Vous êtes ici : Vaping Post » Politique » Publicité : baroud d’honneur pour la vape en Nouvelle-Zélande ?

Publicité : baroud d’honneur pour la vape en Nouvelle-Zélande ?

    Annonce

En lançant la dernière en date, et peut-être la dernière tout court, campagne de marketing significative pour un produit de la vape, la plus grande compagnie de e-cigarette indépendante de Nouvelle-Zélande est à la fois droite dans ses bottes et frustrée.

Baroud d’honneur ?

La campagne d’Alt New Zealand, qui comprendra des publicités télévisées après 20h30, arrive à un moment où des attaques violentes contre la vape ont lieu avec une efficacité certaine.

D’un côté, les cigarettiers, qui font la promotion de leurs produits “sans fumée” auprès du grand public. De l’autre le gouvernement, qui est sur le point de déposer un projet de loi pour réglementer le vapotage. Les révélations sur son contenu indiquent une interdiction totale de la télévision et des médias sociaux sur toutes les autres formes de publicité – sur le modèle de l’interdiction de publicité autour du tabac.

Alt New Zealand pense d’ailleurs que c’est l’attitude générale des compagnies du tabac et leur marketing agressif autour de leurs propres produits de la vape qui sont directement responsables de cette situation. Peut-être d’ailleurs à dessein. 

Dans une matinale d’information très regardée, la ministre associée de la Santé, Jenny Salesa, a déclaré : ” La loi que je vais présenter au cours des prochaines semaines fera en sorte que toute la publicité qui est actuellement autorisée pour le vapotage ne le sera plus dans un avenir très proche “.

Le directeur d’Alt New Zealand, Jonathan Devery, a rétorqué que beaucoup de gens confondent encore la vape et le tabagisme. Cependant, dit-il, la dernière campagne de marketing d’Alt fait clairement la différence entre les deux. “Ce que notre campagne montrera, c’est à quel point il est ridicule de ne pas pouvoir montrer aux gens qu’ils fument et de ne pas pouvoir faire d’allégations santé sur le vaping malgré son efficacité. Ainsi, symboliquement, cette campagne remplace les personnes qui tiennent des cigarettes par des personnes qui tiennent une carotte, un brocoli, une rhubarbe ou une banane.”

“Bien que nous ne puissions pas promouvoir les bienfaits pour la santé du vaping, nous ne pouvons absolument pas faire la promotion du tabagisme pour tuer 12 kiwis par jour, les poumons noirs que vous voyez sur les paquets, les dommages cutanés qu’il cause, ainsi que, bien sûr, qui coûtent des milliers de dollars par an à plusieurs personnes” poursuit-il.

Il affirme que Big Tobacco a récemment investi beaucoup d’argent dans la publicité de ses propres produits vaping et qu’Alt New Zealand a jugé nécessaire de lancer sa deuxième grande campagne de marketing pour empêcher les multinationales d’un milliard de dollars de voler des entreprises kiwi, surnom affectueux donné aux habitants de Nouvelle-Zélande comme la leur. “De plus, Big Tobacco commercialise stratégiquement ses produits de manière à éviter de dire au grand public qu’il est en fait le propriétaire et le conducteur de ces jolies marques de vape. Ce n’est pas juste.”

Big T en embuscade

L’entrepreneur néo-zélandais soutient fermement l’idée selon laquelle la e-cigarette s’est avérée être l’outil de désaccoutumance au tabac le plus efficace sur le marché et qu’elle joue un rôle crucial dans le sevrage tabagique des Kiwis et dans une vie plus saine.

Lui et son associé, Ben Pryor, sont d’accord pour restreindre le marketing autour de la vape sur le même modèle que celui qui régit l’industrie de l’alcool. Cependant, ils ne croient pas que la e-cigarette devrait être traité comme le tabac et toute commercialisation interdite, car les fumeurs doivent être conscients qu’une alternative plus saine est disponible.

“Le gouvernement mène actuellement une grande campagne pour encourager les fumeurs néo-zélandais à passer à la vape. Notre dernière campagne renforce cette stratégie et ce message, même si nous devons faire preuve d’imagination. Toutefois, la perspective d’interdire complètement toute publicité autour de l’outil le plus efficace dont dispose actuellement la société pour réduire le tabagisme sera totalement contre-productive”, déclare Ben Pryor.

La campagne de marketing d’Alt, qui sera lancée le 1er septembre, n’hésite pas à encourager les fumeurs à passer à Alt, affirmant que 40 000 Kiwis sont déjà clients de la marque lancée l’an dernier.

“En fait, nous pensons que la plupart des Kiwis sont en faveur de restrictions publicitaires pour le vaping, mais pas d’une interdiction pure et simple. Nous croyons également que des lignes directrices claires pour l’industrie se font attendre depuis longtemps. À l’heure actuelle, nous ne savons pas où nous en sommes et le public non plus, alors il ne fait aucun doute que l’Advertising Standards Authority recevra quelques courriels à la suite de notre campagne. Cependant, une interdiction pure et simple serait comme prendre un marteau de forgeron dans une noix, ce qui serait tout à fait exagéré “, dit M. Pryor.

“À l’avenir, nous croyons qu’il est essentiel de continuer à informer les Kiwis que le vapotage est un outil efficace pour les fumeurs qui veulent arrêter de fumer et qu’il est 95 % moins nocif que la cigarette. C’est la seule façon pour la Nouvelle-Zélande de réaliser son ambition d’être un pays sans fumée.”

“Interdire tout marketing vaping n’aidera pas à réduire nos taux de tabagisme. Des entreprises comme la nôtre devraient pouvoir faire de la publicité dans un environnement restreint et réglementé. Nous devons être en mesure de cibler le tabagisme avec une solution de rechange plus saine, tout en protégeant les jeunes néo-zélandais et les groupes vulnérables “, conclut Jonathan Devery.

Annonce