucoup de place. Le placement du coil ne pose aucune difficulté et reste accessible à un débutant dans le reconstructible.

De chaque côté, des encoches permettent, avec un guide, de placer idéalement la résistance à la bonne hauteur. Il n’est pas nécessaire de se soucier du bon placement du coil qui naturellement, va être parfaitement aligné dans l’axe des arrivées d’air. C’est un bon point !

La mise en place du coton est tout aussi simple, mais il faut veiller à utiliser une mèche assez courte. La fibre est à plat dans les logements dédiés et ne plonge pas dans une cuve. La longueur du coton est définie par la limite entre plateau de montage et le bord intérieur du réservoir. Cela peut paraître un peu déroutant, au premier montage, d’utiliser si peu de coton mais à l’usage c’est parfaitement fonctionnel et n’engendre aucun suintement, ni la moindre fuite. Ce système permet également de ne pas trop doser le coton et éviter les dry hit… simple et efficace !

Le Scylla RTA et la box Duke II de Vicious Ant

À la vape, le Scylla RTA produit une restitution des saveurs optimales. Il se montre suffisamment habile pour passer d’une vape indirecte serrée à bien plus ouverte. En jouant sur les différentes ouvertures d’arrivées d’air, l’atomiseur produit une vape directe très restrictive tout aussi performante dans la qualité aromatique. Le Scylla est performant dans le MTL comme dans la vape directe, mais les amoureux de sensation particulièrement serrée ne seront pas comblés. On le conseillera pour les utilisateurs de vape indirecte un peu “punchy” et les amateurs de vape directe restrictive. Mais la grande surprise du Scylla est sa capacité à délivrer une vape indirecte et directe performante avec le même coil sans sacrifier le e-liquide utilisé. Le hit est soutenu, la production de vapeur excellente, la reproduction des arômes de haut niveau.

Il sera destiné aux collectionneurs de matériel de qualité qui connaissent bien leur style de vape et ceci d’autant plus s’ils apprécient les possibilités offertes par le Scylla. Les puristes du MTL très serré ou les amateurs de “grosse” vape passeront leur chemin pour se diriger vers des RTA plus spécifiques mais probablement moins polyvalent.

En résumé

On aime

  • Qualité des finitions
  • Facilité de montage
  • Restitution des saveurs
  • Polyvalence

On n’aime pas

  • Un seul réservoir
  • Réservoir en plastique
  • Pin 510 fixe

Conclusion

4,3 /5

Le Scylla RTA de Vicious Ant est un excellent atomiseur de 22 mm proposant 4 ml de contenance. Facile à vivre, il restitue une superbe vape MTL et DL restrictive. Complexe dans sa construction, il n'en reste pas moins d'une simplicité déconcertante à l'emploi. On regrettera l'unique réservoir et son pin 510 fixe.

Le Scylla RTA en images

Une réponse à Test : Scylla RTA – Vicious Ant

  1. Cedric dit :

    Bel ato mais effectivement le fait que l’on ne puisse même pas démonter la base et le post positif pour de temps à autre le nettoyer (car il y’aura clairement du jus sous l’isolant) est vraiment un point négatif, dommage