Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Les conséquences de la désinformation de 60 millions de consommateurs

Les conséquences de la désinformation de 60 millions de consommateurs

    Annonce
Hervé Féron remet le couvert sur l'enquête de 60 millions de consommateurs

Hervé Féron, député socialiste, remet le couvert sur l’enquête de 60 millions de consommateurs.

Le député Socialiste de Meurthe et Moselle Hervé Féron a demandé à la ministre des affaires sociales et de la santé Marisol Touraine, des éclaircissements au sujet des informations délivrées par la revue 60 millions de consommateurs.

Il rappelle d’une part que l’étude évoque la présence de molécules cancérigènes dans la cigarette électronique et que le taux de nicotine ne correspondrait pas tout le temps à celui indiqué sur l’étiquetage. D’autre part, la revue de l’INC dénonce le manque de transparence sur les ingrédients présents dans certains produits commercialisés. Puis il reprend les affirmations du magazine qui «dénonce l’absence de bouchon de sécurité sur une majorité de recharges».

Nous avions relayée à la mi-septembre la critique du docteur Konstantinos Farsalinos sur la pertinence de cette étude. Il regrettait notamment la méthodologie employée par les journalistes de cette revue, mais surtout la lecture de certains des résultats.

60 millions de consommateurs affirme par exemple qu’une e-cigarette émet plus de substances chimiques que les cigarettes conventionnelles sans le prouver. Ces mêmes journalistes évoquent également la production d’acroléine plus importante dans une cigarette électronique que dans une cigarette conventionnelle sans pouvoir étayer véritablement leurs propos.

De nombreux médias ont évoqué l’éventuelle grande nocivité de la cigarette électronique lors de l’annonce de la sortie de cette étude dans le magazine de l’INC. Et nous pouvons constater que nos politiques, qui sont à même de pouvoir légiférer sur le sujet (sur le plan national et européen), se sont inquiétés des informations révélées par 60 millions de consommateurs mais n’ont pas très bien creusé la question.

Beaucoup de bruit médiatique alors qu’il s’agit comme le dit Konstantinos Farsalinos d’affirmations « non valides, non scientifiques, irrationnelles et ridicules ». Le professeur Jean-François Etter, auteur du livre La vérité sur la cigarette électronique avait lui même dénoncé la démarche très hasardeuse du magazine et souligné les conflits d’intérêts évidents qui peuvent exister entre le gouvernement et la ligne éditoriale du mensuel.


Source: http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-38409QE.htm

Review Author:Review Date: