Vous êtes ici : Vaping Post » Test cigarette électronique » Kits » Test : RDTA Box Mini – Ijoy

Test : RDTA Box Mini – Ijoy

La RDTA Box Mini 100 W d’Ijoy est la version compacte et revisitée de la RDTA Box 200 W sortie à la fin de l’année dernière. Il s’agit d’un kit tout-en-un, composé d’une box électronique de 100 W, d’un atomiseur de type top coil et d’une réserve d’e-liquide de 6 ml.

Le meilleur des mondes

Le kit RDTA Box Mini est avant tout une box électronique doté d’un chipset conçu par Iwepal, réputé pour ses très bonnes performances. La particularité de cette box est d’embarquer un réservoir de 6 ml intégré. Ce choix permet d’obtenir ainsi une très bonne contenance tout en conservant des dimensions réduites, ce qui la rend beaucoup plus compacte qu’un système bottom feeder. Peu de box peuvent prétendre à un format aussi réduit avec 6 ml.

L’atomiseur qui est fourni est construit comme un dripper, mais il fonctionne comme un top coil, par capillarité. On n’a donc pas à veiller à l’alimentation du coil.

Toujours dans un souci de gain de place, la batterie est intégrée et possède une puissance de 2600 mAh, ce qui permet une bonne autonomie.

Un kit complet

Traditionnellement chez Ijoy, les boites sont bien fournies et c’est encore une fois le cas ici. En plus de la box et de l’atomiseur monté d’origine avec une résistance double coils RBM-C2, vous y trouverez de nombreux accessoires avec entre autres, un plateau RMB DECK style Velocity double coil et son adaptateur simple coil, un manuel qui malheureusement n’est qu’en anglais et chinois, un câble USB, une pochette de pièces de rechange et un tournevis cruciforme.

Revue technique

Caractéristiques du kit RDTA Box Mini 100 W d’Ijoy

  • Dimensions : 45×25×100 mm (atomiseur inclus)
  • Poids : 205 g avec atomiseur + plateau 1 coil + 5 ml d’e-liquide
  • Puissance : de 5 à 100 W
  • Voltage : de 1 à 8 V
  • Intensité : de 1 à 30 A
  • Écran OLED de 0,96 inch
  • Contrôle de température en NI/TI/SS
  • Plage de températures: de 150 à 315°C
  • Plage de résistance : de 0,05 à 3 ohms
  • Capacité du réservoir : 6 ml (il existe également une version 2 ml)
  • Connexion 510
  • Drip tip 510 Delrin
  • Firmware upgradable par USB
  • Batterie non amovible Li-Po de 2600 mAh
  • Coloris : noire, ou bi-tons noire / acier, jaune, rouge, bleue, gris, violet et vert clair.

Le pack de la RDTA Box Mini 100 W d’Ijoy comprend :

  • Une RDTA Box Mini 100 W
  • Une résistance RBM-C2 prémonté sur l’atomiseur (0,25 ohm – 30-60 W)
  • Un plateau de montage RMB DECK double coils
  • Un adapteur simple coil en silicone pour le plateau RMB DECK
  • Deux résistances en Clapton préfaites
  • Un tournevis cruciforme
  • Un câble USB
  • Une pochette de pièces de rechange (joints, vis, clef Allen (?), coton japonnais)
  • Une notice
  • Une carte de garantie

Un design très réussi

Le kit RDTA Box Mini est esthétiquement très réussie. L’ensemble est homogène et bien intégré, Ijoy ayant apporté un soin particulier aux finitions.

Ces couleurs se matérialisent par une bande qui parcoure les faces latérales et la tranche principale de la box, ainsi que sur le haut et une partie de la tranche arrière de la box. Pour chaque version, l’atomiseur est lui aussi dans les mêmes tons. On notera le soin apporté à la gravure de ce dernier, l’ensemble est vraiment sympa.

L’aspect tactile à également été traité. On retrouve un aspect lisse sur les trois quarts de la box, tandis que la partie recevant la paume de la main reçoit un traitement en carbone de façon à obtenir un meilleur grip. Parfait.

Le tour du propriétaire

Sur la tranche principale du kit, se situe tout en haut le bouton de feu. De forme rectangulaire et de bonne dimension, il ne bouge pratiquement pas, mais produit un click qui, sans être bruyant, aurait pu être un peu moins prononcé.

Au milieu se trouve l’écran OLED. Bien lisible et clair, toutes les informations nécessaires sont présentes : le réglage de la puissance, le preheat, la tension de sortie, le niveau de l’accu, la valeur de la résistance ainsi qu’un compteur de bouffées.

Viennent ensuite les deux boutons + et -. De forme triangulaire et chromés, ils sont parfaits. La encore, Ijoy aurait pu en faire des noirs et carrés, donc moches, mais toujours ce souci du détail…
Tout en bas se trouve la prise micro-USB qui servira à recharger la box, mais également pour mettre à jour le firmware.
Les faces latérales ne présentant rien de particulier, passons à la tranche arrière.

Tout en haut se trouve une petite fenêtre triangulaire permettant de voir le liquide restant dans le réservoir. Si l’intention est bonne, malheureusement il reste difficile de se faire une idée du niveau restant. Heureusement, et là c’est carrément du vice, Ijoy à inclus une petite LED (que l’on peut déconnecter) pour y voir un peu plus. Sans être parfait, c’est déjà beaucoup mieux. Malheureusement, cette LED ne s’allume qu’en appuyant sur le bouton de feu et reste allumée à peine une seconde après avoir vapé, ce qui est trop juste. J’espère que dans une prochaine version de firmware on pourra modifier ce paramètre.

Au milieu se trouvent les évents de dégazage de l’accu. Plutôt que d’essayer de les cacher, pourquoi ne pas les mettre en valeurs ? j’adore…

Le bas de la box ne comporte rien de particulier mis à part deux vis qui permettent d’enlever le capot. Changer la batterie semble être possible (mais à confirmer) ce qui serait une bonne nouvelle.

Pour finir, le haut de la box est pour sa part beaucoup moins conventionnel. Le pin 510 est un peu perdu au milieu d’un trou de 20 mm de diamètre, tel un îlot. C’est par ce trou bien sûr que passeront les mèches de coton pour accéder au réservoir se trouvant juste en dessous. Juste à côté trône le petit bouchon de remplissage chromé. Malgré son petit 13 mm de diamètre, il reste parfaitement manipulable grâce notamment aux rainures se trouvant sur son pourtour et à son pas de vis parfait. À noter sa légère inclinaison vers l’extérieur qui permettra de pouvoir mieux le manipuler lorsque l’atomiseur est en place.  Le trou de remplissage de 10 mm de diamètre permettra d’utiliser n’importe quel flacon ou pipette, voir même directement la bouteille.

Le réservoir

D’après Ijoy, “le réservoir est facilement amovible permettant ainsi son nettoyage ou son remplacement”. Autant vous le dire tout de suite : ça va être le point négatif de ce kit RDTA Box Mini. Sans être compliqué, le démontage demandera de la minutie et du calme. La notice fournie ne mentionnant absolument rien sur cette procédure, ce qui est plutôt étrange, voici comment procéder.

Après avoir retiré l’atomiseur, il faudra vous procurer un tournevis Torx n°6 pour retirer les quatre vis se trouvant sur le dessus (le tournevis cruciforme fourni ne vous servira à rien ici). Attention, ces vis sont très petites et aucune autre n’est fournie.

Enlevez le haut de la box et repérez bien le sens du joint bleu, car il n’est pas tout à fait symétrique.

Il ne vous reste plus qu’à tirer gentiment le réservoir vers le haut en le faisant coulisser le long du connecteur 510.

Comme on peut le voir sur la photo, vu sous cet angle ça peu faire peur. Toute la partie électronique est apparente et aucune protection particulière n’est présente en cas d’éventuelle fuite. Mais rassurez-vous, à condition de bien remonter proprement le tout et principalement le joint qui se trouve entre le haut du réservoir et la plaque en Plexi du capot de la box, ça fonctionne parfaitement.

Il demeure néanmoins que ce montage me semble assez peu sécuriser. Un joint torique au lieu d’un joint plat aurait été plus simple à mettre en œuvre et aurait moins de chance de se déformer, surtout qu’aucun joint de rechange n’est fourni. De même, un joint supplémentaire entre la box et le réservoir aurait été plus rassurant.

Un atomiseur évolutif

Comme je l’indiquais en début de test, l’atomiseur ressemble à un dripper mais ce n’en ait pas un : les mèches de coton passent à travers le plateau pour venir chercher le liquide dans le réservoir, qui remontera par capillarité comme n’importe qu’elle atomiseur top coil, c’est donc bien un RDTA.

Il mesure 22 mm de diamètre pour 25 mm de hauteur drip tip compris.

L’atomiseur possède une résistance RBM-C2 déjà montée. Elle est composée de 2 coils à spires espacées pour une valeur de 0,25 ohm et une puissance d’utilisation située entre 30 W et 60 W.

Un plateau reconstructible RBM Dual Coil Deck est également fourni. Il s’agit ni plus ni moins d’un plateau de type Velocity. Dans ce kit vous trouverez également un adaptateur silicone simple coil (merci Ijoy) qui bouchera les 2 trous servant au passage du coton du deuxième coil, tout en réduisant le volume de la chambre d’atomisation. Il existe pour les inconditionnels du simple coil le plateau  RBM Single Deck, mais je ne l’ai pas trouvé dans aucun magasin.

La conception de cet atomiseur est simple, et n’est composée que de 6 pièces en comptant le drip tip. Les 2 arrivées d’air latérales de 10 mm sont réglables en tournant le top cap. Le réglage est précis, allant de l’aérien à complètement fermé, mais cet atomiseur est plutôt conçu pour l’inhalation indirecte.

Le drip tip en Delrin ayant une hauteur de 6,80 mm pour un diamètre de 13,35 mm, ne conviendra pas forcément à tout le monde, ce qui est mon cas. Cependant, étant au format 510, libre à vous de le remplacer par celui de votre choix.

Possibilité d’utiliser un autre atomiseur ?

Eh oui, il est parfaitement possible un atomiseur traditionnel sur ce kit tout-en-un, comme en témoigne cette photo avec un Avocado.

La seule restriction sera d’avoir le réservoir vide, car l’étanchéité n’est plus assurée entre la box et l’atomiseur (à moins de trouver un joint en 22 mm), et il en sera de même pour protéger le connecteur 510.

Les atomiseurs en diamètre 22 mm seront à privilégier, tout simplement à cause du petit renfoncement se trouvant en périphérie du trou.

Un chipset ergonomique et performant

Le chipset est un exemple d’ergonomie. Comme le veut la tradition, on allume et on éteint la box avec cinq clics.
Trois clics permettent d’accéder au menu des paramètres. La navigation dans ce menu s’effectue avec les boutons + et -, la validation se fait avec le bouton de feu.

Il est possible de vaper en mode puissance (VW) jusqu’à 100 W ou en mode contrôle de température (Titane, Ni200 ou SS316), mais également avec d’autres alliages grâce au mode TCR (deux emplacements mémoires sont disponibles). Tout est parfaitement expliqué dans la notice qui est je le rappel en Anglais, et pour les plus joueurs, en Chinois.

Il est également possible de modifier le preheat, l’intensité de puissance pendant les trois premières secondes de chaque début de vape, permettant ainsi d’aider les coils un peu diesel à réagir plus vite ou au contraire, de chauffer plus progressivement. Trois valeurs sont disponibles (neutre, +30 % et -20%), mais il est possible de s’en personnaliser un quatrième.

À noter que les modes passthrough (pouvoir vaper tout en rechargeant) et bypass ne sont pas disponibles.

Pour terminer avec les réglages, on peut inverser l’affichage de l’écran, allumer la LED du réservoir à chaque pression sur le bouton de feu ou pas, régler la durée de l’affichage entre cinq et vingt secondes et remettre à zéro le compteur de puffs. Les réglages sont plutôt complets.

Bien entendu, la box possède toutes les protections nécessaires, et son firmware peut être mis à jour. À ce jour, la version disponible est la V1.23 ce qui semble être la version de base (pas de changelog).

Autonomie et vape

Avec 6 ml et 2600 mAh, l’autonomie est confortable. À 25 W avec la résistance RBM-C2 j’ai tenu la journée complète sans problème. Ajoutez à cela ses dimensions réduire, la RTA Box Mini est la box idéale à trimbaler partout.

En ce qui concerne la vape, toujours avec la RBM-C2, elle se situe vers le haut du panier. À 30 W il y a déjà suffisamment de vapeur pour se faire remarquer est les saveurs sont très honnêtes.

Mais c’est entre 45 W et 50 W avec l’airflow au maximum que cette résistance s’exprime : vapeur onctueuse et saveurs très bonnes. Par contre l’atomiseur chauffe, ce qui parait normal vu sa taille, et l’ensemble est un peu bruyant.

Sauf à mettre la box à l’envers, je n’ai rencontré aucune fuite. Aucun dry hit non plus avec du 40 PG/60 VG.

N’étant pas cependant un aficionado du double coil, je suis passé au plateau RBM Dual Coil Deck, en simple coil avec l’adaptateur en silicone.

Ce plateau n’est malheureusement pas de la même qualité que le reste. Cela commence par les vis de serrage qui sont avec des empreintes cruciformes. De qualité médiocre et associée à un tournevis fourni qui ne semble pas parfaitement adapté, au premier serrage j’ai foiré une vis. Je vous conseille vivement de trouver des vis à empreinte hexagonale pour remplacer celles-ci. Je me demande cependant si tout cela est normal, car une clef Allen est fournie et visiblement elle ne sert à rien. Erreur de casting ?

Le filetage sur lequel vient se visser la bague dorée accroche sérieusement. L’adaptateur en silicone avait une excroissance de moulage que j’ai dû couper, et ses dimensions sont légèrement trop grandes de quelques dixièmes de millimètre, ce qui fait qu’il s’emboîte difficilement dans le plateau. Rien de bien méchant, mais c’est agaçant.

La bonne nouvelle, c’est que la vape est très agréable ! J’ai monté une des deux résistances fournies (Clapton de 3 mm de diamètre pour 0,75 ohm), et le résultat est top : la vape est ronde, les saveurs très bien rendues et la vapeur dense. Aucun problème d’alimentation du coton à condition de ne pas trop tasser au niveau des rigoles. Le diamètre de 3 mm interne de la résistance convient parfaitement. Pour la longueur du coton, coupez à un peu plus de 10 mm à partir de la base du plateau.

En résumé

Points positifs :

  • Design réussi
  • Réservoir de 6 ml facile à remplir
  • Qualité de fabrication (sauf pour le plateau RBM DECK)
  • Bonne autonomie (batterie de 2600 mAh)
  • Kit Compact
  • Atomiseur très évolutif permettant à chacun de s’y retrouver
  • Qualité de la vape
  • Nombreux accessoires fournis

Points négatifs :

  • Démontage du réservoir
  • Notice expliquant uniquement le fonctionnement du chipset
  • Qualité moyenne du plateau RBM DECK
  • Absence de tournevis Torx pour démonter le réservoir
  • Lecture difficile du niveau d’e-liquide dans le réservoir

Conclusion

Notre note : 4,6/5. Inutile de le nier, j’adore ce kit RDTA Box Mini. Oh bien sûr, il y a bien quelques défauts, le démontage du réservoir étant vraiment le seul qui soit embêtant, mais globalement, c’est vraiment un bonheur de l’utiliser. Sa très bonne autonomie aussi bien en énergie qu’en liquide permet d’envisager une sortie de plusieurs heures sans craindre la panne sèche rapidement. Elle conviendra à tous, débutants, mais aussi vapoteurs confirmés, et ses finitions sont très bonnes. Pour moi, c’est un gros coup de cœur !

 

La RDTA Box Mini en images

Name of Reviewed Item: RDTA Box Mini Ijoy Rating Value: 4.5 Image: https://fr.vapingpost.com/wp-content/uploads/2017/05/RDTA-Box-Mini-Ijoy-Une.jpg Review Author:Review Date: