Vous êtes ici : Vaping Post » News cigarette électronique » La vape américaine en sursis

La vape américaine en sursis

Les vapoteurs américains et les autres parties prenantes de la vape peuvent pousser un ouf de soulagement ! La FDA a annoncé un nouveau programme visant à réglementer le tabac et la nicotine, lequel prévoit de retarder la deadline des autorisations de commercialisation (PMTA – PreMarket Tobacco Application) jusqu’en 2022.

La nomination du nouveau commissaire Scott Gottlieb semblait être de bonne augure. Néanmoins, nous gardions une posture prudente, en attendant d’en savoir plus quant à ces projets pour l’encadrement des vaporisateurs personnels. Le communiqué de presse que son agence a publié ce vendredi a tout de même de quoi rassurer ! En effet, on y apprend que la date butoir pour les autorisations de commercialisation des cigarettes électroniques (et autres systèmes délivrant de la nicotine) devrait être le 8 août 2022.

Une partie de la solution

Selon Gottlieb, ces “produits moins nocifs”, surveillés par la FDA, pourraient être une “partie de la solution” dans la lutte contre le tabagisme. “Bien qu’il faille continuer à les étudier et être prudents quant aux risques qu’ils présentent, ils peuvent également présenter des avantages que nous devons considérer” explique en substance le nouveau commissaire.

“Le problème n’est pas seulement la nicotine” ajoute-t-il, bien qu’il ne s’agisse pas d’une substance totalement saine. “Le plus gros problème est le mécanisme qui délivre la nicotine, combinez la à la fumée générée par la combustion et vous obtenez un mécanisme mortel” explique Gottlieb. Le directeur de l’agence américaine semble adopter, d’une certaine manière, l’approche britannique de réduction des risques.

Un impact immédiat sur les marchés financiers du tabac

Le Journal Les Échos rapporte un effet notable sur les actions des grandes cigarettiers dont les revenus pourraient être fortement impactés par le nouveau plan anti-tabac annoncé par la FDA. En effet l’agence de réglementation américaine entend réduire le taux de nicotine présent dans le tabac des cigarettes, ce qui rendrait par conséquent la clientèle moins addict. Le titre Altria, homologue américain de Philip Morris International, perdait 10% le jour de cette annonce, tandis que celui de British American Tobacco chutait de 7%.