Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » Le message flou des pouvoirs publics au sujet de la cigarette électronique

Le message flou des pouvoirs publics au sujet de la cigarette électronique

    Annonce

Le succès de la cigarette électronique est incontestable depuis quelques années, notamment en France. Néanmoins certaines mesures annoncées indirectement par les pouvoirs publics pourraient réduire l’accès à cette méthode de réduction des risques alors que celle-ci devrait être au contraire encouragée selon certains professionnels de santé.

Les pouvoirs publics ne sont pas clairs au sujet de la cigarette électronique

"Mesures anti e-cigarette : le doute progresse et rebute les fumeurs" sur e-sante.fr

“Mesures anti e-cigarette : le doute progresse et rebute les fumeurs” sur e-sante.fr

Le docteur Philippe Presles a de nouveau évoqué cette problématique, cette fois-ci sur le site web e-sante.fr dont il est rédacteur en chef, et sur lequel il rappelle dans un premier temps que cet encadrement excessif se vérifie déjà hors de nos frontières. C’est par exemple le cas outre-Atlantique où l’utilisation de l’e-cigarette est interdite dans plusieurs grandes villes américaines.

Une partie des fumeurs vient progressivement à penser qu’il ne serait pas salvateur de passer à la cigarette électronique pour tenter de se sevrer du tabac. Une enquête américaine montre certes que le public connaît le produit beaucoup plus qu’il y a trois ou quatre ans, mais malheureusement la part des personnes qui pensent que la cigarette électronique est moins dangereuse que le tabac a diminué, passant de 85% en 2010 à 65% en 2013, preuve d’une désinformation grandissante relayée par les médias.

Le docteur Philippe Presles regrette la confusion qui est semée lors des multiples attaques envers le vaporisateur personnel. Pourtant les différences entre ce produit et la cigarette traditionnelle sont énormes. La combustion et le tabac sont les facteurs à l’origine des conséquences néfastes pour la santé comme l’aggravation du risque de cancer et d’infarctus, et ils ne sont absolument pas présents dans la cigarette électronique. En outre le vapotage passif n’existe pas selon le médecin, pour qui l’interdiction du produit dans les lieux publics n’est par conséquent pas justifiée. Les pouvoirs publics envoient un message flou aux fumeurs quand ils annoncent des mesures restrictives tout en rappelant que l’e-cigarette est infiniment moins dangereuse que le tabac.

Fort heureusement les professionnels font de plus en plus entendre leurs voix et défendent cette aide au sevrage, cela a encore été le cas très récemment avec l’appel de 68 spécialistes français (dont Philippe Presles) remis à la Ministre de la Santé Marisol Touraine le 30 mai 2014.

Review Author:Review Date: