Vous êtes ici : Vaping Post » Opinion » Opinion : la vape est-elle victime du joint électronique ?

Opinion : la vape est-elle victime du joint électronique ?

    Annonce

Ces journalistes sont terribles, quand même. Depuis hier, nous avons droit à un festival d’articles sur le e-joint et le pétard électronique, tout ça pour un peu de CBD dans la vape. Ils sont vraiment de mauvaise foi, ces journalistes. Oh, mais attendez : vous connaissez l’adage “On reproche toujours aux autres ses propres défauts” ?

 

Coupable, qui se coupe ?

Hier a été une journée terrible pour la vape. C’est le journal 20 Minutes qui a ouvert les hostilités, et puis d’autres ont suivi : Le Parisien, France Soir, RTL, BFMTV, Sud Ouest, La Dépêche, etc. C’est un phénomène normal : les journaux se tiennent lieu entre eux d’agences de presse, et si un journaliste voit chez son confrère un sujet qu’il estime bon, il se demandera pourquoi ce sujet n’est pas chez lui et tentera immédiatement de corriger le tir.

Et le CBD dans la vape est un bon sujet. Pour plein de raisons. Déjà, parce que le journaliste peut répondre “oui” aux deux questions qu’il se pose avant de commencer un article de société : est-ce que c’est concernant ? Et est-ce que c’est préoccupant ?

A lire également : nos articles sur le CBD

C’est concernant parce que la vape, aujourd’hui, c’est plusieurs centaines de milliers d’utilisateurs réguliers ou occasionnels en France. Et c’est préoccupant parce que le CBD inquiète les gens. À juste titre ?

Padamalgam

Ce que l’on voit beaucoup sur les réseaux sociaux, c’est “il ne faut pas confondre CBD et THC, ce n’est pas la même chose, ça entretient la confusion.” C’est vrai que ça l’entretient, et à juste titre. Criez pas de suite, j’explique.

CBD et THC sont deux substances extraites du cannabis. La substance psychoactive, celle qui fait “planer”, c’est le THC. Le CBD, quant à lui, est une sorte d’anesthésique naturel, qui a des propriétés relaxantes et antidouleur.

Les journalistes sont-ils en tort lorsqu’ils parlent de e-joint ou de pétard électronique ? Non. Désolé, mais non. Il s’agit bien de la vaporisation d’un e-liquide contenant un produit dérivé du cannabis afin d’obtenir des effets précis. Le fait qu’il n’y ait qu’une partie des molécules, en l’occurrence le CBD et pas le THC, ne change rien à l’affaire : les gens qui vapotent du CBD pour lutter contre la douleur ou pour ses effets anesthésiques le font pour la même raison que les consommateurs de cannabis médical se roulent un joint. Comme avec le tabac, il y a des substances en moins, donc un facteur de réduction des risques, mais le but et la molécule utilisée pour atteindre ce but sont identiques.

Un journaliste qui parle de pétard électronique ne ment donc pas. Il simplifie la vérité, mais il ne ment pas. Et son action est mille fois plus pédagogique que celle de ceux qui hurlent leur haine des journalistes sur Facebook.

D’où on vient, où nous allons

Avant toute chose, vous vous rappelez pourquoi vous êtes là ? On ne va pas reprendre l’éternel débat de savoir si c’est Herbert A. Gilbert ou Hon Lik qui a inventé la vape, mais les deux l’ont fait dans un seul et unique but : remplacer la combustion du tabac par un procédé plus sain, qui permettait aux fumeurs de se sortir de la cigarette et ses effets néfastes. C’est là-dessus que nous nous battons tous chaque jour. Du moins, la plupart d’entre nous. Et l’info selon laquelle l’e-cigarette sert à consommer un dérivé de cannabis brouille le message.

Quand un journal écrit que toutes les boutiques qu’il a visitées en proposent, et qu’on leur en demande, que va se dire le lecteur ? “La vape, c’est un truc de drogués. Ce n’est pas pour moi, moi je fume juste”. Que va se dire le scientifique ? Il va se dire que la vape est un outil formidable pour combattre le tabac, et qu’il est irresponsable de le confier à des gens qui jouent aux apprentis sorciers avec des produits qui ne correspondent pas à l’objectif à atteindre. Que va se dire le politique ? Il ne va rien se dire, il va se contenter de sourire béatement, parce que c’est précisément ce qu’il attendait pour confisquer la vape et en faire un monopole d’État hyper réglementé et ultra taxé.

A lire également : Vous trouverez ici une excellente revue de presse compilée par David Nukevapes, merci à lui !

À qui la faute

Alors, l’argument sur les réseaux sociaux, c’est “les journalistes se trompent de cible.” Les journalistes se trompent ? Non, ils ont raison. On vend du CBD, un dérivé du cannabis, qui a des propriétés physiologiques, dans les boutiques de vape, celles-la mêmes qui expliquent qu’elles luttent contre le tabagisme. Il n’y a aucun mensonge là-dedans. Ils disent ce qu’ils ont vu dans les boutiques.

Certains y voient une manne financière, d’autres juste un nouveau moyen de s’amuser, d’autres enfin, au nom de la “vape libre” qui a perdu depuis longtemps sa signification première, ne veulent pas qu’on se mêle de leurs affaires.

Tous ces gens-là vont se prendre la réalité en pleine figure, et les milliers de vapoteurs silencieux qui ne demandent rien d’autre que de se débarrasser de la cigarette de tabac aussi. Parce que, pendant que les vapoteurs braillent contre la presse qui ose juste raconter ce qui se passe dans les magasins de vape, la Commission européenne travaille à une nouvelle TPD inspirée du modèle italien. Fini, les ventes en ligne, monopole du tabac aux buralistes et dix euros de taxe par flacon de 10 ml. Et quand les associations vont essayer d’enrayer la machine, la Commission n’aura qu’à demander : “Mais quel est le rapport entre la nicotine et le CBD ?”.

Alors, interdire le CBD ? Non, c’est hors sujet. Simplement, il y a des boutiques spécialisées, qui ne vendent que ça, avec des vendeurs qui connaissent parfaitement leur sujet. Ils pensent exactement la même chose des boutiques de vape qui vendent du CBD que les boutiques de vape pensent des buralistes qui vendent de l’e-cig : des incapables qui vont leur pourrir leur marché.

Au passage les vapoteurs, nombreux, qui achètent du CBD dans l’espoir de se défoncer vont être déçus, et il y a fort à parier que le phénomène va se dégonfler.

Mais trop tard, le mal est fait, la machine est enclenchée et plus rien ne pourra l’arrêter. Le milieu de la vape a perdu le peu de crédibilité qu’il s’était péniblement construit. Mais bien entendu, c’est la faute des autres. C’est toujours la faute des autres, c’est bien connu.

 

Le CBD ne relaxe pas, la preuve. Au sein de notre rédaction nous avons bien entendu (presque tous) essayé de vaper du liquide au CBD. Au-delà de la grande déception psychotrope, l’effet de relaxation escompté n’a finalement abouti que sur une tension bien palpable lorsque le sujet est arrivé à la Une du Vaping Post. Vous n’êtes pas d’accord avec mon article ? Et bien nous non plus. Voici quelques unes de nos opinions :

Pas d’accord

Ghyslain

Pas d’accord. Le CBD fonctionne aujourd’hui commercialement parce que la plupart des gens n’ont pas encore conscience que ce joint électronique n’en est finalement pas un. Les journalistes sont fautifs d’appeler ça un “joint” et de jouer sur la sémantique de la défonce au cannabis. D’accord car les fabricants et les vendeurs qui commercialisent du CBD ne prennent pas la peine d’expliquer correctement les choses et ont volontairement misé sur cet amalgame. La vape avait-elle besoin de ça ? Très franchement non, surtout après tant de chemin parcouru. Le e-liquide CBD est en soi très intéressant sur le plan de la réduction des risques, mais encore une fois, c’est l’emballage qui peine.

D’accord

Nathalie

Je partage l’avis de Guillaume sur “la vente sauvage”. Je veux d’abord être pragmatique. Le sort de la vape est loin d’être stabilisé, la réglementation va évoluer, elle est dans le viseur à Bruxelles. En France, nous attendons encore des décrets par rapport à “la propagande”. Comment l’administration va-t-elle résister à une frange d’experts hostiles à la vape dans ce contexte ?

Qu’en est-il du conseil CBD des boutiques, déjà pas toutes au point sur les conseils de base pour l’arrêt du tabac ? Un ami atteint d’une sclérose en plaques, m’a interpellée hier. En commençant à me renseigner, j’apprends qu’il y a des possibilités de l’ingérer, que vaper n’est pas la meilleure solution dans son cas. Alors oui, je préfère avoir affaire à des gens qui connaissent la substance et ses modes d’administration. Faisons remonter le débat sur la substance et pas sur les e-joints.

D’accord

Julien

Pour moi, le e-liquide au CBD est un faux problème, c’est une bulle. Le produit est cher, voire très cher, selon le dosage de CBD, et les effets sont tellement variables d’une personne à l’autre, que le buzz va retomber d’ici quelques mois. Certains fumeurs de joints testeront également, mais ils seront eux aussi forcément déçus par l’absence d’effets psychotropes. Laissons les boutiques de vape vendre des e-liquides au CBD, tant que ces produits sont fabriqués avec des composés de qualité, et l’absence de demande fera le reste.

D’accord

Édouard

Entièrement d’accord. La vape n’en est pas à son coup d’essai pour se tirer une balle dans le pied. Le CBD, qui plus est avec une grosse feuille de cannabis sur les étiquettes pour bien ajouter à l’amalgame, c’est une belle déception en vue en pour ceux qui penseront vaper un joint, et servir la vape sur un plateau pour ceux qui veulent la saborder. L’idée aurait pu s’avérer bonne si elle avait été étudiée, validée et argumentée avant la commercialisation. Mais la vape “libre” vire facilement à la vape n’importe-quoi-n’importe-comment. Celle-là, elle ne passe pas inaperçue, et on aura de la chance si on n’a pas à la regretter amèrement.

Pas d’accord

Alistair

Est-ce que le CBD doit réellement entrer dans le monde de la vape ? Non. Est-ce si grave si c’est le cas ? Non, encore une fois. Alors oui, la cigarette électronique a pour objectif principal d’aider à arrêter la consommation de tabac. Oui, la cigarette électronique peut sauver des millions de vies à long terme. Oui, la cigarette électronique est probablement l’une des meilleures inventions que ce siècle ait connu dans le domaine de la santé publique. Mais non, la cigarette électronique ne doit pas voir son image se ternir à cause de l’entrée du CBD dans certains e-liquides. Et non, le monde de la vape libre n’est pas mort !

Le CBD dans le monde de la vape, c’est un peu comme la ceinture de sécurité en voiture, de quel droit quelqu’un peut-il se permettre de nous obliger à la porter, et dans notre cas, de ne pas consommer de CBD ? Bien sûr, les marques qui vendent ce genre de produits n’y voient là, qu’un nouveau moyen de gagner de l’argent, mais si tous les effets bénéfiques du CBD se montrent avéré, alors où est le mal ?! Laissez les vapoteurs, vapoter ce qu’ils veulent. Laissez les vapoteurs, que dis-je, laissez-nous, vapoter ce que nous voulons.

Si un jour le CBD devient illégal, alors nous pourrons rouvrir le débat, mais à l’heure actuelle, son utilisation étant autorisée, je ne vois pas pourquoi crier au scandale. Une fois encore, la désinformation fait très bien son travail, et toutes les personnes accusant les vapoteurs qui utilisent ce genre de produits, de drogués, feraient mieux de se renseigner concernant ses propriétés. Le CBD est très loin du THC, un point c’est tout. De la même manière que boire une bière après le travail avec ses collègues ne signifie pas qu’on est un alcoolique fini, vapoter du CBD, ne signifie pas qu’on est un drogué.