Vous êtes ici : Vaping Post » ArticlesLe CBD sans PG ni VG, une première par Cool & Relax

Le CBD sans PG ni VG, une première par Cool & Relax

    Annonce

C&R (Cool and Relax) est un fabricant français spécialisé dans le CBD qui travaille avec des laboratoires. La particularité de ses liquides est d’avoir fait le choix d’une base sans PG ni VG, le liquide étant composé de bio-propanediol et de cristaux de CBD. Sébastien Ombé, associé fondateur, répond à nos questions.

Cool and Relax, la société

Vaping Post (VP) : Sébastien Ombé, bonjour, merci de répondre aux questions du Vaping Post.
Pour commencer, pouvez-vous nous situer votre société, le parcours de ses fondateurs et quelle est son histoire ?

Sébastien Ombé, Cool and Relax (SO) : Bonjour Guillaume, C&R est une marque déposée qui fait partie de la SARL OBC fondée en 2013 par moi-même avec mon associé, la société s’est spécialisée dans la vente et la création d’e-liquides pour cigarette électronique. Comme tous les acteurs du marché de la vape nous venions d’un autre secteur au préalable, personnellement j’étais gestionnaire de patrimoine et mon associé développeur web. Nous avons eu tous les deux un coup de cœur pour la vape étant donné nos mauvaises habitudes de fumeurs, il a était tout naturel de nous tourner vers cette nouvelle solution que nous trouvions simplement révolutionnaire. De fait, nous avons décidé de nous lancer en créant le premier shop dédié exclusivement aux e-liquides, à cette époque nous avions pensé que les e-liquides seraient le nerf de la guerre.

Puis nous avons sorti notre marque d’e-liquide à la nicotine en collaboration avec le Laboratoire Français Industriel (LFI), laboratoire avec lequel nous sommes toujours en étroite collaboration pour la production de nos e-liquides au CBD Cool & Relax.

Notre approche vers le CBD s’est fait par la suite, à travers nos connaissances, un ami du laboratoire Alpha-Cat, un des pionniers du CBD en France et en Europe avec une expérience de plus de 10 ans sur l’étude de la molécule, nous a introduits sur le sujet. Nous avons ainsi décidé de collaborer ensemble et de bénéficier de leur expérience sur le CBD.

Pour un travail de qualité les rôles ont bien été définis, chacun dans son domaine de prédilection pour une collaboration triangulaire entre les deux laboratoires et notre société afin d’obtenir le meilleur résultat pour notre gamme d’e-liquides au CBD.

VP : Vous proposez aujourd’hui une gamme complète de CBD, à différents dosages et avec différents arômes. N’est-ce pas un risque, aujourd’hui, d’investir dans le CBD, un marché encore jeune, mais déjà extrêmement concurrentiel ?

SO : Bien évidemment c’est un risque, tout comme pour n’importe quel entrepreneur qui entre dans un nouveau marché. Tout comme le premier fabricant d’e-liquide, la première boutique de vape, le premier salon de la vape… Ces quelques exemples nous ont démontré que le risque en valait la peine. L’avenir est incertain, on peut connaitre quelques indicateurs, mais nul ne peut savoir ce que demain sera fait. En tout cas lorsqu’il y a des risques, c’est qu’il y a des opportunités et nous sommes là pour les saisir.

Quant à la concurrence, je pense qu’elle est nécessaire pour stimuler et amener de bonnes choses, des innovations pour passer les barrières à l’entrée notamment. Maintenant combien de marques françaises d’e-liquide à la nicotine existe-t-il en France ? Plus d’une centaine. Cela empêche-t-il certaines d’entre elles de rentrer sur le marché même tardivement ? Bien sûr que non.

Et maintenant combien y a-t-il de marques françaises d’e-liquides au CBD ? Moins d’une dizaine !

Certes c’est un marché de niche, mais c’est un nouveau marché en expansion. Le plus important c’est de se différencier et comme nous sommes en présences de produits contenant une molécule qui peut avoir certaines interactions avec notre corps, il faut des innovations plus sur le fond que que sur la forme et c’est ce que nous avons fait avec une formulation unique et brevetée.

Le bio-propanediol

VP : Vous proposez une base en bio-propanediol. Première question : de quoi s’agit-il ? Il y a fort à parier que très très peu de gens connaissent ce liquide.

SO : Le bio propanediol c’est une molécule qui va nous servir de solvant au même titre que le propylène glycol et la glycérine végétale afin de dissoudre les cristaux de CBD. Il est issu à partir de glycérol naturel, c’est une alternative au produit à base pétrolière comme le propylène glycol et sert également d’alternative à la glycérine végétale. C’est un « deux en un » avec les avantages des deux sans leurs inconvénients, nous y reviendrons.

Le bio propanediol que nous utilisons est 100% naturel, il a toutes les certifications (ECOCERT, COSMOS, NATURE, RSPO) dans un processus de fabrication par chimie verte. Une seule entreprise au monde fabrique ce bio propanediol à ce taux de pureté qui est même garanti sans OGM avec laquelle nous avons noué un partenariat.

En fait bon nombre d’entre vous doivent connaitre le propanediol (connu souvent sous le nom de 1.3 propanediol), car il est actuellement utilisé par une marque pour des e-liquides à la nicotine avec laquelle il y a eu un partenariat par le passé avec le premier fabricant français d’e-liquides. Simplement le solvant a été utilisé sous un autre nom, mais la molécule reste la même. Notre bio propanediol est d’une grande pureté qui se démarque indiscutablement car elle n’a pas d’odeur, ni de gout parasite et ne dénature pas la molécule de CBD ni les arômes bien au contraire.

VP : Quels sont les avantages du bio propanediol par rapport à une base PG/VG classique ?

SO : Au-delà du fait de pouvoir vapoter en prêt à vaper les très hautes concentrations les avantages sont multiples.

Nous diminuons le nombre d’élément dans la composition de nos e-liquides, avec deux ou trois éléments seulement (Du bio propanediol, du CBD en cristaux et de l’arôme ou non sans alcool ni eau ni nicotine bien évidemment).

Le bio propanediol est plus fluide que le mélange PG/VG et permet une meilleure dissolution de la molécule de CBD ce qui engendre une meilleure biodisponibilité de la molécule et un rapport dose/effet amélioré.

Toutes les personnes ayant un terrain allergène au PG traditionnel pourront vapoter nos produits sans la moindre irritation liée au PG, le hit présent correspondra uniquement à celui du CBD après l’inhalation.

La vaporisation du bio propanediol et du CBD va se faire à température équivalente c’est-à-dire aux alentours de 190°, température de vaporisation idéale pour optimiser le vapotage de la molécule. On évitera ainsi de devoir monter dans les watts et dans les degrés pour vaporiser la présence de glycérine et dégradant ainsi au passage les composés bioactifs de la molécule.

Exempt de glycérine, ne formulation n’encrasse pas le matériel, un gros point positif quand on connaît les « dégâts » que cela peut faire dans une utilisation quotidienne.

Vous ne dégagerez pas trop de vapeur lors de l’expiration pour une vape personnel sans incommoder vos voisins.

Enfin vous avez un produit plus sain et plus efficace en vapotant uniquement deux produits naturels (lorsque vous vapoterez Leneutre sans arôme), le CBD en cristaux et le biopropanediol.

VP : Est-ce qu’il y a une différence d’utilisation pratique entre une base bio-propanediol et une base PG/VG classique ?

SO : Lorsque nous avons décidé de créer notre marque C&R d’e-liquide au CBD, nous avons remarqué plusieurs contraintes liées à la fabrication et plus particulièrement concernant la dissolution de la molécule à travers une base classique PG/VG. Il s’avère que le CBD est hydrophobe (il ne se mélange pas à l’eau) et liposoluble (se dissout le mieux dans les graisses et l’alcool). De base le CBD en cristaux ne se dissout pas correctement dans la glycérine végétale, trop visqueuse, pour cette raison les fabricants utilisent de forte proportion en PG pour arriver à dissoudre correctement la molécule. Plus la concentration de CBD en milligramme augmente, plus la proportion de PG dans le raciaux PG/VG augmentera jusqu’à atteindre 100% de PG pour une concentration de 1000mg/10ml comme on a pu le constater auprès de différents produits mis sur le marché.

L’inconvénient, comme chaque vapoteur le sait, c’est que le PG est très irritant, rajouter au CBD qui provoque également un hit naturel plus en fond de gorge, certains produits deviennent alors invapotables, sauf à utiliser en booster.

Pour ces raisons nous avons su innover avec l’utilisation de notre bio propanediol accompagné de cristaux purs de CBD permettant d’améliorer considérablement la dissolution des cristaux même à très haute concentration.

C’est une première mondiale, notre formulation unique et brevetée vous permet de vapoter en prêt à vaper un e-liquide au CBD à très haute concentration tel que du 1000mg/10ml. Aujourd’hui de telles concentrations vous étaient présentées uniquement en tant que booster simplement car 1000mg/10ml dans du 100% PG est impossible à vaper directement. L’utilisation de notre formulation permet de pallier ces difficultés, vous pourrez ainsi vapoter une très haute concentration avec notre e-liquide LENEUTRE directement en prêt à vaper bénéficiant ainsi du meilleur rapport dose/effet du marché.

Je tiens à faire une petite précision car je le vois certaine fois pour justifier une utilisation des hautes concentrations uniquement en booster dans le fait qu’à partir d’une certaine concentration les récepteurs cannabinoïdes sont saturés. A titre d’information des études ont montré qu’une consommation quotidienne de 1500mg de CBD n’avait pas d’effets négatifs et qu’une corrélation dose/effet se faisait jusqu’à 25mg/kg avant qu’il n’y ait un déclin en utilisant du CBD en cristaux.

Cependant nous recommandons cette utilisation pour tous ceux qui sont accoutumés à vapoter du CBD et qui connaissent leur réceptivité à la molécule. Pour les autres vous pourrez également l’utiliser en DIY, ou en tant que booster, en fonction de vos gouts, notre formulation se mélangeant à tout type de raciaux PG/VG traditionnel. Pour commencer le « microdosing » (dosage à petite dose) de l’ordre de 1mg à 5 mg/kg peut être une option et vous aider à stimuler votre système endocannabinoïde pour le rendre plus réceptif par la suite.

Choisir la matière première

VP : Vous expliquez également avoir choisi le CBD pur sous forme de cristaux plutôt que l’huile de CBD à spectre complet. Pouvez-vous nous expliquer rapidement la différence entre les deux et les raisons de votre choix ?

SO : Effectivement l’utilisation de cristaux de CBD seul et non pas accompagné d’huile de CBD était un choix pour notre utilisation en tant que e-liquide à travers une cigarette électronique.

Aujourd’hui beaucoup parlent et mettent en avant des produits contenant ce que nous appelons un spectre complet, c’est-à-dire un profil complet extrait de la plante contenant les cannabinoïdes tels que le CBD mais également les flavonoïdes et les terpènes lors de l’extraction. L’utilisation de cet extrait complet permet d’obtenir un effet d’entourage, c’est-à-dire que l’ensemble des composants vont agir ensemble avec une interaction pour favoriser l’action de la molécule de CBD.

Hors ce que nous avons observé à travers l’analyse d’une étude très sérieuse sur ce sujet (disponible pour tous) et qui mettait en avant ce fameux effet d’entourage que tout le monde a repris, c’est qu’au final celui-ci avait lieu, mais avec des concentrations bien plus élevées que celle pratiquée à travers des produits actuellement mis sur le marché. Pour illustrer notre exemple, voici un chiffre, l’étude nous parle de l’utilisation d’un extrait de plante (l’analyse de la plante nous montre un profil non conforme à ce qui est autorisé en France avec la présence de THC à 1.1% contrairement au 0.2% autorisé) pour un dosage de 50mg/kg jusqu’à 150mg/kg pour obtenir des effets égaux ou supérieurs à l’utilisation de cristaux purs de CBD. C’est bien, mais cela ne correspond pas aux dosages pratiqués actuellement qui sont de l’ordre de 1 à 3 mg/kg. Qui plus est cette étude faisait référence à une administration orale composée d’huile de CBD pour laquelle le mélange de l’huile est approprié.

A contrario les huiles ne se dissolvent pas dans le propylène glycol ce qui fait des couches supplémentaires défavorisant la dissolution du CBD et de facto amoindrissant sa biodisponibilité et donc son efficacité..

Il est donc raisonnable de dire que pour des concentrations actuelles c’est-à-dire non médicales, dans l’utilisation du CBD à travers la cigarette électronique qu’il est préférable et plus performant d’utiliser des cristaux purs de CBD notamment via notre formulation. De plus nous saurons alors la composition exacte soit 100% de CBD exempte de tous composés impropres à l’inhalation.

VP : Vous parlez de la biodisponibilité. Pouvez-vous un peu développer ce point ? Qu’est-ce que la biodisponibilité, et quelle est, aujourd’hui, selon les dernières recherches, la meilleure manière de consommer du CBD ?

SO : La biodisponibilité correspond à la proportion d’un composé bioactif à rentrer dans la circulation sanguine générale sans dégradation par rapport à son taux d’absorption total. L’injection par intraveineuse étant supposait être bio disponible à 100% sert de référence pour établir un rapport entre les autres modes d’administration. C’est cette biodisponibilité qui va permettre d’établir un baromètre pour connaitre la performance d’une molécule, le meilleur rapport dose/effet.

Concernant la biodisponibilité du CBD, à l’heure actuelle les études les plus récentes nous montrent une meilleure biodisponibilité qui s’établit à 60% comparativement à tous les autres modes d’administration du CBD. Pour comparaison elle est plus de 4 fois supérieure à une prise orale. Notre procédé améliorant ce rapport.

Ces chiffrent s’expliquent par le fait que ce soit de la vapeur et non de la combustion (combustion qui dégrade une grande partie des composés bioactifs entre autre), la vapeur passe directement à travers les poumons évitant ainsi l’effet de premier passage du système digestif, un phénomène de métabolisation de la molécule réduisant la concentration des composés bioactifs de cette dernière.

De plus, les poumons étant dotés d’une perméabilité élevée ainsi que d’une grande surface absorbante, l’ensemble favorisant l’arrivée de la molécule dans le système sanguin général, améliorant donc la biodisponibilité de cette dernière. C’est la façon la plus rapide pour ressentir les premiers effets en 5 à 10 minutes, sans compter que la chauffe de la molécule à température idéale augmente son potentiel.

Nous pouvons dire qu’effectivement aujourd’hui la méthode d’administration du CBD la plus efficace est belle est bien via une cigarette électronique. Et ceux même sans effet d’entourage au vu des concentrations non médicales des produits disponibles sur le marché comme expliqué précédemment. Une cigarette électronique, du bio propanediol et des cristaux de CBD sont le trio gagnant pour un résultat optimum.

Cependant pour les personnes n’ayant jamais vapoté, ni fumé il va de soi que des méthodes d’administration différentes que par l’inhalation seraient plus appropriées.

Le CBD et la législation

VP : Vous n’avez pas le droit aux allégations thérapeutiques, n’étant pas une entreprise pharmaceutique, et le terme « CBD récréatif » est encore assez connoté « joint » dans l’esprit du public. Aujourd’hui, du coup, quel est le créneau sur lequel vous vous positionnez ?

SO : Oui il faut faire attention au vocabulaire employé lorsque l’on parle de CBD. C&R est une marque à destination des vapoteurs et des fumeurs d’une manière générale. Nous ne sommes pas des médecins et ne préconiseront jamais nos produits en tant que médicament, notre positionnement est non thérapeutique.

Notre développement se fait sur une idée simple rendant nos produits accessibles permettant de déboucher sur deux orientations :

L’idée c’est que nous avons souhaité créer une marque avec « le goût de la vape, le CBD en plus ». Dans le sens où nous souhaitions apporter sur le marché une vape avec des recettes que les papilles des vapoteurs seraient apprécier et reconnaitre. Nous ne souhaitions pas présenter des e-liquides au CBD avec le goût de plantes associées car tout simplement on répète sans arrêt que le CBD n’est pas la même molécule que celle du THC (non pas que cette dernière soit le « diable incarné » mais c’est un autre débat), qu’elle est simplement issue de la même plante. Donc pour nous c’est une molécule, qui a son meilleur potentiel à travers la cigarette électronique, donc nous souhaitons la mettre en avant avec des saveurs pour lesquelles les vapoteurs sont familiers comme le Relaxtaire par exemple qui devrait rappeler quelques souvenirs… L’accessibilité à nos produits va ainsi nous amener vers nos deux positionnements.

Notre première orientation concerne les aspects apaisants et relaxants liés à l’utilisation du CBD en vapotage. Un des maux de notre société actuellement c’est bien évidemment le stress quotidien, lié à notre travail, notre environnement, le contexte général. Cool & Relax comme son nom l’indique va dans ce sens pour une vape transportant au mieux les effets d’une molécule reconnue pour atténuer ce stress quotidien, cette anxiété et qui, peut-être pour d’autres, pourra jouer un rôle plus important dans leur confort de vie. Toutefois je tiens quand même à faire la précision que le CBD n’est pas une molécule miracle comme parfois nous pouvons le lire, même si beaucoup de vertus lui sont attribuées avec beaucoup d’espoir sur divers sujets.

Notre second orientation nous vient d’un constat à travers notre expérience personnelle et professionnelle de vapoteur, que bon nombre de personnes arrivaient à baisser leur taux de nicotine, mais un grand nombre ne parvenait pas à faire la bascule jusqu’à vapoter sans nicotine. La part du 3mg/ml et du 6mg/ml ayant pris une très grande place chez les vapoteurs. Donc une question se pose naturellement, maintenant que la majorité des risques liés à la consommation de tabac est éliminée, que pouvons-nous faire pour nous débarrasser de la nicotine qui reste bien qu’inoffensive, addictive ?

Des études sérieuses ont démontré la capacité du CBD à réduire les dépendances telles que l’addiction à la nicotine. Je pense qu’il faut aborder cette libération de la nicotine comme un processus d’entonnoir. La cigarette électronique permet de quitter la cigarette de tabac, l’ajustement de son taux de nicotine permet de baisser son addiction à cette dernière, le CBD pouvant maintenant « terminer » le travail en éliminant cette dernière addiction. Pour ceux qui souhaitent tout arrêter le chemin semble idéal, pour les autres cela leur permettrait de pouvoir avoir une vape plaisir en 0mg. L’objectif et les solutions pour y parvenir restant propre à chacun.

VP : Est-ce difficile, aujourd’hui, de parler de CBD ?

SO : Je dirai moins qu’hier et plus que demain. Je pense qu’il est aussi facile de parler de CBD qu’il était facile de parler de cigarette électronique à ses débuts. Bien que de nombreuses études depuis des années aient été réalisées sur le sujet, les informations sur la molécule viennent à peine de sortir de l’ombre, depuis peu de temps pour les non-initiés. Je pense qu’il faut encore du temps, mais on est sur la bonne voie. Le fait que les différents médias se soient emballés sur l’arrivée du CBD, certes de façon maladroite, mais cela a permis de mettre en lumière cette molécule et les possibilités qu’elle renferme.

Il y a toute une « éducation » à faire auprès de la population. Concernant les vapoteurs, je souhaiterais les sensibiliser sur le sujet car après observation, certains ont peur que le CBD dans la vape ternisse l’image de celle-ci si difficilement modelée au fil des années. Et bien je pense le contraire, la vape est un formidable outil, vraiment c’est l’une des inventions qui révolutionne notre monde, en sauvant des vies, et ce n’est que le début. Je crois que cette invention peut aller encore plus loin, peut servir à aider des gens de façon différente et complémentaire à ce qui existe déjà si cela reste bien fait, encadré, et professionnel.

Les vapoteurs sont des personnes ouvertes d’esprit pour avoir su peser le pour et le contre au moment où il fallait choisir pour l’utilisation de la cigarette électronique et l’abandon du tabac sans avoir pour autant un recul très important ni d’études significatives il y a de cela moins de 10 ans et pourtant ils l’ont fait. Concernant le CBD j’espère que ce sera le même cheminement, sachant que de nombreuses études mettent en avant cette molécule depuis plusieurs années et que nous avons l’opportunité d’optimiser les présumés bénéfices de cette dernière grâce à cet outil formidable qu’est la cigarette électronique.

VP : La législation actuelle sur le CBD est encore floue, une volonté politique de la modifier semble exister. Quels seraient vos souhaits en termes d’évolution de la loi ?

SO : Nous venons d’assister à la 7ième réunion internationale sur le cannabis médical organisé par l’UFCM-I Care (l’Union Francophone pour les Cannabinoïdes en Médecine) qui avait lieu vendredi 1er juin à la Sorbonne et nous pouvons vous dire que tous les activistes, professionnels comme bénévoles sont très mobilisés pour faire changer les choses.

Effectivement un encadrement serait le bienvenu. Nous avons vu ce qu’il s’est passé avec le marché de la cigarette électronique qui s’est autorégulé pendant de nombreuses années, c’est un marché très dynamique avec beaucoup de personnes investies, particuliers comme professionnels et l’autorégulation a très bien fonctionnée durant ce laps de temps de quelques années avant de devenir un marché encadré petit à petit.

Pour le CBD dans le vapotage, c’est encore une niche, la demande est bien présente et grandissante, les fabricants sont certes de plus en plus nombreux, mais de mon point de vue paradoxalement le marché reste encore trop petit pour une auto régulation aussi performante que celui auquel nous avons assisté avec le lancement de la cigarette électronique. Les informations sur l’origine des produits, de la fabrication, des matières premières utilisées sont encore trop confuses aux yeux des consommateurs finaux pour pouvoir valider ou éjecter par la masse tel ou tel produit du marché. Un produit qui a de nombreuses caractéristiques, d’où une volonté commune je pense de la part de l’ensemble des acteurs de ce marché spécifique de le réguler et de l’encadrer au plus vite.

D’autant qu’une régulation serait synonyme d’un réel marché et non pas d’un effet de mode, avec des acteurs fiables ce qui ne pourrait que rassurer le consommateur sur la nature des produits qu’il consomme et changer petit à petit la pensée collective sur ces nouveaux produits. Le plus important étant que l’on sorte de cette « zone grise ».

Mme la ministre de la santé Agnès Buzyn faisait encore référence il y a peu de l’intérêt porté auprès du cannabis médical et de sa volonté de faire un constat pour éventuellement faire un pas significatif vers la légalisation du cannabis médical. Le réseau de prévention des addictions (RESPADD) nous faisait part courant mars de façon plus précise quelles pourraient être les futures obligations concernant les fabricants d’e-liquides au CBD. Nous en avons pris bonne note, et continuons sur notre lancé. L’objectif de toute réglementation étant de pouvoir offrir la meilleure offre en termes de qualité, de sécurité, de traçabilité avec des structures professionnelles. Nous éviterons ainsi beaucoup de polémiques concernant certains produits qui seraient mis sur le marché mais non conforme avec une approximation dans le savoir-faire et la mise sur le marché de produits « moins fiables ».

VP : Et, à l’inverse, quel serait votre pire cauchemar en terme législatif ?

SO : Il n’y a pas véritablement de pire cauchemar, un scénario dirons-nous plus pessimiste serait la mise en place de mesures ultra restrictives empêchant un développement avec des coûts de mise sur le marché trop important pour décourager l’entrée sur le marché de nouveaux produits et « plomber » le dynamisme et les initiatives des entreprises du secteurs consentis durant ces derniers mois.

Notre formulation est une première mondiale, même une législation ultra restrictive ne pourra pas avoir une harmonisation internationale à effet immédiat. Dans le pire des scénarios nous accentuerions notre développement dans les zones moins restrictives avec un encadrement plus mesuré et réfléchis.

VP : Si demain les vertus thérapeutiques du CBD mises en avant par certaines études étaient reconnues, le CBD ne risquerait-il pas de devenir un monopole de l’industrie pharmaceutique ? En d’autres termes, si les entreprises de pharmacie avaient le droit de vendre du CBD médical, les entreprises telles que la vôtre auraient elles encore le droit de commercialiser la même molécule sans allégations thérapeutiques ?

SO : Lors de ce Colloque sur le cannabis médical, certains conférenciers experts internationaux sur le sujet ont clairement pris position sur des effets thérapeutiques avérés relatifs à l’utilisation des cannabinoïdes.

Cela vient appuyer de façon plus ferme le dernier rapport de l’OMS lors de la 39ième réunion du comité d’expert sur la pharmacodépendance (ECDD – OMS) qui était lui dirigé spécifiquement sur la molécule de CBD et qui mettait en avant le côté non addictif, sans danger et les possibles bienfaits de cette molécule. La 40ième réunion qui aura lieu du 4 au 6 juin devrait statuer sur le positionnement final au sujet de la molécule. Quoi qu’il en soit, l’ANSM qui au départ ne souhaitait pas considérer le cannabidiol comme un médicament et en train de revoir petit à petit son positionnement.

Maintenant tout monopole est un danger, l’industrie de la vape se bat au quotidien et se dit indépendante de l’industrie du tabac qui pourtant est un gros lobby avec beaucoup plus de moyens que celui de la vape et pourtant… Je pense que nous sommes sur un même processus avec le CBD. Les prévisions internationales sur la démocratisation de la molécule sont très importantes, donc évidement que les groupes pharmaceutiques veulent entrer dans la danse et récupérer le tout.

Pour vous dire, lors de la mise en place de notre brevet, nous avons pu constater que le nombre de brevets déposés autour du cannabidiol était énorme, et la majorité de ces brevets étaient déposés par des laboratoires pharmaceutiques. Vous savez les enjeux se situent en amont, une fois les produits mis sur le marché ce n’est que la partie visible de l’iceberg, mais les positionnements sont déjà fait. Les choses sont en train de se passer maintenant, le marché se verrouille petit à petit en amont.

Je pense donc que les groupes pharmaceutiques pourraient obtenir des monopoles sur certains types de produits combinant THC et CBD par exemple et pour certaines concentrations mais pas sur l’utilisation du CBD en vapotage, en cristaux purs, avec des concentrations qui resteront non médicales. Nous avons un positionnement différent et je le rappelle qui est non thérapeutique. Je pense que des entreprises comme la nôtre centrées sur ces produits et orientées « tout public » dans un but d’amélioration du confort de vie avec ce mode d’administration pourront continuer d’exister. On ne va pas spéculer, l’avenir nous le dira.

Le consommateur, un besoin d’être guidé

VP : Le plus difficile pour quelqu’un qui souhaite essayer le CBD en vapotage est de choisir son produit et de savoir comment le consommer. Quels conseils lui donneriez-vous ? Et plus globalement, que mettez-vous en œuvre pour guider vos futurs clients dans leur découverte ?

SO : Effectivement cette première démarche n’est pas simple pour les novices, car beaucoup se posent de nombreuses questions sur le sujet pour leur première fois avec du CBD.

Nous avons opté pour une gamme variées niveau saveur permettant à tout un chacun de trouver son bonheur gustatif. Nous passons du Coolemon (citron vert et jaune, citronnelle, légèrement frais) à un Relaxtaire (mélange de fruits rouges à dominante de Cassis et mentholée) par un Relax (gourmand aux notes dominantes de café, d’amandes grillées, de caramel et de vanille), puis le Coold (mélange de menthol, de citron et de fruits rouges) et Leneutre qui conviendra vraiment à tout le monde dans le sens où il porte bien son nom car il reste neutre au possible, sans gout, uniquement la légère amertume du CBD.

Pour les dosages, pour les personnes qui n’ont jamais utilisé de CBD nous conseillons de partir sur des dosages bas / moyen, c’est-à-dire entre 50mg/10ml à 300mg/10ml. Vous allez ainsi pouvoir tester votre réceptivité avec la molécule. Tout dépend de ce que l’on recherche, de nos attentes. Il est important de rappeler que le CBD ne vous fera pas « planer » ce n’est pas l’objectif derrière cette molécule.

Pour les premiers pas nous avons mis en place directement sur notre site, en première page un guide pratique qui vous énonce différentes étapes importantes pour valoriser votre expérience avec le produit et savoir quoi en faire. Vous aurez ainsi des précisions sur le matériel adéquat, mais également des informations relatives à la phase d’inhalation pour optimiser les effets de la molécule. Notre objectif étant d’être proche de nos clients pour les aider dans leur démarche de découverte.

VP : L’inconvénient du CBD est un coût de revient encore élevé, surtout si l’on souhaite en faire une consommation quotidienne. Est-ce que ce tarif va évoluer ?

SO : Pour les autres je ne sais pas mais en tout cas pour nous oui, et c’est déjà le cas. Nous avons choisi d’opter pour une distribution du professionnel directement au consommateur, sans passer par des revendeurs intermédiaires. Au départ l’objectif était d’établir le même processus que lorsque l’on crée une marque d’e-liquide à la nicotine c’est à dire de faire du B to B (professionnel à professionnel) en passant directement via les revendeurs, boutiques physiques et/ou sites marchands.

Or nous avons eu une désillusion quant au positionnement de certains revendeurs sur ce type de produits. Je parle ici d’un positionnement prix car la majorité sont très motivés sur la distribution des e-liquides au CBD, maintenant en toute honnêteté nous avons eu du mal à trouver un accord. Nous pouvons faire l’effort de baisser nos prix au maximum, mais il faut que tout le monde joue le jeu. Si au final le prix pour le consommateur ne change pas c’est qu’il y a un problème dans le circuit de distribution non ?

Nous avons donc pris du recul, analysé les besoins et situé les attentes des consommateurs. Et il y en a une qui faisait l’unanimité, le prix ! Tous les consommateurs protestaient et protestent contre un prix des e-liquides au CBD trop élevé.

Le marché est pour le moment toujours une niche, nous pouvons aujourd’hui satisfaire chaque client, chaque demande sans avoir besoin de passer par des intermédiaires. Il n’y pas des millions de fioles de liquides au CBD qui se vendent chaque mois, donc nous pouvons et préférons servir directement chacun de nos clients. Ainsi la vente en direct nous permet d’enlever la « double marge ».

Plus explicite que des mots voici nos prix, le 50mg/10ml à 5.90€ le 150mg/10ml à 10.90€300mg/10ml étant à 15.90€, le 500mg/10ml à 23.90€ et le 1000mg/10ml à39.90€. Et ce n’est pas une offre promotionnelle, ce sont tout simplement nos tarifs, et les frais de ports sont gratuits en France !

Et ceci n’est pas au détriment de la qualité de nos matières premières comme certains pourraient le penser vu l’écart de prix, simplement en excluant tout intermédiaire.

Nous considérons les produits C&R comme des e-liquides au CBD pour une vape utile et non ludique. Il aurait été dommage que certains consommateurs de CBD doivent se priver pendant un certain laps de temps de leur produit dû à un coût trop important de leur flacon.

VP : Quels sont les projets et les objectifs de C&R dans les prochains mois ?

SO : Avant de parler des objectifs liés juste à notre structure je fais un aparté car je pense qu’il y a des objectifs communs avec les autres fabricants comme le prix, nous en parlions précédemment, réussir à encore faire baisser ce prix de façon uniforme pour tous.

Aujourd’hui tous les e-liquides que vous consommez contiennent des cristaux de CBD issus de pays étrangers à la France. Le nôtre pour exemple provient de notre partenaire, le laboratoire Alpha-Cat qui exerce en République Tchèque, un des pays pionniers en la matière, sachant que 95% du CBD est produits dans les pays de l’Est. Ça ne veut pas dire que c’est moins bien, au contraire concernant nos cristaux ils sont issus d’une agriculture biologique, garantis sans métaux lourd ou tout polluant, ils ont même la certification VEGAN. Pour autant la matière première (les cristaux de CBD), pourrait devenir moins chère si nous produisions et extractions le CBD via nos infrastructures en France au lieu d’importer.

Nous avons tous les laboratoires et équipements nécessaires à ce type de production, nous sommes le premier pays producteur de chanvre industriel en Europe et le deuxième au monde derrière la Chine, la plupart des gens ne le savent pas mais c’est bien la France.

Concernant notre société, nous nourrissons beaucoup d’ambitions autour de notre marque et avons de nombreux projets en tête que nous ne pouvons développer ici pour le moment, peut être l’occasion d’une nouvelle interview ! Nous souhaitons faire connaître notre marque auprès d’un maximum de consommateurs, éduquer les personnes désireuses d’en savoir plus sur le CBD, les accompagner dans leur démarche personnelle et ne pas être uniquement des revendeurs. Si nous avons fait le choix de vendre en direct c’est également pour maîtriser l’information sur nos produits à donner à nos clients. Et nous savons pertinemment que personne ne le fera mieux que nous. Un développement européen et international arrive comme objectif naturel, notre site traduit dans différentes langues et opérationnel pour tout type de commandestémoigne de notre volonté de dépassement des frontières.

VP : Sébastien Ombé, la dernière question est pour vous : que souhaiteriez-vous dire aux lecteurs du Vaping Post ?

Dans un premier temps merci à tous les lecteurs, si vous êtes arrivés au bout de la lecture vous méritez bien un grand merci. Plus sérieusement nous tenions à remercier l’équipe du Vaping Post, plus particulièrement Guillaume Bailly et Ghyslain Armand, merci de nous avoir permis de nous exprimer librement sur notre marque, notre innovation et d’une manière plus générale notre point de vue et vison sur le marché des e-liquides au CBD. Merci d’avoir pris le temps d’en savoir plus sur nous.

Maintenant mieux que mille mots je ne peux que vous conseiller d’essayer notre gamme C&R nous serons près de vous pour vous accompagner dans cette découverte.

Dernière chose, que vous soyez pro CBD ou anti CBD dans le vapotage garder en tête que nous avons un dénominateur commun qui s’appelle cigarette électronique et dont chacun connaît les bienfaits en tant que vapoteur.

Alors faite la vape pas la guerre et soyez Cool & Relax !

Le site de Cool and Relax

Le Test de la gamme Cool and Relax